Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Les Boucanières de Edith Wharton

Edith Wharton
  Sur les rives de l'Hudson
  Libre et légère
  Chez les heureux du monde
  Les beaux mariages
  Xingu
  Les chemins parcourus
  Eté
  Ethan Frome
  Le temps de l’innocence
  Le triomphe de la Nuit
  La splendeur des Lansing
  Le fils et autres nouvelles
  Les Boucanières
  Les New-Yorkaises
  Le vice de la lecture

Edith Wharton est une romancière américaine née à New York en 1862 et morte en 1937, en France où elle vivait depuis une trentaine d'années.


* Citations dans la rubrique "Ce qu'ils en ont dit"

Les Boucanières - Edith Wharton

La chasse au mari est ouverte!
Note :

    Premier réflexe  avant même d’ouvrir le livre : chercher le sens du titre.
   Qu'est-ce qu’une boucanière?  Une femme de mauvaise vie selon Littré, une aventurière dirais-je une fois le livre refermé, les boucaniers étant, eux, les pirates des Caraïbes qui chassaient les bœufs sauvages et écumaient les mers et les boucanières de Wharton chassent aussi à leur façon!
   
   De quoi est-il question? De cinq jeunes riches américaines fraîchement débarquées en Angleterre à la poursuite de bons partis à trouver dans la bonne société aristocratique pour ne plus se sentir snobées dans le milieu où elles désirent s’intégrer.
   
   Nous sommes à la fin du XIXème siècle, dans les années 1873/1877 et elles vont tour à tour étonner, éblouir puis terrifier les vieilles ladies et leur monde si rigoureusement codifié. Elles sont non seulement jeunes, belles et riches mais elles se veulent libres et libérées, se montrent volontiers volages, impertinentes, audacieuses, indépendantes, défauts ou qualités qui affolent leurs futures belles-mères car elles finiront par atteindre leur but et se trouveront des maris au pedigree sur mesure mais le bonheur, c’est autre chose et elles réagiront différemment face à cette constatation, chacune selon son tempérament, l’une allant même jusqu’à divorcer sans crainte du scandale ainsi déclenché, comme l’avait fait également Edith Wharton. 
   
   Qui sont les cinq héroïnes que l’on découvre lors d’une course de chevaux à Saratoga, près de New York, par une journée de canicule et que nous suivrons très vite à Londres et ailleurs toujours dans  de belles demeures?
   Ce sont les deux sœurs Virginia et Nan St. George, la première d’une grande beauté et la deuxième moins jolie mais plus sensible et plus intéressante. Viennent ensuite les deux sœurs Elmsworth, Liz, une autre beauté et Mabel, «à la silhouette osseuse». Enfin, la plus séductrice, Conchita Closson aux cheveux rouges et à l’audace sans fin. Toutes ces jeunes filles en fleurs vont débarquer en Europe toutes ensemble avec leur gouvernante Miss Testvalley pour affronter en guerrières averties et soudées les grandes familles de l’aristocratie anglaise et leurs rejetons empotés et peu reluisants.
   
    De tous les récits d’Edith Wharton lus jusqu’ici (Les New-Yorkaises, Le temps de l’innocence, La plénitude de la vie, La vue de Mrs Manstey), c’est celui que je préfère. Non seulement on y retrouve ce style raffiné, subtil, à la fois précis et imagé que j’aime mais également des portraits de femmes déjà modernes, drôles et décidées et malgré tout coincées entre leur désir très vif d’épanouissement personnel et le carcan étouffant des règles du monde qui les entoure. 
   
   Comme d’habitude, avec cette romancière dont c’était le dernier roman resté  inachevé, cette lecture a été pour moi un grand bonheur! 
    ↓

critique par Mango




* * *