Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Anges de Julie Grelley

Julie Grelley
  Anges

Anges - Julie Grelley

Dans la demi-peau d’une psychopathe
Note :

   Colline, jeune femme de 11O kg au visage repoussant, n’a pas toujours été ce qu’elle est devenue. Elle était Lynn, trop jeune mannequin à succès. Elle a connu la «gloire» des podiums et l’admiration «surjouée» de ses employeurs. Elle a fait les «couvs» des plus grands magazines. Et puis plus rien!
   Enfin si, elle a été emprisonnée parce qu’elle a enlevé un jeune garçon.
   
   Le présent de Colline qui s’est enlaidie volontairement, poussant le vice jusqu’à s’abîmer le nez avec un marteau, consiste à travailler dans un magasin de bricolage pendant sa liberté conditionnelle. Employée modèle, elle dispose maintenant d’un lieu et d’un arsenal au service de sa mission christique. Purifier de jeunes garçons… Trouver son ange…
   
   Glaçant. Tordu. Comme le style. La narratrice est Colline. Cependant, le procédé narratif fait alterner le «je» avec le «elle» et ceci dans une même phrase. C’est déstabilisant au départ puis on s’y habitue. Cela donne à la folie de Colline une dimension supplémentaire, un dédoublement de personnage littéraire diabolique. La folie de Colline est séparée du «je» de la narratrice, lucide au sujet de sa folie. Enfin, du moins, capable d’expliquer froidement sa quête mystique.
   « Dimanche à la maison, Colline ouvre l’album offert par mes parents pour mon anniversaire, détaillant chaque photo l’une après l’autre. Des photos de moi, prises par ma famille ou découpées dans des magazines. Quand Colline était belle. Avant les dents jaunes. Avant la cicatrice sur la lèvre descendant jusque sur le menton. Quand Colline pesait cinquante-deux kilos seulement. Quand Colline était blonde aux yeux bleus.
   Les gens disent, il faut souffrir pour être belle et Colline dit, il faut souffrir pour être laide!» P 31

   
   Le suspense est maitrisé. L’horreur de la situation, avec quelques passages bien glauques à la manière d’un film d’horreur, est parfaitement mise en forme. Le livre se lit très vite pour les amateurs de livres courts. L’originalité littéraire est au rendez-vous. Une lecture à tout point de vue intéressante. Il faut aimer le genre sombre et violent.
   
   Au final, j’ai plus été admiratif de la performance littéraire, de la forme en somme, que de l’histoire racontée.

critique par OB1




* * *