Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Dalva de Jim Harrison

Jim Harrison
  De Marquette à Veracruz
  Faux soleil
  Lointains et Ghâzals
  L'été où il faillit mourir
  Sorcier
  En marge - Mémoires
  Julip
  Un bon jour pour mourir
  Dalva
  Retour en terre
  Lettres à Essenine
  Nord-Michigan
  Les jeux de la nuit
  Légendes d'automne
  Une odyssée américaine
  Grand Maître
  Péchés capitaux
  La Route du retour
  Nageur de rivière
  Le Vieux Saltimbanque
  Dernières nouvelles

Auteur des mois d'avril et de mai 2006

Jim Harrison est né en 1937 dans le Michigan. Il a commencé à écrire dès l´adolescence, par conviction et par ennui, dit-il à peu près.
Il a fait des études de littérature et a commencé à publier de la poésie, puis, des articles, des scenarii, des recueils et ses premiers romans.
Alors qu´il avait débuté dans l´enseignement dans l´état de New York, il abandonne rapidement cette voie pour se consacrer uniquement à l´écriture, et retourner dans le Michigan.


Il est mort d'une crise cardiaque le 26 mars 2016, il avait 78 ans.

* Citations dans la rubrique "Ce qu'ils en ont dit"

Dalva - Jim Harrison

Le meilleur de Jim Harrison...
Note :

   Ce roman qui m'avait permis de découvrir Jim Harrison, il y a déjà quelques années de cela, était resté dans mon souvenir comme un de ses meilleurs livres. Et dans la foulée de ma lecture d' "En marge", j'ai eu envie de m'y replonger. Avec un mélange d'espoir et d'appréhension: "Dalva" est-il vraiment aussi bon que dans mon souvenir? Cette relecture me permettra-t-elle de retrouver le plaisir de la première?
   
   A ces deux questions, la réponse est "oui". "Dalva" fait partie de ces livres qui révèlent de nouvelles richesses lorsqu'on les relit. Mêlant histoire personnelle, histoire familiale et l'Histoire avec un grand "H", "Dalva" brasse des thèmes aussi divers que les questions indiennes, l'hérédité et le poids d'un héritage familial, les injustices sociales dont la société américaine n'est pas avare, la pratique religieuse et la façon dont s'écrit l'Histoire - pour justifier les crimes des vainqueurs... Dalva est un personnage fascinant, complexe, une femme à la fois vulnérable et forte, solitaire et farouchement indépendante. Et elle est la dernière héritière d'une famille dont les membres furent intimement mêlés aux soubresauts de l'Histoire américaine, et plus particulièrement aux guerres indiennes. Jim Harrison a adopté pour ce roman une architecture élaborée, alternant plages de narration, correspondance et journaux intimes. Et à l'arrivée, tout est clair, limpide et d'un naturel confondant, même si je soupçonne que c'est là l'heureux résultat d'une construction mûrement réfléchie.
   
   Un roman magnifique, profondément humain et intelligent. Et un tout grand livre.

critique par Fée Carabine




* * *