Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Le Journal d’un homme de trop de Ivan Tourgueniev

Ivan Tourgueniev
  Premier amour
  Fumée
  Le Journal d’un homme de trop
  Clara Militch

Ivan Sergueïevitch Tourgueniev (Иван Сергеевич Тургенев) est un écrivain russe né en Russie en 1818 et mort en France en 1883.


Une fiche sur la biographie de Tourgueniev publiée par André Maurois ici

Le Journal d’un homme de trop - Ivan Tourgueniev

Grande nouvelle ou court roman?
Note :

   Une nouvelle des débuts de Tourguéniev en littérature. Une nouvelle qui lui va comme un gant lui qui toute sa vie a été «obsédé par le contraste entre un jeune homme nerveux, faible, et une jeune fille passionnée, volontaire; entre un homme qui s’analyse trop et une femme qui, au contraire, s’abandonne courageusement à la vie.» Ce sont les mots d’André Maurois et ils illustrent parfaitement la nouvelle de Tourguéniev.
   
   Un homme jeune va mourir, le médecin vient de lui annoncer, Tchoulkatourine se retourne sur sa courte vie et comme il s’ennuie et est incapable de profiter de ses derniers jours, il décide d’écrire son journal et de faire le récit de sa vie.
   
   C’est un homme qui a eu une enfance bien terne «pénible et morne», une famille sans ambition et une vie provinciale bien falote. Alors rien n’est survenu dans sa vie? rien qui soit digne d’être distingué?
   Si, son amour pour Elisabeth Kirillovna, mais son tempérament indécis l’a empêché d’exprimer son amour, il a craint les rebuffades «telle demoiselle russe aux sentiments élevés peut avoir une façon si dominatrice de se taire que même chez un homme averti ce spectacle provoque parfois des grelottements» il n’a pas su accorder ses actes à ses sentiments et la demoiselle s’est tournée vers un autre. Une seconde chance lui sera offerte mais il ne saura pas la saisir.
   
   C’est dans la tenue du journal que pour la première fois le jeune homme prend sa vie en main, il s’est aveuglé toute son existence et l’approche de la mort lui donne quelque lucidité. Il a accepté de petites humiliations, il fait preuve envers lui même d’une cruelle ironie, d’amertume et de désenchantement «Ma petite comédie est terminée. Le rideau tombe. En rentrant dans le néant, je cesse d’être de trop…»
   
   Ce n’est pas un véritable héros que Tchoulkatourine, on éprouve de la pitié pour lui, son incapacité à vivre réellement, à faire preuve de passion le tient en marge de la vie, son impuissance devant le destin qu’il subit nous empêchent d’éprouver de la sympathie.
   
   Tourgueniev a un grand sens du récit et il sait à merveille raconter: un duel, une simple promenade sous le tilleuls, un bal.
   
   Ce qui rend cette nouvelle marquante c’est que Tourgueniev fait en partie son portrait dans celui de cet «homme de trop» , ses amours avec Tatiana Bakounine ou Pauline Viardot ont la couleur de l’échec et ce portrait d’un homme peu doué pour le bonheur c’est un peu le sien, il dit lui même «Je n’ai jamais pu rien créer qui vînt seulement de mon imagination. Il me faut pour faire un personnage un homme vivant.»
   
   En lisant «Un homme de trop» vous aurez peut être envie de connaitre un peu mieux Tourguéniev.

critique par Dominique




* * *