Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Le bateau-phare de Blackwater de Colm Toibin

Colm Toibin
  La bruyère incendiée
  Brooklyn
  Le bateau-phare de Blackwater
  L'épaisseur des âmes
  Désormais notre exil
  Bad Blood
  Le Maître
  Le testament de Marie
  La couleur des ombres
  Nora Webster

Colm Tóibín est un écrivain irlandais né en 1955.

Le bateau-phare de Blackwater - Colm Toibin

Conseil de famille
Note :

   Un homme malade, va mourir, il charge sa sœur de reprendre contact avec leur mère qu’ils n’ont pas vue depuis plusieurs années. Les rancœurs du passé s’estomperont-elles? Colm Toibin ne juge pas les personnages ni les relations entre eux, il semble témoin et narrateur de ces retrouvailles et de leurs tensions. La maladie et la déchéance de Declan sont "cliniquement" décrites, sans effet d’écriture.
   
   Hélène reçoit une visite inattendue, Paul, un ami de son frère lui annonce que celui-ci est malade et qu’il aimerait la voir. Declan, homosexuel, est atteint du sida, il veut aller au bord de la mer près de Wexford, chez sa grand-mère et revoir sa mère. Les deux femmes, veuves de bonne heure, n’ont pas des caractères faciles et ne s’entendent pas du tout. Et comme les relations sont très tendues entre Hélène et Lily sa mère, la jeune femme hésite mais ne peut pas refuser. Dans la vieille maison de la grand-mère, deux clans se côtoient, Larry et Paul les hommes, amis de Declan, qui le connaissent plus que sa famille, pour qui sa santé est une priorité. Les femmes, grand-mère, mère et fille vont vider leurs sacs, sortir des années de petits faits et de souvenirs ayant entraîné une décomposition de leurs relations. Declan, qui est le point central de ce huis clos, voit son état de santé s’aggraver rapidement. Les personnages féminins ont les premiers rôles de ce livre. La mère depuis des années pleure son mari mort d’un cancer dans la fleur de l’âge, mais ne sachant pas gérer ses sentiments, elle s’est murée dans une dureté que ses enfants lui reprochent. Sa réussite professionnelle lui ayant donné une certaine aisance et une autorité nouvelle, elle ne comprend pas que son avis soit mis en doute, elle n’approuve pas la vie sexuelle de son fils.
   
   Hélène, et Declan avec elle, reprochent à sa mère le sentiment d’abandon qui les a poursuivis depuis leur enfance. Toutes découvriront un Declan qu’elles ne connaissaient pas. Paul et Larry eux apportent un côté terre à terre, un minimum de gaieté et un dévouement sans faille pour Declan. A lire, mais quand le moral est bon.
   
   -" Ma mère m’a appris à me fier à l’amour de personne, parce qu’elle même était toujours sur le point de me retirer le sien. J’ai associé l’amour et le perte, voilà ce qui s’est passé ".
   
   -" Cathal, l’aîné. Il est silencieux, il est comme les hommes d’ici, il adore ne pas avoir à parler."

critique par Eireann Yvon




* * *