Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Péché originel de Phyllis Dorothy James

Phyllis Dorothy James
  Péché originel
  La salle des meurtres
  Le phare
  A visage couvert
  Une mort esthétique
  La Meurtrière
  La Mort s'invite à Pemberley
  Meurtre dans un fauteuil
  Une folie meurtrière
  Meurtres en blouse blanche
  L’Île des morts

Ecrivaine de romans policiers née en 1920 à Oxford.
D'abord femme au foyer puis, son mari étant gravement malade, obligée de travailler pour élever ses enfants, elle ne présente son 1er roman qu'après 40 ans.
Sacrée nouvelle reine du crime, elle est aujourd'hui lauréate du Silver Dagar Award, ainsi que, en France, du grand prix de littérature policière (en 1988).
P.D.James est devenue baronne (elle a été anoblie par la reine en 1990), membre éminent des auteurs britanniques et de la chambre des Lords.
Elle est décédée à Oxford le 27 novembre 2014. Elle avait 94 ans.

Péché originel - Phyllis Dorothy James

Trop, c'est trop...
Note :

   Imitation de palais vénitien perché au bord de la Tamise, "Innocent House" est le siège de "The Peverell Press", une des plus anciennes maisons d'édition britanniques, et le théâtre d'événements mystérieux qui culminent avec l'assassinat du PDG de Peverell, Gérard Etienne... Adam Dalgliesh, policier et poète, mène l'enquête - une enquête qui nous fera explorer de long en large les berges du fleuve.
   
   J'aime me plonger de temps en temps dans un très classique 'whodunit' anglais, et m'évader dans une atmosphère feutrée où les charmants 'cottage' et les sacro-saints sandwichs au concombre accompagnant le 'five o'clock tea' dissimulent plus ou moins mal rancoeurs ravalées et autres sombres motifs. Autant dire que je suis plutôt bon public pour les descriptions qui plantent le décor de ce genre de romans. Mais trop, c'est trop. L'intrigue policière de "Péché originel" semble réduite à servir de prétexte et de fil conducteur bien maigrichon entre de longues digressions qui sont autant de cartes postales: les eaux du fleuve se jouant des derniers rayons du soleil couchant, les reflets de la lumière matinale sur les marbres de la façade d' "Innocent House", le magasin d'antiquités de Mr Simon que l'on croirait tout droit sorti d'un roman de Dickens... Si bien que "Péché originel" pâtit d'une surabondance de descriptions stéréotypées qui ralentissent terriblement le déroulement de l'intrigue et où les personnages semblent littéralement se diluer, même Adam Dalgliesh qui m'avait pourtant paru bien plus intéressant lors de mes précédentes lectures de P.D. James... L'écriture de P.D. James est certes irréprochable, mais elle ne soutient pas la comparaison avec la richesse des palettes de J.M.W. Turner ou de Claude Monet, ni avec la puissance d'évocation des tableaux qu'ils ont peints sur les rives de la Tamise. Et l'hommage que P.D. James rend ici à ces paysages du bord du fleuve, à leur poids d'histoire et à leurs jeux de lumière, ne fait tout simplement pas le poids. Voici donc un (beaucoup trop) long roman que j'ai lu sans déplaisir mais qui ne m'a jamais vraiment captivée
   
   
   Série des enquêtes d' Adam Dalgliesh
   
   1.À visage couvert (Cover Her Face, 1962)

   2.Une folie meurtrière (A Mind to Murder, 1963)
   3.Sans les mains (Unnatural Causes, 1967)
   4.Meurtres en blouse blanche (Shroud for a Nightingale, 1971)
   5.Meurtre dans un fauteuil (The Black Tower, 1975)
   6.Mort d'un expert (Death of an Expert Witness, 1977)
   7.Un certain goût pour la mort (A Taste for Death, 1986) Grand prix de littérature policière 1988
   8.Par action et par omission (Devices and Desires, 1989)
   9.Péché originel (Original Sin, 1994)
   10.Une certaine justice (A Certain Justice, 1997)
   11.Meurtres en soutane (Death in Holy Orders, 2001)
   12.La Salle des meurtres (The Murder Room, 2003)
   13.Le Phare (The Lighthouse, 2005)
   14.Une mort esthétique (The Private Patient, 2008)

critique par Fée Carabine




* * *