Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Ados: Immortels - 1 de Cate Tiernan

Cate Tiernan
  Ados: Immortels - 1

Ados: Immortels - 1 - Cate Tiernan

C'est quand, l'âge de raison?
Note :

   Présentation de l'éditeur
   
   "La nuit dernière, tout mon univers s'est écroulé. Et j'ai dû mettre les voiles. Disparaître. Incy est allé trop loin. Lui, mon meilleur ami, celui avec qui j'ai fait les quatre cents coups. D'habitude, je ne donne pas dans le sentiment. Mais cette fois, c'est différent.
    Il n'avait pas le droit d'agresser ce type sans raison. Et surtout, jamais il n'aurait dû voir cette marque dans mon cou, que je cache depuis des siècles. Parce que j'ai oublié de vous dire: j'ai 459 ans.
    Voilà comment je me retrouve à River's Edge. Vous m'imaginez, moi, dans un centre de redressement pour immortels qui veulent filer droit? Passer mes journées à avoir des pensées positives et une alimentation équilibrée... très peu pour moi. Pourtant, je dois rester. Je le sens. Ce type, Reyn, je l'ai déjà croisé quelque part, j'en suis sûre.
    Mais où? Et quand?"

   
   
   Commentaire
   
   Je dirai d'emblée que j'ai globalement bien aimé ce premier tome (parce oui, c'est le premier tome d'une trilogie. Les deux suivants sont prévus - ici - pour avril 2011 et avril 2012, en anglais). Nous sommes bien entendu dans le répertoire de récits surnaturels pour la jeunesse mais j'ai bien apprécié que, pour une fois, l'héroïne ne soit pas une jeune péronnelle qui entre soudain dans le monde surnaturel. En effet, Nastasya - Nasty pour les intimes - a 459 ans et a déjà tout vu, tout vécu. Elle a déjà souffert, trop peut-être, et s'est blindée derrière une indifférence envers la race humaine, les autres immortels et surtout elle-même. Résultat, elle mène une vie de débauche avec ses quatre copains tous aussi blasés qu'elle, enchaînant voyages, cuites (j'allais écrire "brosses" mais je vous aurais perdus, hein!), et poussées d'adrénaline, sans se soucier le moins du monde des conséquences. Jusqu'à ce qu'un jour, il se produise quelque chose qui peut lui sembler banal... mais qui la dégoûte de tout ça. La voilà donc partie pour River's Edge, retraite dans la nature au Massachussets, où on vit bio et où on tente d'être zen et de maîtriser une magie non destructrice.
   
   Ce roman est tout d'abord le roman d'un apprentissage, d'un retour aux sources pour Nasty, qui est vraiment très très perdue. Malgré ses 459 ans, elle agit généralement comme une ado rebelle et en colère, qui réagit impulsivement et ne pense pas plus loin que le bout de son nez. Si on peut comprendre que des centaines d'années d'une vie sans but peuvent donner ça, quand même je me serais attendue à un peu plus de sagesse. Mais bon, étant donné le personnage, ça se tient.
   
   Le récit est au "je", notre Nasty porte très bien son nom: elle est désagréable, très sarcastique (voire assez drôle par moments) et parfois vulgaire. J'ai été un peu prise au dépourvu par cette voix qui s'adresse parfois au lecteur, au départ. On la sent réellement perdue et malgré ses défauts, j'ai été touchée par ce désespoir total, ce sentiment que rien ne compte.
   
   Si l'action n'est pas à toutes les pages dans le roman, je ne me suis pourtant pas ennuyée pendant la lecture. On apprend à connaître l'héroïne qui accepte graduellement ce qu'elle est, ce qu'elle a été. Nous découvrons son passé par flashbacks mais il reste difficile de faire un lien entre ce qu'elle était et ce qu'elle est devenue. Sa relation avec Reyn, très tendue, est également intéressante parce que bon, on sent que malgré tout, ce n'est pas gagné. Même si la mythologie ne m'est pas apparue encore très approfondie (j'imagine qu'elle sera développée), il y a tout de même une certaine fraîcheur par rapport aux romans du même genre. L'histoire d'amour n'est pas au premier plan, pas de batailles à toutes les pages, pas de déclarations fleuries non plus. J'ai aimé voir le personnage évoluer, se débarrasser de ses protections pour vivre vraiment à nouveau. Ça change agréablement.
   
   Si les personnages principaux évitent le manichéisme, les personnages secondaires sont peu développés et j'aurais aimé des méchants plus nuancés. Si j'aime souvent des vilains bien machiavéliques, dans ce cas précis, j'aurais préféré que les relations avec les copains de départ soient un peu plus approfondies et que certains autres soient moins prévisibles. Un personnage en particulier, est dépeint sous un jour tellement déplaisant que j'ai eu du mal à comprendre ses motivations. Même quand c'est de la littérature jeunesse, j'aimerais que les auteurs n'en fassent pas tant pour bien montrer aux lecteurs que tel personnage n'est pas gentil et a de mauvaises intentions. Mais bon, patientons, ceci sera sans doute expliqué dans un prochain tome.
   
   Parce que oui, malgré mes bémols, je lirai certainement la suite. Plusieurs fils ne sont pas résolus à la fin de ce premier tome et j'ai bien envie de voir comment évolueront les relations et les événements. Une lecture distrayante et agréable (je l'ai enchaînée en une demi-journée), bien qu'un peu prévisible.

critique par Karine




* * *