Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Du côté de Castle Rock de Alice Munro

Alice Munro
  Les Lunes de Jupiter
  Fugitives
  Du côté de Castle Rock
  L'Amour d’une honnête femme
  Secrets de polichinelle
  Trop de bonheur
  La danse des ombres heureuses
  Loin d'elle
  Rien que la vie

Alice Munro est une écrivaine canadienne de langue anglaise, née en 1931.

Elle a obtenu le Prix international Man Booker, puis le Prix Nobel de Littérature en 2013 en tant que «souveraine de l’art de la nouvelle contemporaine» .

Du côté de Castle Rock - Alice Munro

Lost in Scotland
Note :

   "Du côté de Castle Rock" est un roman d'un genre particulier, patchwork mélangeant histoire familiale, autobiographie et considérations personnelles, le tout précédé d'une mise en garde d'Alice Munro: ce récit qui traite de ses racines écossaises et de sa vie au Canada tient tout autant de la réalité que de la fiction.
   
   L'histoire débute en Ecosse alors que les ancêtres de la narratrice vivent dans la vallée d'Ettrick, lieu ne présentant “aucun avantage” selon une description de l'époque. On découvre ainsi Will O'Phaup, qui incarne l'Ecosse férue de légendes, à travers ses prouesses improbables célèbres à l'époque et les fables que l'on raconte au sujet de ces fantômes et autres créatures étranges l'ayant hanté. Puis d'autres membres de la famille, une génération après, dont James Hogg, l'auteur des Confessions du pêcheur justifié. Cette partie (la plus courte du récit) est aussi l'occasion de croiser Thomas Boston, pasteur inquiétant incarnant le puritanisme. C'est aussi celle qui m'a le plus intéressée, car elle rend bien compte de la culture et de l'état d'esprit écossais de l'époque. Puis une génération se décide à quitter la terre natale pour l'Amérique, et plus précisément, le Canada.
   
   S'ensuit le récit de la traversée et de l'installation de la famille au Canada: construction d'une maison, choix des terres, trajets en charrette... Enfin la narratrice revient plus longtemps sur sa propre histoire, s'intéressant plus particulièrement à la première partie de sa vie (jusqu'à son premier mariage) et en profitant pour évoquer ses parents et d'autres visages familiers plus ou moins liés aux premiers arrivés au Nouveau Monde.
   
   Au final, "Du côté de Castle Rock" est un livre hybride dense, agréable à lire et par moment captivant. Alice Munro parvient à faire le portrait de plusieurs générations en prenant pour point de départ son propre parcours. Une belle introduction pour moi qui n'avais pas encore lu cet auteur (dont j'ai toutefois deux livres chez moi !).
   
   "Les fleurs de cerisier me firent penser aux arbres du champ de Miriam McAlpin. Je voulais les voir en pleine floraison. Et pas seulement les voir – comme on pouvait le faire en les regardant de la rue – mais pénétrer sous ces branches, m'étendre sur le dos, la tête contre un tronc, pour le regarder s'élever comme sortant de mon crâne, monter et s'épanouir, se perdre dans une mer de fleurs renversée. Voir aussi si l'on découvrait des fragments de ciel, de sorte qu'en plissant les yeux je pourrais les faire passer au premier plan, comme autant d'éclats d'un bleu brillant, flottant sur cette mer blanche et floconneuse." (p237-238)

    ↓

critique par Lou




* * *



Unique roman
Note :

   Alice Munro a publié 14 recueils de nouvelles avec pour cadre le plus souvent la campagne de l’Ontario. Ses personnages sont essentiellement des femmes et des gens ordinaires. Un goût du détail, une intrigue qui sert de prétexte à un réalisme psychologique ; mais un seul roman : "Du côté de Castle rock" 2009 en français (édition originale en 2006).
   
    "Je me suis mise à m’intéresser un peu plus qu’en passant à une branche de ma famille, dont le nom est Laidlaw… gens obscurs et plutôt pauvres, installés dans la vallée de l’Ettrick".
   
    Après un séjour de quelques mois en Ecosse Alice Munro a retrouvé ses ancêtres, grâce aux archives, aux lettres, aux carnets, en a tiré des histoires qui content leur départ vers le Nouveau Monde en 1818, leur installation dans des terres à défricher, l’opiniâtreté indispensable à leur survie, leur nécessaire solidarité, une vie de pionniers faite de labeur et de misère. 1839, 1850, les chapitres font des bonds dans le temps jusqu’au vingtième siècle, celui de la naissance de la jeune Alice, de sa jeunesse. Si la vie a changé, le paysage aussi. Les exploitations, les maisons en rondins puis en briques, les granges, tout a disparu. Les traces de ces lointains pionniers qui ont forgé ce pays se sont effacées dans la modernité.
   
   Un bel hommage rendu à ces hommes et ces femmes qui se sont arrachés à une vie ancestrale, à une terre qu’ils n’avaient jamais quittée, pour tenter l’Aventure.

critique par Michelle




* * *