Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

O comme: Nietzsche de Michel Onfray

Michel Onfray
  Traité d'athéologie : Physique de la métaphysique
  Contre-histoire de la philosophie
  La Pensée de midi. Archéologie d’une gauche libertaire
  Le crépuscule d'une idole
  O comme: Nietzsche
  Rendre la raison populaire
  La Puissance d’exister
  Décadence

O comme: Nietzsche - Michel Onfray

Révisez votre programme sans fatigue!
Note :

   Dessin: Maximilien Leroy
   
   Nietzsche était au programme de l’Université Populaire de Michel Onfray cet été, poursuivre la connaissance du philosophe à travers une BD pourquoi pas? C'est un pari audacieux que celui de populariser la philosophie, la faire sortir dans la rue mais Michel Onfray n’est plus à une provocation près.
   
   Maximilien Leroy jeune dessinateur (il est né en 1985) lui ayant envoyé quelques planches à partir d’un scénario écrit par Onfray et édité chez Galilée "L’innocence du devenir" ce fut le début de l’aventure.
   
   Comme dans une bio classique on voit l’enfance et l’adolescence de Nietzsche, sa rencontre philosophique avec Schopenhauer, la rencontre avec Wagner qui se termine mal, son admiration pour Bizet, la célèbre scène avec Paul Rée et Lou Salomé qui joue du fouet. Les personnages qui vont jalonner sa vie sont très bien présentés, la sœur de Nietzsche qui falsifiera sa pensée et ses écrits au service du nazisme est bien portraiturée. Les paysages qui sont en arrière plan de la vie de ce marcheur permanent: Sils Maria et la fulgurance de l’éternel retour, l'Italie, sont fidèlement rendus jusqu'à l'effondrement final.
   
   Le texte lui est fait à partir des écrits et de la correspondance de Nietzche, plusieurs planches sont vides de texte mais non de sens, elles expriment très bien la quête du philosophe et son extrême solitude et sa souffrance physique. Parfois un peu trop lente ou un peu trop didactique cette BD a le mérite de mettre un peu de la pensée du philosophe à la portée de tous.
   
   Collaboration qui fonctionne bien je trouve, le dessin de Le Roy se marie à merveille avec le personnage. Sur son blog Maximilien Le Roy dit "J'ai pris beaucoup de plaisir à cohabiter durant des mois avec ce voyageur solitaire, enflammé misanthrope, surhumain hypocondriaque, apatride et teuton."
   
   J’avais pris un intérêt certain à la BD tirée de «La Recherche» de Proust, je  trouve ici le pari plutôt réussi, ce diable de Michel Onfray ne s'attirera sûrement pas que des éloges mais ça il est habitué.

critique par Dominique




* * *