Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Le reste est silence de Carla Guelfenbein

Carla Guelfenbein
  Le reste est silence
  Nager nues

Carla Guelfenbein est née à Santiago du Chili en 1959. Exilée en Angleterre après le coup d'état de Pinochet, elle y étudie la biologie puis le dessin. De retour au Chili elle travaille dans la publicité. Son précédent roman "Ma femme de ta vie" a été publié chez Actes Sud

Le reste est silence - Carla Guelfenbein

Pudique et sensible
Note :

   C’est la couverture qui m’a attirée en premier, elle reflète parfaitement le livre.
   
   Tommy est un garçon pas tout à fait comme les autres, a 12 ans une maladie de cœur l’oblige à une vie restreinte dans un cocon soigneusement tissé par son entourage. Lui qui rêve de voler doit se contenter de la compagnie d’un ami imaginaire et des conversations enregistrées en douce sur son MP3 un peu partout, paroles qu’il engrange dans son ordinateur.
   
   Son père est un chirurgien de renom et sa belle-mère Alma communique parfois avec lui en langue des signes, il a aussi une demi-sœur Lola, une vraie peste.
   
   La vie de Tommy bascule lorsque caché sous une table il enregistre une conversation qui ne lui est pas du tout destinée, sa mère Soledad qui est morte lorsqu’il avait 3 ans, sa mère dont la photo est cachée dans son "Architout", sa mère s’est suicidée. Tommy va chercher à comprendre cette vérité si douloureuse car il ne peut que penser "Si maman s’est ôtée la vie, ça signifie qu’elle ne m’aimait pas." Et comme Tomas, c’est son véritable nom, est très intelligent il a vite fait de faire un inventaire "Maintenant je sais qu’il y a au moins onze façons de s’ôter la vie, et que l’une d’elle est celle de maman."
   
   Les autres personnages vont tenir chacun leur partition et composer un chant choral dans lequel les voix ne sont jamais réunies.
   
   Nous déroulons le fil d’Ariane pour sortir du labyrinthe composé des secrets familiaux, des non dits, des sentiments soigneusement enfermés, des peurs des uns et des autres.
   
   L’auteur nous livre l’intime de chacun des personnages, petit à petit nous ressentons leur fragilité, leur maladresse, nous nous glissons dans cette famille blessée où le silence est la seule réponse.
   
   C’est un roman délicat, tendre, pudique, sensible. L’auteur explore le monde onirique de l’enfance , l’espace que chacun garde caché pour se protéger mais dont il faut parfois payer le prix.

critique par Dominique




* * *