Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Nuit de Edna O'Brien

Edna O'Brien
  Nuit
  Tu ne tueras point
  Saints et pécheurs
  Lanterne magique
  Les païens d'Irlande
  Crépuscule irlandais
  Fille de la campagne

Edna O'Brien est une romancière Irlandaise née en 1930.

Nuit - Edna O'Brien

Un sale nom propre!
Note :

   Un ancien roman d’Edna O’Brien (1972) très différent de ses livres actuels. Le propos y est plus osé, les personnages plus marginaux et le sentiment d’exil y est plus présent.
   
   Cette nuit-là, Mary Hooligan est seule, elle garde une maison que des propriétaires inconscients lui ont confiée. Elle se remémore sa jeunesse en Irlande, au cœur de la campagne, se souvient des problèmes de son adolescence, de ses relations avec sa famille, puis du départ chez l’ennemi:
   -" Les Angliches, le peuple peint. Un pays où le roi souffre d’hémorroïdes. Cela ne s’ébruite pas.

   
   Puis Londres, l’alcool, le sexe et petit à petit, l’âge venant, les amants restent de moins en moins longtemps, puis la solitude s’installe et la tristesse aussi. Pauvre Mary, la vie ne l’a pas épargnée, ses enfants sont loin, son mariage fut un échec, la démence la guette, cette nuit ne sera que la suite d’autres nuits abominables.
   -" O étoile du matin, ô chemins glissants, ô ange gardien des vagabonds, pose tes yeux sur nous, donne-nous un coup de main, allons piquer un somme sur quelque autre rivage, vivons un peu avant que l’atroce, l’envahissante obscurité ne nous enveloppe ……………… ".

   
   Edna O’Brien donne l’impression de régler ses comptes avec sa famille et son adolescence dans les pages irlandaises très certainement autobiographiques.
   
   Ce livre est un monologue désespéré, le langage est cru, l’écriture hachée, des phrases sans verbes et des retours en arrière fréquents rendent cette histoire ardue à suivre. Mais très bon livre malgré tout.
   
   Petit rappel historique "Les premiers Hooligan étaient une famille irlandaise haute en couleurs qui, par sa manière de vivre, égaya la morne existence du quartier de Southwark vers la fin du XIX. E.Weekley."

critique par Eireann Yvon




* * *