Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Le Mois des papillons de Ariëlla Kornmehl

Ariëlla Kornmehl
  Le Mois des papillons

Ariëlla Kornmehl née en 1975, vit et travaille à Amsterdam, où elle a fait des études de philosophie. Elle a passé deux ans à Johannesburg.

Le Mois des papillons - Ariëlla Kornmehl

Femmes en Afrique du Sud
Note :

   L’Afrique du Sud est le cadre de ce roman qui compose deux portraits de femmes très attachants.
   
   Une femme médecin, Joni, a quitté son pays à la suite d’un événement personnel très violent qui lui a fait rompre tous ses liens familiaux.
   Elle vit seule à Johannesburg et travaille dans le service d’urgences d’un hôpital, pour s’y rendre chaque jour elle fait un long trajet en voiture traversant des zones peu sûres. C’est son choix, elle vit dans une grande maison qu’elle partage avec une femme.
   En échange du logement et de la nourriture pour elle et ses enfants, Zanele qui est Zoulou s’occupe de la maison, prépare les repas, fait les achats, bref gouverne la vie de Joni. Le soir elle se retire dans sa partie de maison et joue du tambour pour Shanla sa fille.
   Elle a littéralement pris possession de Joni et des lieux. Elle veut la voir manger car elle la trouve trop maigre «Zanele voulait que je prenne un petit déjeuner, elle tentait de m’y contraindre»
   Zanele ne comprend pas le travail de Joni «Là où elle a grandit aucune ambulance ne venait jamais même quand on était gravement malade» elle est tout interdite devant les photos de Joni prise en Hollande un jour de neige.
   
   Quand Shanla a trop de nœuds dans les cheveux elle les lui rase. Elle sait qu’il y a les choses que l’on peut manger et celles qui sont tabou, celles que l’on peut faire et celle qui sont dangereuses, et puis il y a les certitudes «plus on vient du nord, plus on est noir» les interdits: le pain bis, le maïs jaune, et … parler avec sa patronne blanche.
   
   Ce qui pourrait être simplement une histoire d’amitié entre deux femmes prend une toute autre dimension car peu à peu le récit s’ouvre et l’on aperçoit un monde dur. Les dialogues entre les deux femmes dévoilent peu à peu l’histoire de Joni et ses rapports avec sa mère, sa souffrance, la violence au quotidien et les rêves que Zanele fait pour sa fille, la pauvreté et l’insécurité des townships, et le racisme qui n’est pas toujours où on l’attend.
   
   Deux femmes que tout oppose, l’une, scientifique, intellectuelle, l’autre, analphabète, superstitieuse. Elles se chamaillent et se comprennent, se soutiennent et composent une étrange famille dans ce pays où l’apartheid est encore dans toutes les têtes.
   
   J’ai beaucoup aimé ce roman fait de délicatesse et de rudesse, de soleil et de neige à la fois. En le lisant j’ai repensé à un roman lu il y a quelques mois "Le miel d’Harar" que j’ai aimé mais aussi le roman d’André Brink  "Les imaginations de sable" un excellent souvenir de lecture.
   
   Découvrez cette jeune auteure en espérant que ses autres romans seront traduits chez Actes Sud

critique par Dominique




* * *