Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Le Combat inégal de Philippe Jaccottet

Philippe Jaccottet
  Le Combat inégal

Le Combat inégal - Philippe Jaccottet

Hommage à Philippe Jaccottet
Note :

   Le 13 mai 2010 Philippe Jaccottet a reçu le Grand Prix Schiller, ce prix qui vient couronner l'œuvre du poète a été l’occasion de l’édition d’un livre hommage.
   Symbole du travail de traducteur de Jaccottet le livre est composé de trois hommages rendus dans les trois langues: Italien, Allemand et Français (Traductions en vis à vis) par ses traducteurs.
   
   « Lorsque voici quinze ans j’ouvris pour la première fois un livre de Philippe Jaccottet (...) quelqu’un n’y décrivait guère autre chose que des tâches de lumière sur des sommets montagneux, des fleurs sur la terre, des pierres dans l’eau, et je me sentais léger et neuf et libre et comblé comme rarement je l’avais été. »

   Et il ajoute
   « Depuis je ne cesse de revenir aux passages que je préfère, pareil à un collectionneur de pierres précieuses qui revient à ses joyaux favoris. »

   
   En réponse à ces éloges Philippe Jaccottet dit de la poésie
   
   « Rilke, Rimbaud, Mallarmé, Ramuz, Claudel, bientôt Hölderlin, cette révélation que la poésie pouvait être non pas même la quête, mais plus simplement l’accueil de certains signes, venus du dehors, par surprise, mais reçus au plus profond de soi, comme les flèches de l’amour ; signes précieux entre tous, dès lors qu’ils semblaient donner à notre monde, et à notre vie dans ce monde, contre tout espoir, une espèce de sens... »

   
   Mon premier livre de Philippe Jaccottet remonte à 1987 et je me suis retrouvée dans les propos admiratifs tenus dans ce livre. C’est une invitation à aller lire "La Promenade sous les arbres" ou "Ce peu de bruit", je vous souhaite d’y éprouver autant de plaisir et d’émotion que j’ai pu en ressentir
   
   Ce petit livre est accompagné d’un CD où Philippe Jaccottet lit plusieurs de ses textes.

critique par Dominique




* * *