Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Graine de violence de Evan Hunter

Evan Hunter
  Graine de violence

Ed McBain, de son vrai nom Salvatore Lombino est né en 1927. Il est mort en 2005 d'un cancer. Il a écrit de très nombreux polars qui se sont vendus à plus de 100 millions d'exemplaires dans le monde. Il a également participé à la rédaction de nombreux scénarios (« Les Oiseaux » pour Hitchcock ou pour la série Colombo, entre autres).
Il a surtout connu le succès avec son équipe du 87ème commissariat d'Isola, ville qu'il n'a pas hésité à inventer totalement pour les besoins de sa série commencée dans les années 50, et qui l'a accompagné ensuite toute sa vie.
Il a également publié d'autres romans policiers sous le nom d'Evan Hunter.

Graine de violence - Evan Hunter

Le corps en saignant
Note :

   Evan Hunter était pour moi un inconnu avant que je ne découvre ce livre. Il est pourtant l'auteur de plusieurs romans, Salvatore Lombino était également quelqu'un dont j'ignorais l'existence. Par contre, vous et moi avons entendu parler d'Ed McBain, en réalité sous ces trois noms, deux de plumes et un de baptême, se cache la même personne.
   
   Richard Dadier (Nick) effectue sa première rentrée scolaire comme professeur d'anglais. Il a été nommé dans un lycée professionnel «École de Travaux Manuels Secteur Nord». Après avoir fait la connaissance des autres professeurs, certains en particulier parmi les anciens, le mettent en garde, cette école est réputée difficile. Mais Nick, fort de son passé de vétéran de la guerre pense être armé moralement et physiquement pour cette tâche. Il va vite déchanter! Le premier jour, il sauve une des professeurs, la ravissante Mlle Hammond, d'une tentative de viol. Cela lui confère pendant quelques jours, le statut d'un héros, mais cela se retournera vite contre lui. Le vendredi qui suit, s'étant attardé à boire quelques verres avec un de ses collègues, ils sont passés à tabac par plusieurs jeunes gens dans une rue sombre.
   La classe 55-206, où sont groupés les élèves de dernière année va dès la première semaine entrer en rébellion ouverte avec lui. Entre Grégory Miller, jeune noir à l'intelligence supérieure au reste de la classe, et lui commence une bataille larvée où Rick ne sait pas réellement comment réagir. Son collègue Josh, jette l'éponge, complètement désabusé. Un problème plus grave que les autres va le conduire chez le directeur. Accusé de racisme, il doit se justifier.
   La violence quitte l'école et change de forme, son épouse reçoit des lettres anonymes mettant en cause son comportement vis-à-vis de Lois Hammond.
   
   Richard Dadier commence sa carrière dans un optimisme béat. Il aimerait enseigner dans des conditions, disons, acceptables. Sa chute morale sera à la hauteur de sa déception. Anna son épouse, enceinte, n'a pas besoin de tous ces problèmes, le doute s'insinue petit à petit en elle. Les autres professeurs, les anciens surtout, ont baissé les bras, le laxisme s'est installé depuis trop longtemps. Pour eux, comme dans une chanson de ma jeunesse, «L'heure de la sortie, c'est le meilleur moment de la journée». Melle Hammond semble être aussi déplacée que possible dans cette école, jeune et jolie et débutante, elle attire le regard des élèves. Que cache cette femme, qui possède un air angélique sur un corps de vamp? Gregory Miller est le chef et la tête pensante de la classe, son air nonchalant cache son arrogance et un esprit manipulateur. Rick et lui se livrent à une sorte de lutte d'influence pour savoir de quel côté la classe va se ranger. Les autres élèves ressemblent à un troupeau de moutons, ils suivront le plus fort, mais qui est le plus fort?
   
   Ce roman parle de la détresse d'un homme, plein de bonne volonté, voulant réellement enseigner, mais en face de lui se dresse un mur, une volonté de nuire, de le détruire moralement. Le désarroi de ces hommes et femmes est palpable et transparaît dans toutes leurs conversations. La phrase qui résume le mieux l'état des lieux est la suivante:
   -On lui avait appris à traire des vaches et on voulait maintenant lui faire dresser des lions.

   Le système scolaire américain est passé à la moulinette, ainsi que toute la société américaine d'ailleurs. Le constat d'échec est effroyable, la violence omniprésente. Et ce livre a plus de 50 ans!
   
   
   Extraits :
   
   - Celle-là, pensa Solly, elle n'a jamais seulement dû entendre prononcer les mots École professionnelle.
   
   - À présent, c'était lui qui était professeur; les rôles étaient inversés, et ce renversement des rôles lui était rudement agréable.
   
   - C'était généralement vrai.
   Ce n'était malheureusement pas vrai, en l'occurrence.
   
   - ...ils auraient bientôt un fusil en main -perspectives agréables pour la plupart d'entre eux- et, s'il éclatait quelque part dans le monde un nouveau conflit, ils pourraient bien y laisser leur peau.
   
   - Encore un petit malin, pensa Rick, la classe est pleine de petits malins.
   
   - Ces gosses étaient des êtres humains, et non des animaux que l'on enfermait pour ne plus s'en occuper.
   
   - Il supposa que le niveau d'intelligence des élèves était plus haut qu'il ne l'était en réalité.
   
   -... les abrutis peuvent vous créer des tas d'embêtements, mais ce sont les types intelligents qui les mènent.
   
   - Elle inspira l'air profondément en rejetant les épaules en arrière sans paraître se douter de ce que faisaient ses seins chaque fois qu'elle exécutait cette simple manœuvre.
   
   - Qui est-ce qui plaisante? demanda Solly. Dadier est vraiment un brave.
   Un missionnaire, dit Manners.
   

   
   Titre original : Blackboard Jungle (1954)

critique par Eireann Yvon




* * *