Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Dès 03 ans: Série Monsieur - Madame de Charles Roger Hargreaves

Charles Roger Hargreaves
  Dès 03 ans: Série Monsieur - Madame
  Dès 04 ans: Monsieur Noël

Dès 03 ans: Série Monsieur - Madame - Charles Roger Hargreaves

La clé de la parole
Note :

   Charles Roger Hargreaves, est si célèbre que Google a commémoré en 2011 par un doodle les 40 ans de la parution du premier titre de la série "Monsieur" et "Madame". C'est que mine de rien, depuis une dizaine d'années, cet auteur était devenu le second auteur britannique par le nombre de lecteurs (après J. K. Rowling) et que ses ventes avaient passé les 100 millions d'exemplaires. Ce qui frappe à cet égard, c'est que le succès est là dans presque tous les pays. On pourrait donc conclure que C.R. Hargreaves a bel et bien trouvé un langage et un champ à large impact interculturel.
   J'ai nommé: le souci que nous nous faisons pour nos enfants.
   
   Et que nous offre donc Hargreaves qui intéresse la plupart des parents de la planète?
   Une clé.
   La clé qui nous permettra d'aborder avec nos bambins l'épineux problème -quel qu'il soit- qui nous semble mériter une discussion approfondie avec eux.
   Je dis quel qu'il soit parce qu'avec au final 92* titres, on fait un peu le tour de la question.
   
   Chaque livre est centré sur un personnage. Chaque personnage, au graphisme simpliste mais très expressif et à la couleur vive, incarne une particularité psychologique -et généralement un défaut-. Il y a ainsi, "Monsieur Peureux", "Madame Têtue", "Monsieur Grognon", "Madame Tintamarre", "Madame Timide" etc. La lecture de l'aventure (la mésaventure devrais-je dire) avec le bambin ciblé permet d'engager une discussion sur les avantages et les inconvénients de telle ou telle attitude et aide l'enfant, qui est alors désolidarisé du "défaut" (puisque c'est celui d'un "Monsieur" ou d'une "Madame") d'y jeter un œil plus objectif et même critique. On constate d'abord les inconvénients et conséquences déplaisantes de l'attitude fautive. Une solution, une façon de surmonter la tendance néfaste, est alors proposée ou mise en scène. L'histoire se termine toujours par le personnage ayant surmonté son défaut et s'en trouvant bien plus heureux, ce qui est une façon positive de considérer une modification de comportement. Si tout se passe bien, au terme de la lecture, l'enfant tiendra à ne pas être ou faire comme le "Monsieur" ou la "Madame" en question, il aura compris que l'attitude de fin d'histoire est plus satisfaisante, gratifiante et le parent s'en trouvera bien soulagé.
   
   Ceci est bien sûr un canevas général. Certains titres ne le suivent pas. Ainsi par exemple, "Madame Têtue", malgré de nombreuses mésaventures, mène son entreprise jusqu'au bout et ne modifie pas du tout son attitude. Les parents en seront sans doute fort marris... leur démonstration tombe à l'eau. Il ne leur restera plus qu'à surjouer les inconvénients créés en chemin par l'entêtement de Madame têtue et faire mine de négliger la fin. Les humbles lecteurs que nous sommes ne saisissent pas toujours les intentions des auteurs, n'est-ce pas. Mais revenons à la série.
   
   Pour ma part, j'aime bien le graphisme sans qu'il soit tout à fait renversant, j'aime un peu moins les histoires pas toutes très riches et je n'aime pas l'usage abusif du passé simple dans la narration qui passe bien avec les textes fournis (et fleuris) des contes anciens mais accroche pas mal avec les courtes phrases minimalistes de ces histoires-là. Trouver à la fois "Il prit" "Il traversa" "Il s'arrêta" et "il fit" sur quelques mots, cela fait rédaction de Certificat d'Etudes surtout si l'on ajoute à cela que les adjectifs sont aussi rarissimes que les adverbes. Cela vise à l'efficacité de la démonstration (bravo) mais ce ne sont pas de jolis textes et la poésie est absente.
   
   Conclusion: un coup de main bien utile pour tenter de débloquer une situation (on aurait bien tort de rechigner à l'utiliser), mais pas l'œuvre d'un grand conteur. Les "Monsieur" ou "Madame" resteront sans doute dans l'histoire comme instruments, pas comme œuvre. On n'est pas dans le domaine du "Petit Chaperon Rouge" ou de "Peau d'Âne".
   
   
   * Et cela continue malgré le décès de l'auteur! Un fantôme? Non, mais la série a été reprise par le fils et la fille de Hargreaves ainsi que par moult commerciaux... mais ça, c'est une autre histoire.

critique par Sibylline




* * *