Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

En cas de bonheur de David Foenkinos

David Foenkinos
  Le potentiel érotique de ma femme
  En cas de bonheur
  Entre les oreilles
  La délicatesse
  Qui se souvient de David Foenkinos?
  Les cœurs autonomes
  Je vais mieux
  Lennon
  Charlotte
  La tête de l'emploi
  Le mystère Henri Pick
  Vers la beauté
  Deux sœurs

David Foenkinos est un romancier français né en 1974.

En cas de bonheur - David Foenkinos

Vaudeville aérien
Note :

   Dans son dernier roman, David Foenkinos semble s´être rangé un tant soit peu du style résolument absurde de ses trois précédents ouvrages.
   Pas facile, bien évidemment, de faire une pause ou de vouloir se détacher, peut-être, d´une étiquette pas toujours facile à assumer sur le long terme. Sûr, que si son intention était telle il fallait absolument prendre ce virage dès à présent mais non sans prendre certains risques.
   
   Cette transition, si c´en est une, se fait toutefois en douceur puisque le style adopté ici par l´auteur semble basculer simplement de l´ironie au vaudeville.
   Pour ce faire, il opte pour une histoire on ne peut plus rebattue : Claire et Jean-Jacques, un couple sans réel problème, se trouvent en perte de vitesse affective après plusieurs années de vie commune et se tournent de part et d´autre vers l´adultère dans l´espoir de combler leur manque. Très vite, ils se rendent comptent qu´ils ne peuvent vivre en l´absence de l´autre. Et là, difficile de rattraper le coup...
   
   On retrouve, quand même, dans l´entourage du couple ce panel de personnages assez croustillants chers à l´auteur. Ces décalés, déjantés qui s´emberlificotent dans des situations plus ou moins grotesques comme ici les parents de Claire, entre autres. Mais les situations sont beaucoup plus pondérées et le fond de l´histoire subsiste dans le raisonnable.
   
   Un livre très aérien, selon moi, à lire uniquement dans ces moments où il est urgent de l´être tout autant.
   
   Pause, transition dans l´écriture ou alors l´auteur avait-il épuisé, dans les précédents livres, sa hotte à trouvailles en matière d´ironie?
   ↓

critique par Véro




* * *



2007, c'était l'année Foenkinos!
Note :

   Il paraît, chers happy few, que sur le mont Olympe, derrière un rocher (en chocolat ou pas, la question reste en suspens), se cache un jeune dieu. Comme je ne pouvais pas entrer en religion faute d'avoir jamais ouvert un seul roman de ce monsieur, j’ai lu "En cas de bonheur", qui est le quatrième roman de David Foenkinos.
   
    Jean-Jacques et Claire sont mariés depuis huit ans. Ils forment un couple parfait vu de l'extérieur: ils ont une bonne situation et une fille de six ans, Louise. Mais la routine s'est emparée d'eux et pour y remédier, Jean-Jacques fait ce qu'on attend de lui: il prend une maîtresse. Sa femme s'en rend compte et le quitte. Commence alors pour Jean-Jacques une descente aux enfers...
   
   Pour tout vous avouer, chers happy few, je ne savais pas à quoi m'attendre en ouvrant ce roman... Pour vous dire la vérité vraie, l'histoire ne m'a pas vraiment emballée, parce que je l'ai trouvée un peu squelettique: un couple qui se défait et qui se refait (ne m'accusez pas de me livrer à mon honteux penchant pour les spoilers, on comprend tout de suite comment l'histoire va finir...) Heureusement, l'auteur possède un véritable talent stylistique et il a un sens assez drôle de la formule, comme par exemple (je cite de mémoire, parce que je n'arrive pas à retrouver le passage, David me pardonne!) "le bonheur n'était pas à l'horizon mais à l'horizontale"...
   
    L'humour est d'ailleurs le point fort de Foenkinos et certains passages sont très réussis comme celui qui se déroule dans le bar à hôtesses. J'ai bien aimé les personnages secondaires comme Dominique Dubrove et son entreprise familiale, Igor, le détective timide ou Renée, la belle-mère frustrée...
   
   Bref, je ne suis pas totalement convaincue mais je ne demande qu'à transformer l'essai avec un autre roman!

critique par Fashion




* * *