Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Ados: Terrienne de Jean-Claude Mourlevat

Jean-Claude Mourlevat
  Dès 11 ans: L'enfant océan
  Dès 11 ans: La troisième vengeance de Robert Poutifard
  Ados: Le combat d'hiver
  Ados: La rivière à l’envers
  Ados: Hannah
  Dès 11 ans: A comme voleur
  Ados: Le chagrin du roi mort
  Ados: Terrienne

Ados: Terrienne - Jean-Claude Mourlevat

Science fiction
Note :

   Anne Collodi, 17 ans, sillonne la D8 entre Saint-Etienne et Monbrison. Elle va à Campagne. Etienne Virgil, vieil écrivain en quête d'inspiration, la prend en stop. La jeune fille est vive, désinvolte, curieuse mais étrangement Etienne se sent bien et répond à toutes les questions d'Anne. Le courant passe bien, ils discutent. Lorsqu'Anne descend, Etienne la regarde s'éloigner. Quelques jours plus tard, il repassera à l'endroit où il avait déposé la jeune fille mais aucun signe de sa destination. Aucun panneau... Campagne semble n'avoir jamais existé. Anne est passée de "l'autre côté", là-bas, un lointain qui nous est finalement proche. Anne est à la recherche de sa sœur disparue depuis un an. Après son mariage avec un homme étrange, angoissant et mystérieux, Gabrielle n'a plus donné de nouvelles, laissant sa famille inquiète et impuissante. Mais alors qu'elle écoute la radio, Anne décrypte un message de détresse...
   
   Jean-Claude Mourlevat revisite la SF et nous offre avec "Terrienne" un roman époustouflant et bouleversant à l'intrigue impeccable. Dès les premières pages, le lecteur est saisi par le talent de conteur de cet auteur qui sait créer de l'originalité dans n'importe quel genre littéraire. Commençons par le contexte où se déroule l'intrigue: Campagne. Une route insensée située sur la D8 entre Saint-Etienne et Monbrison, un lieu-dit qui mène au "très lointain", à un ailleurs improbable. Loin d'être un monde merveilleux, ce "là-bas" se nomme Estrellas: un monde aseptisé, hermétique aux microbes, qui n'accepte nul virus, nul éternuement et pour cause les gens n'y respirent pas. Ce monde parallèle est blanc, glacial, transparent et ses habitants ne vivent pas, ne rient pas, ne pleurent pas, ne soupirent pas. C'est un monde qui fait peur, comme coupé du bonheur. Les femmes ne mettent pas au monde des bébés. Les familles sont fondées grâce à des programmes informatiques. C'est un monde manipulé par la technologie et le pouvoir.
   
   Et tout ceci semble d'autant plus effrayant que ce monde se trouve à proximité de la Terre. Des hybrides nés d'une Terrienne et d'un Estrellien peuvent passer de l'autre côté et capturer des humaines. C'est le cas de Gabrielle, la sœur d'Anne, qui a épousé un hybride, dont la mission est de l'emmener là-bas et de la livrer comme esclave. Après un an, Anne recherche sa sœur et se retrouve à l'Hôtel Légende. Elle crée des liens avec Madame Stormiwell, des liens qui passent par la respiration, ce mouvement incroyable et provocateur d'émotions contradictoires pour les gens de ce monde inhospitalier et stérile. L'intrigue passe de l'effroi à l'émotion et nous force à imaginer ce que serait la vie sans la respiration qui apparaît dès lors comme la chose la plus essentielle et la plus symbolique qui soit. "Terrienne" est donc un hymne éclatant à la liberté, à l'amour qui donne la vie, à notre Terre. Car "là-bas" il n'y a pas d'oiseaux qui chantent, il n'y a pas de vent, il n'y a pas de nature réjouissante, rien qui nous fasse sentir vivant et heureux, conscient d'être présent ici et maintenant. Les humains sont considérés comme des animaux, on force les femmes humaines à enfanter et le simple fait de soulever sa poitrine pour prendre de l'air est un blasphème. La respiration, source de bonheur et de bonne santé chez nous est chez eux une infection, un risque de contamination. Jean-Claude Mourlevat a parfaitement maîtrisé ce thème avec sobriété et sensibilité.
   
   Les hybrides sont formés aux sentiments. Ils apprennent à éprouver des émotions: la peur, l'amitié, la honte... mais comment apprendre à ressentir alors que c'est quelque chose de naturel, d'inné. C'est juste bluffant. Pari réussi par cet auteur qui voulait écrire de la science-fiction. Car en créant un monde très loin de la Terre, très loin de ce qu'on est, Jean-Claude Mourlevat nous offre un roman essentiel qui nous rappelle que chaque instant, chaque bouffée d'air est magique... On ressort de "Terrienne", grandi, fort et chanceux...
   ↓

critique par Laël




* * *



Un monde parallèle
Note :

   Anne Collodi est une adolescente de 17 ans dont la sœur a disparu le lendemain de son mariage. Partant à sa recherche, elle «passe  de l’autre côté, où celle-ci se trouve «Je passe d’un monde à l’autre par ce chemin, cet unique chemin, celui qu’a pris ma sœur».
   
   Anne n’a jamais aimé l’homme que sa sœur a épousé. Jens a en effet un comportement étrange, très déstabilisant. Et dès le lendemain du mariage, ses craintes se confirment car sa famille n’a alors plus aucune nouvelle d’elle. Gabrielle a bel et bien disparu, et impossible de la joindre sur son portable ou sur son fixe. Anne se confie à un homme, écrivain d’un certain âge, qui la prend en auto stop, et part avec lui rejoindre sa sœur dans l’autre monde… Car elle a découvert qu’elle était en grand danger à la suite d’un message de détresse qu’elle a entendu à la radio…
   
   Dans l’autre monde, les gens ne respirent pas, elle l’apprend dès son arrivée par la standardiste Madame Stormiwell qui l’accueille à l’hôtel où elle passe la première nuit et qui l’identifie tout de suite comme «Terrienne» mais en se gardant bien de le dire. Car dans ce monde où sa sœur a sans doute été kidnappée, les Terriens ne sont pas les bienvenus… Et Anne n’est en effet pas au bout de ses surprises…
   
   Rentrer dans un roman de Jean-Claude Mourlevat, c’est toujours rentrer dans un univers fabuleux, merveilleux, où il arrive à conjuguer fantastique, merveilleux, aventures, récit d’amour… Cette fois ci il est plus proche de l’univers de la science fiction, il dit d’ailleurs de ce livre que c’est son premier roman de science fiction. Un roman étonnant où on accède à un monde parallèle par une petite route de campagne, loin de nous par la façon de vivre mais proche en distance. Ce monde est surnommé Estrellas, et on y retrouve des personnages décalés, inquiétants mais aussi Bran, un ami de Jens, hybride, c'est-à-dire fruit d’une liaison entre une Terrienne et une personne de ce nouveau monde. Cet homme ne la laisse pas insensible et fait entrer l’amour dans ce roman épatant, dont l’éditeur Gallimard Jeunesse nous offre une fois de plus un magnifique objet livre.

critique par Éléonore W.




* * *