Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Portrait du Gulf Stream de Erik Orsenna

Erik Orsenna
  La grammaire est une chanson douce
  Portrait du Gulf Stream
  L'avenir de l'eau
  L'Entreprise des Indes
  Sur la route du papier
  La chanson de Charles Quint
  Madame Bâ
  Mali Ô Mali
  La Fontaine Une école buissonnière

Erik Orsenna est le nom de plume d'Erik Arnoult, écrivain et académicien français né en 1947 à Paris. Il est Académicien depuis 1998.
Son pseudonyme est tiré d'un roman de Julien Gracq : c'est le nom de la vieille ville du "Rivage des Syrtes".

Portrait du Gulf Stream - Erik Orsenna

Eloge des courants
Note :

   Erik Orsenna nous fait une révélation étonnante d´entrée :
   « Dans ma famille, de tradition catholique, nos prières se devaient de rendre hommage à Dieu (pour l´ensemble de son oeuvre). Mais, tout de suite après, il nous fallait dire notre gratitude au Gulf Stream (pour la chaleur de l´eau et la tiédeur de l´air). »
   Quand on sait que, par ailleurs, Erik Orsenna, préside le Centre de la Mer (La Corderie Royale, Rochefort), on se dit que le gaillard était prédestiné à nous parler courants et Gulf Stream en particulier.
   
   Après quelques passages de vulgarisation technique, afin que le lecteur puisse appréhender un minimum de finesse, Erik Orsenna nous dit tout de son amour pour sa collection ; collection de courants ( !) et de sa quête. Sur le mode poétique d´un amoureux, sur le mode épique du chercheur d´éléments qui court le monde pour interroger les meilleurs spécialistes, sur un mode plus technique parfois. Ca n´est pas vain, et il y a de beaux passages, mais ça n´accroche pas totalement l´attention. (Tout le monde n´a pas été entraîné dès sa petite enfance à invoquer Saint Gulf Stream non plus !) Ca manque peut être de recul et la passion qu´Erik Orsenna porte aux courants l´empêche probablement de se détacher davantage et d´introduire un peu de dérision.
   
   Dispensable mais vite lu. Et bien écrit.

critique par Tistou




* * *