Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Ados: Soldat Peaceful de Michael Morpurgo

Michael Morpurgo
  Dès 10 ans: Le royaume de Kensuké
  Dès 09 ans: L'Etonnante Histoire d'Adolphus Tips
  Ados: Soldat Peaceful
  Ados: Seul sur la mer immense
  Ados: Kaspar Le chat du Grand Hôtel
  Dès 10 ans: Le mystère de Lucy Lost
  Ados: Loin de la ville en flammes
  Ados: Enfant de la jungle

Ados: Soldat Peaceful - Michael Morpurgo

Les tranchées à 17 ans
Note :

   Présentation de l'éditeur
   
   "Il s'appelle Tommo. Il n'a que dix-sept ans mais il a déjà vécu bien des choses, des joyeuses et des plus tristes. Il a passé une jeunesse heureuse avec sa mère et ses frères à la campagne, même si la vie n'était pas toujours facile. Mais tout a changé lorsqu'il est parti pour la guerre avec son grand frère Charlie. Cette nuit, Tommo ne veut surtout pas dormir, il veut penser à lui, à eux, à leur vie passée. Parce que demain, au petit matin, son existence va basculer pour toujours. Il veut profiter de pleinement de ces dernières heures pour se souvenir, pour ne jamais oublier que rien n'est plus beau que l'amour et la fidélité, que rien n'est plus terrible que l'injustice et la guerre..."

   
   
   Commentaire

   
   Je n'avais jamais lu Michael Mopurgo avant. J'avais bien acheté "Au pays de mes histoires" il y a quelques années mais je me suis dit que je devrais bien lire quelques unes des dites histoires avant de visiter ce pays. Puis j'ai oublié, ça arrive aux meilleurs d'entre nous. Il a fallu que je trouve une copie de ce livre pas chère du tout pour que je fasse enfin connaissance avec cet auteur.
   
   Ce livre, c'est l'histoire de Tommo, dix-sept ans, soldat dans la guerre des tranchées. Il n'a qu'une nuit pour se souvenir et dans ce journal, il nous raconte son enfance dans un petit village anglais, avec sa mère, son grand frère et meilleur ami Charlie, son frère Big Joe, qui a eu une méningite à la naissance et qui n'est jamais revenu complètement, mais aussi avec Molly, qui l'a aidé à nouer ses lacets le premier jour d'école, et les habitants de son village et de la Grande Maison. Le temps de ces quelques pages (le livre n'en compte pas tout à fait 200), nous nous attachons très vite aux personnages et la plume évocatrice et belle de Mopurgo réussit à nous plonger tout de suite d'abord dans l'atmosphère du village et ensuite dans celle des tranchées, où la mort rôde et où les obus sifflent.
   
   Cette histoire est touchante car on réalise tout de suite qu'au matin, il va se passer quelque chose de terrible qui va nous faire mal. Et je ne cacherai pas que j'ai pleuré comme une madeleine dans les dernières pages. Sauf que venant de moi, ce n'est pas vraiment étonnant, n'est-ce pas. L'horreur de la guerre est dépeinte de façon à la fois terrible et pudique par Tommo, anesthésié ou presque par ce qui se passe, mais qui tente à la fois d'être courageux devant l'inacceptable. Un roman sur la guerre, certes, mais aussi sur le pouvoir et l'abus de pouvoir, et surtout sur l'amitié et l'affection qu'ont deux frères l'un pour l'autre, dans cet univers de héros ordinaires, qui n'étaient certes pas nés pour ça.
   
   Si j'ai eu un peu de mal au départ avec l'utilisation du présent à la fois pour le journal et pour les souvenirs, j'ai rapidement été emportée et j'ai cessé de remarquer cette particularité. Au bout d'un moment, on sent ce que Tommo s'efforce réellement de s'imaginer à ce moment précis pour revivre des moments de bonheur. On sent sa peine qui devient peu à peu résolution, on ne peut que souffrir avec ce jeune garçon qui a dû trop vite devenir un homme. J'ai trouvé l'écriture particulièrement riche sans être pompeuse; il s'agit tout de même du journal d'un garçon de 17 ans. Elle convient parfaitement à un roman jeunesse, évoque des images puissantes et ne tombe pas dans le simpliste.
   
   J'ai vraiment beaucoup aimé.
   Même si avec mes yeux rouges, je vais avoir l'air d'un boxeur demain matin. Qui a dit que la lecture n'était pas un sport dangereux??

critique par Karine




* * *