Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Elisée Reclus étonnant géographe de Joël Cornuault

Joël Cornuault
  Elisée Reclus étonnant géographe

Elisée Reclus étonnant géographe - Joël Cornuault

« J’ai parcouru le monde en homme libre... »
Note :

   Qu’est-ce qui fait que l’on part à la recherche d’un écrivain?  le plus souvent pour moi c’est parce que je lis ici ou là un article, un passage de livre le concernant. Et de temps en temps c’est autre chose. Pour Elisée Reclus je connaissais son nom, de façon très vague et associé à la géographie mais c’est tout.
   C’est l’interview de Kenneth White dans une émission de radio qui m’a titillée, il parlait de Reclus avec une telle admiration, mettant en avant les écrits mais aussi l’homme et son engagement personnel. Du coup j’ai voulu satisfaire ma curiosité et je vous propose de faire connaissance avec ce savant, cet humaniste, cet anarchiste «père de la géographie» un peu comme Hérodote est le père de l’histoire.
   
   Il est paru une biographie très complète et qui a d'obtenu le Prix Fémina de l'essai 2010*, mais elle est réservée aux vraiment curieux, pour les autres je propose une balade plus légère avec le spécialiste de Reclus: Joël Cornuault qui anime les Cahiers d’Elisée Reclus et qui a traduit également les livres de John Burroughs.
   
   En ouverture de ce petit livre de 150 pages l’auteur nous dit: «Elisée Reclus fut un homme de conviction ardente: loyal, opiniâtre, désintéressé, bienveillant, capable de vivre jusqu’au bout les opinions qu’il professait (...) car il croyait, rare parmi les hommes de plume, en ce qu’il disait ou écrivait» Joli début non? et qui donne envie de mieux connaître l’homme.
   
   Quelques éléments biographiques indispensables:
   Né en 1830 dans le sud ouest, issu d’une famille protestante, son père pasteur éleva 14 enfants, programmé pour être pasteur il renonce à la théologie et étudie les langues (il en parle 5), la géographie, perd la foi et devient anarchiste.
   Homme de convictions il est obligé de fuir après le coup d’état de Napoléon III, il va en profiter pour visiter les Etats Unis, découvre et s’insurge contre l’esclavage. De retour en France il commence sa vraie carrière de géographe en voyageant dans toute l'Europe et le plus souvent à pieds pour les éditions Hachette.
   Ses convictions anarchistes le lient à Bakounine et il participe à la Commune, condamné au bagne il est sauvé par son renom d’homme de sciences car de nombreux savants intercédèrent pour lui dont Darwin, il est condamné au bannissement, il va désormais vivre à l’étranger, en Suisse, en Belgique. Il devient l’ami de Pierre Kropotkine, amitié qui se poursuivra pendant de longues années. 
   Il va écrire ses livres les plus célèbres: Histoire d’un ruisseau et surtout une «Géographie universelle» en 19 volumes et «La terre» en 6 volumes, titulaire d’une chaire à l’université de Bruxelles, il fonde l’Institut Géographique, il voyage énormément et meurt en 1905, il est inhumé au cimetière d’Ixelles.
   
   Le grand intérêt du livre de Cornuault c’est de ne pas respecter la chronologie mais plutôt de nous introduire dans la pensée de Reclus en quelques chapitres évocateurs: Du sentiment de la beauté, Paysages sonores et rythmes du monde, Elisée et les joies de l’espace.
   On découvre dans ces chapitres «l’homme d’abord, le géographe ensuite» comme Reclus se décrivait lui-même.
   Ce fut, dit Cornuault «un semeur de sciences» et à travers son œuvre et la qualité de ses écrits «un semeur de beauté».
   
   Le grand projet de Reclus était de mettre les sciences à la portée de tous. Toute son œuvre est parcourue par une émotion forte, par son admiration de la nature, lui qui combattait l’illusion, le mystère mais qui avait une «chaleur admirative pour les formes de la terre» Il se qualifiait de «Géographe prolétarien» joli nom pour ce socialiste convaincu. Géologue perspicace il eut l’intuition de la dérive des continents.
   
   Dans ce petit livre on découvre aussi son entourage, Camille Pissaro avec qui il a été en relation et qu’un critique de l’époque appelait «anartiste» ce qui était fait pour plaire à Reclus.
   
   Toutes ses œuvres sont bien sûr illustrées de cartes mais aussi de vignettes dessinées par Frantz Kupka qui deviendra ensuite un peintre abstrait très connu.
   
   L’auteur ne s’attarde pas sur l’engagement anarchiste de Reclus car dit-il «C’est par les chemins buissonniers qu’emprunte le lecteur sans affiliation que je vins à Elisée Reclus.»
   
   J’ai beaucoup aimé ce livre du genre de ceux qui emportent vers d’autres livres
   
   
   * "Elisée Reclus : Géographe, anarchiste, écologiste" de Jean-Didier Vincent

critique par Dominique




* * *