Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

En ami de Forrest Gander

Forrest Gander
  En ami

En ami - Forrest Gander

Géométrie variable
Note :

   La morale de cette histoire pourrait-être «Préservez moi de mes amis, mes ennemis je m'en charge».
   
   La naissance de Lester, qui commence ce livre, ne fut pour personne un moment de joie, mais est un grand moment du livre. Une jeune fille, une enfant presque, une veuve future grand-mère, la sage-femme et deux assistantes.
   
   Plus tard nous retrouvons cet enfant, qui fut très rapidement adopté à Eureka Spring (j'ai trouvé, c'est dans l'Arkansas!). Il est géomètre de profession, poète et artiste par goût et homme à femmes par besoin. Entre Cora, son épouse, Sarah, sa maitresse et les différentes passades, sa vie n'est pas simple. Mais il a élevé l'art du mensonge et de la persuasion au niveau d'une science exacte. Dans son travail, dans son ombre, dirais-je, se trouve Clay. Celui-ci, avec qui il fait équipe, cherche à pénétrer dans l'intimité de l'homme, puis du couple par l'intermédiaire de Sarah. Mais Lester possède un magnétisme qui attire hommes et femmes, Clay se sent délaissé, alors la jalousie se transforme en haine et une idée de vengeance le travaille. Alors, d'un coup de téléphone, il déclenche la fin du mythe de Lester...
   
   Lester est incontestablement le personnage central de cette histoire, et pourtant il n'a la parole qu'un court moment en fin de livre. Être un peu cynique, il a cette phrase:
   -« D'accord, l'art ne sauvera personne comme peut le faire un sac de riz »
.Il est en perpétuelle représentation théâtrale pour lui même et les autres. Admirateur de François Villon, il vit intensément comme s'il pressentait que sa vie serait courte. Mais pour lui, tel l'ange déchu, la chute sera brusque. D'ailleurs, le dernier chapitre où il est le narrateur se nomme « chutes de l'interview filmée».
   
   Clay est le faire valoir, l'amoureux de Lester et de Sarah sa maitresse. C'est lui le narrateur principal, le détonateur du drame. Au cours d'une promenade, la conversation porte sur François Villon, et il se sent exclu. Se voulant l'ami intime, le confident, il n'est qu'un membre de la cour de Lester.
   -J'ai pensé alors: Il m'aime.

   
   Sarah, la maitresse, parle d'elle de sa vie et de sa relation avec Lester. Ce passage est sans conteste le plus beau du livre, tout en sentiments et poésie. Amoureuse elle l'est, elle croit son amant quand il lui dit en parlant de son amour pour son épouse:
   -Terminé. Il est mort au lit.
   Mais hélas la réalité est tout autre, le rêve prend fin un soir...
   
   Cora, l'épouse, n'est là qu'une soirée, celle où il ne fallait pas être!
   
   Un livre étrange, très court et une histoire qui en soit n'a rien d'original, et pourtant!
   Malgré des descriptions très fouillées, trop parfois, un final programmé, l'auteur nous force à continuer, l'écriture est belle, poétique et la construction de l'histoire originale. Ce livre m'a fait penser à un univers à la Kerouac, le séducteur, ses maitresses et l'ami amoureux des femmes de l'autre. Et la présence en sourdine, de la musique, du jazz en particulier donne un univers intimiste à l'ouvrage.
   
   Un livre à découvrir mais qui ne plaira pas forcément à tout le monde.
   
   
   Extraits :
   
   - Avec l'éducation que je lui ai donnée, la jeune fille aurait dû être plus avisée.
   
   - Elle l'imagine. Son enfant perdu. Qu'a-t-il bien pu advenir de lui?
   
   - Ils savaient tous combien je l'aimais.
   
   - Il pouvait mentir pour une histoire de beurre de cacahuètes dans la cuisine de l'agence.
   
   - J'étais prêt à tout pour qu'il me remarque, pour qu'il me prenne en amitié. Mais je n'avais rien à offrir à un être comme lui. Mon adoration était sans valeur.
   
   - Notre entrée ressemblait à une parodie des rois mages......
   
   - Je sentis soudain que j'avais du pouvoir parce qu'il ne se méfiait pas de moi.
   
   - À mon sens il était clair que Lester ne pourrait pas tenir ses multiples vies en suspens plus d'un certain temps.
   
   - Je n'avais aucun moyen de savoir ce qui allait se produire.
   
   - Villon, ce superbe menteur.
   
   - Moins de dix minutes qu'on se connaissait, et nous échangions des lettres d'amour du coin des yeux.
   
   - Villon, qui a écrit sa propre épitaphe en forme de balade.
   
   - C'est comme je disais. En poète. En ami.
   

   
   Titre original: As a Friend (2008)

critique par Eireann Yvon




* * *