Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Ados: Projet oXatan de Fabrice Colin

Fabrice Colin
  A vos souhaits
  Ados: Memory Park
  La saga Mendelson - t.1 - Les exilés
  Le réveil des dieux
  Ados: Les étranges sœurs Wilcox / 1
  Ados: Projet oXatan
  La saga Mendelson - t.2 - Les insoumis
  Comme des Fantômes
  La poupée de Kafka
  Dès 09 ans: Wonderpark - T1 Libertad - T2 Mégalopolis
  Dès 09 ans: Wonderpark - T4 - Askaran

Fabrice Colin est un écrivain français né en 1972 à Paris.

Ados: Projet oXatan - Fabrice Colin

Science fiction
Note :

   Eden, 2541.
   
   Cela fait déjà un certain temps que je me suis envolée pour Mars (et 2541), pour observer les cobayes du «Projet oXatan» de Fabrice Colin
   Ils sont quatre: Arthur, le narrateur un peu complexé, Phyllis l’intello mystérieuse, la jolie Diana et Jester, le garçon qui veut se faire remarquer. Quatre adolescents qui vivent et étudient dans un Bunker au cœur de l’Eden, sous la surveillance d’une énigmatique gouvernante. L’âge (bête) venant, ils éprouvent l’envie (bien légitime) de découvrir le monde qui les entoure, de s’aventurer hors de l’Eden, et les réprimandes affolées de mademoiselle Grâce (MG) commencent à leur paraître suspectes: pourquoi tient-elle tant à les garder prisonniers?
   Mais la vie hors du Bunker leur réserve de désagréables surprises…
   
   Voilà un roman qui réécrit et tisse ensemble avec une belle inventivité de grands mythes (les prénoms des personnages en font d’emblée des chevaliers ou des jeunes filles inaccessibles), et en invente au passage (la légende maya qui donne son titre au roman et qui est une clé de l’histoire). Le roman de science-fiction se mâtine de conte lorsqu’il est question d’affronter les ogres qui peuplent la forêt autour de l’Eden. Et comme dans tout bon roman de SF, la caractérisation des lieux est soignée: si certains sont ouvertement menaçants, comme le lac Noir où s’achève le récit, d’autres sont habilement ambigus; que penser de ce bunker-prison au cœur du paradis?
   
   Ce récit fantastique permet d’abord d’évoquer les tourments propres à l’adolescence: s’il s’agit d’abord de petites jalousies à l’âge où l’on commence à tomber amoureux, le questionnement devient par la suite plus aigu, et c’est une quête de leur identité, de leurs origines dans laquelle se lancent Arthur et Phyllis. En effet, que font-ils dans ces lieux, sans parents, dotés parfois des mêmes souvenirs d’enfance? Qui est le mystérieux Armistad qui les a recueillis après l’attentat meurtrier de 2530? (En ce qui concerne les personnalités des enfants cependant, j’aurais aimé que le personnage de Phyllis soit un peu plus développé, car la plus intelligente du groupe possède un double visage, peut-être caractéristique de l’adolescence?)
   
   Mais au-delà de cette initiation, le récit amène de nombreux questionnements fort intéressants sur le développement de la science; il y a dans ce roman un être qui, comme les vrais savants fous, veut maîtriser la nature et la vie au point de désirer enfanter alors qu’il est un homme… Ce genre de démesure est souvent fatal. Par ailleurs, les progrès techniques peuvent aussi se retourner contre l’humain, en le faisant souffrir, en transformant sa nature ou en trafiquant son passé et donc son identité.
   
   Bref, une histoire bien menée, matière à réflexion.
   
   Quant à l’écriture, imitant le style d’un garçon de 13-14 ans (c’est le journal d’Arthur que nous lisons), elle m’a paru parfois un peu plate, mais plaira sans doute aux jeunes lecteurs.
   
   Avis aux amateurs de littérature de jeunesse!
   
   
   PS: Ne vous laissez pas décourager par la couverture et profitez du prix.

critique par Rose




* * *