Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

La guerre des mondes de Herbert George Wells

Herbert George Wells
  L'île du docteur Moreau
  La guerre des mondes
  Les premiers hommes dans la Lune
  La machine à explorer le temps
  L'homme invisible
  M. Barnstaple chez les hommes-dieux
  Récits d'anticipation
  Les chefs-d’œuvre de H.G.Wells
  Ados: Un étrange phénomène

Herbert George Wells, plus connu sous la signature H. G. Wells (né le 21 septembre 1866 à Bromley dans le Kent, Royaume-Uni - 13 août 1946 à Londres) est un écrivain britannique surtout connu aujourd'hui pour ses romans de science-fiction. Il fut cependant également l'auteur de nombreux romans de satire sociale, d'œuvres de prospective, de réflexions politiques et sociales ainsi que d'ouvrages de vulgarisation touchant aussi bien à la biologie, à l'histoire qu'aux questions sociales.
(Wikipedia)

Joseph Altairac et Laura El Makki lui ont consacré une biographie.

La guerre des mondes - Herbert George Wells

Apocalypse …
Note :

   S’il est un archétype concernant la S.F., et notamment l’idée qu’on se fait de la S.F. avec martiens, soucoupes volantes et tutti quanti … c’est bien «la guerre des mondes». Peut-être aussi du fait de son adaptation cinématographique? Néanmoins …
   
   Déjà, remettre en perspective que ce roman fut écrit par Wells en … 1898, à une époque où l’avion n’existait pas encore! Lui, H.G. Wells ne nous parle pas d’avions mais de … d’espèces d’obus dans lesquels les martiens sont propulsés et d’où ils débarquent. Un peu à la façon du Jules Verne de «De la Terre à la Lune». Donc foin de soucoupes volantes. Mais tous les archétypes qu’on retrouvera plus tard dans les romans de cette mouvance sont pratiquement là: des martiens d’une forme et d’une vie très éloignées de la forme terrestre, des sentiments hostiles vis-à-vis des Terriens, une impression d’impuissance vis-à-vis d’eux, … L’inconnu, il n’y a pas à dire, ne porte pas à la confiance et à l’optimisme!
   
   H.G. Wells ne s’attache pas vraiment à expliquer comment les martiens …, pourquoi les martiens …, ni d’une quelconque possibilité scientifique. Tout ceci ne le concerne pas et d’ailleurs il a déjà fait un sacré saut en convoquant des martiens, d’une forme inattendue, débarqués d’un obus gigantesque traversant l’espace à des vitesses inimaginables à l’époque (H.G. Wells venait d’apprendre à tenir sur une bicyclette au moment de l’écriture du roman!). Ce qui l’intéresse et qui fait le cœur du roman, c’est l’apocalypse que déclenche une telle invasion sur une civilisation telle la société anglaise fin du XIXème siècle. C’est bien ainsi qu’il faut lire le roman, de même qu’on ne peut lire «Orgueils et préjugés» de Jane Austen sans prendre en compte les mœurs de l’époque d’écriture dudit roman! Et cette invasion est rude. Face à un adversaire inimaginé – inimaginable, à l’aspect, aux moyens tout aussi hors du commun, H.G. Wells ne nous décrit pas autre chose qu’une boucherie, une «Bérézina», une mort de notre civilisation. C’est certainement cela qui est novateur dans ce roman et qui fera école pour tant d’autres œuvres qui suivront.
   
   «La guerre des mondes» reste très plaisante à lire. Pas pour des descriptions technologiques qui, évidemment, sont largement dépassées maintenant, mais pour l’étude des caractères de ses contemporains confrontés à cet évènement inouï. Allez, un petit bout pour la route:
   « Une grosse masse grisâtre et ronde, de la grosseur à peu près d’un ours, s’élevait lentement et péniblement hors du cylindre. Au moment où elle parut en pleine lumière, elle eut des reflets de cuir mouillé. Deux grands yeux sombres me regardaient fixement. L’ensemble de la masse était rond et possédait pour ainsi dire une face : il y avait sous les yeux une bouche, dont les bords sans lèvres tremblotaient, s’agitaient et laissaient échapper une sorte de salive. Le corps palpitait et haletait convulsivement. Un appendice tentaculaire long et mou agrippa le bord du cylindre et un autre se balança dans l’air.»
   
   Le mythe du martien était né, messieurs-dames!
   ↓

critique par Tistou




* * *



Mars Attacks !
Note :

   Passionnant !
   
   Et comme ce roman a bien vieilli ! Sauf si vous êtes allergique à l'écriture classique vous allez passer un excellent moment avec cette "Guerre des Mondes" que tout le monde croit connaître, mais que peu ont vraiment lu. Eh bien, vous avez tort. Même si vous pensez connaître l'histoire (c'était mon cas), cela vaut vraiment la peine d'être lu, et, comme le souligne J. Altairac dans son ouvrage "Il semble bien qu'avant Wells, il n’existe qu'un seul texte décrivant l'invasion de la terre par des extraterrestres . (...) Et revoilà Wells dans le rôle de créateur de thèmes de science-fiction. L'invasion extraterrestre va devenir, comme le voyage dans le temps, un des motifs les plus exploités du genre."
   
   Et à propos, pourquoi Martiens" et non "Marsiens", puisqu'ils viennent de Mars ? Eh bien, je vous le dirai vers la fin de ce commentaire, vous aurez au moins appris quelque chose.
   
   Revenons à notre histoire. Nous sommes à Londres et sa proche banlieue, à la toute fin du 19ème siècle. Les Martiens, donc, débarquent près de Londres, dans des fusées (pas de soucoupe) qui atterrissent au rythme de une par jour. Les Anglais, déjà amplement persuadés de leur supériorité sur le reste du monde, ne doutent pas non plus beaucoup de l'élargir à cette nouvelle engeance. Pour l'instant, on observe, sans que cela déclenche un grand émoi dans la capitale toute proche et en répétant abondamment que la gravité bien plus forte sur Terre que sur Mars, les condamnera à une pénible et lente reptation...
   
    Et ce n'est pas faux, sauf que les Martiens n'ont jamais eu l'intention de se déplacer sur Terre, ils ont des machines, pour s'occuper de cela. Machines qui correspondent bien à ce qui est dessiné sur la couverture de l'édition Folio montrée ici. Après un temps de récupération, les machines se mettent en marche pour vaquer à leurs affaires. Les Terriens s'interposent, les Martiens les écrasent. On envoie l'armée, les canons, de plus en plus gros, d’autant que c'est vers Londres qu'ils vont. Il n'y a même pas vraiment de bataille, les envahisseurs s'en débarrassent comme nous nous débarrasserions, nous, d'insectes envahissants... et poursuivent sans y prêter plus d'attention. Les populations fuient dans la plus grande pagaille. Le pays tout entier cesse bien vite de fonctionner. Pour tout arranger, on ne tarde pas à s'apercevoir que les Martiens se nourrissent du sang des humains, et les fusées continuent d'arriver : une par jour...
   
   Le récit nous en est fait par un narrateur ressemblant énormément à Wells lui-même, qui se trouvait non loin du lieu de la chute de la première fusée et qui, d'une curiosité insatiable, tient beaucoup à observer tout ce qui se passe. A un moment, son récit est complété par celui de son frère qui se trouvait à Londres même.
   
   Par ailleurs, "Il est à mon avis absolument admissible que les Martiens puissent descendre d'êtres assez semblables à nous"... mais qui seraient beaucoup plus avancés dans l'évolution et auraient atteint un niveau qui nous réduit en comparaison, au rang d'animaux. A ce propos, Wells esquisse une prise de conscience de la réalité animale et de la nécessité qu'il y aurait à respecter en eux l'être vivant, au stade d'évolution où il est, même s'il est bien inférieur au nôtre. C'est assez avancé pour l'époque. "A coup sur, si nous ne retenons rien d'autre de cette guerre, elle nous aura cependant appris la pitié, la pitié pour ces âmes dépourvues de raison qui subissent notre domination."
   
   En cours de route, nous verrons exposée par un autre personnage, une philosophie élitiste, eugéniste et dictatoriale dont on voit à son développement que, sur ces bases qui peuvent paraître se défendre, ne peut s'installer qu'une épouvantable dictature stérile. Par ailleurs, un développement nous fera la surprise de rejoindre une idée développée dans "La machine à explorer le temps", nous aidant à mieux la comprendre.
   
   Et alors, les Martiens ont-il gagné ? Eh bien, regardez autour de vous, vous aurez la réponse. Mais alors comment ??? Pour le savoir, il vous faudra le lire. N'hésitez pas.
   
   En fin de roman, le narrateur tire la morale de la terrible leçon que les Terriens viennent de recevoir, elle tient en deux règles :
   Ne pas se prendre pour les rois de l'univers, quelque chose d'inconnu peut tomber du ciel à tout instant et nous anéantir.
   Inversement, puisqu’ils peuvent venir chez nos, nous pourrons aussi bientôt aller sur d'autres planètes et il faut y réfléchir.
   
   J'adore Wells.
   Néanmoins, je ne peux résister à vous présenter la terrible cuisine anglaise (surtout à l'époque) "Nous réparâmes nos forces en absorbant le contenu d'une boite de tête de veau à la tortue et une bouteille de vin." Ça fait envie.
   
   Hum, et donc, nos marTiens... Le nom de la planète Mars vient du latin (Mars, Martem, Martis, Marti, Marte). L'adjectif martial par exemple a la même racine. Il semble que les deux écritures (martien et marsien) aient coexisté un moment en français. Mais c'est "martien" qui s'est imposé.

critique par Sibylline




* * *