Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Dead Boys de Richard Lange

Richard Lange
  Dead Boys

Dead Boys - Richard Lange

Take it down to L.A.*
Note :

   Un auteur qui cite sur une des pages de garde les paroles de «Out of the Week-End» de Neil Young ne peut pas être foncièrement mauvais! Et je dirais même qu'il devrait être bon!
   Douze récits dont un «Lutte anti-vol» commence de cette manière:
   Tous les junkies que j'ai connus avaient un faible pour Neil Young.

   Juste une petite précision, pas que les junkies d'ailleurs. Ou alors je suis un junkie qui s'ignore!
   
   "Bank of America" n'est pas réellement une histoire très morale, mais c'est tant mieux! Ils se considèrent comme des braqueurs aux méthodes d'amateurs, ils placent l'argent de leurs rapines et peuvent prendre leurs retraites! Chapeaux les artistes! "Fuzzyland" est la narration d'un voyage entre L.A., San Diego en flammes et Tijuana! Les voyageurs, Jack et son épouse, Tracy, sœur de Jack, victime d'un viol quelques jours plus tôt. Il est évident que l'on ne va pas à Tijuana uniquement pour déjeuner! Une nouvelle dont la finalité m'a échappée. Le narrateur de "La défense Bogo-indienne" surnommé "Gamin" est un personnage attachant, paumé, instable et poussé à la fuite par des pulsions plus fortes que sa volonté. Cette peur l'a fait quitter des boulots, des lieux de vie et même une ville. Un jour, il est chargé de porter les cendres d'un ami mort à sa fille dans la ville voisine, mais rien ne se passe comme prévu! Un des meilleurs textes de ce recueil. Pour Noël, découvrir un demi-frère que l'on ne connaissait pas, vous parlez d'un cadeau! Il aurait mieux fait de rester abonné à "Perdu de vue"! Dans "L'oiseau téléphone", on n'est pas dans un asile de fou, quoique? Une maison accueillante avec des pensionnaires hauts en couleurs et en maquillages! "L'amour donne des ailes", c'est pas sûr, mais quelle noirceur dans cette nouvelle. Un motel en pleine décrépitude, un homme, une jeune fille et la défunte épouse du monsieur, et de la dope encore et toujours. Un texte glaçant. Je vais résumer "La lutte anti-vol" par "Old Man" "Sugar Montain", "Ohio"et "Heart of Gold" bigre, j'ai vieilli!
   
   Des personnages très ordinaires, mais souvent dépassés par la vie, une faune étrange entre la classe moyenne et les vaincus définitifs de la société américaine. Un braqueur craignant pour la sécurité de sa famille, ce monde est devenu tellement malhonnête! Un frère qui vient au secours de sa sœur, c'est bien, mais le proverbe ne dit-il pas: aide-toi et le ciel t'aidera! Pauvre Bud, lui aussi, aurait mérité que ses cendres reposent en paix! Un homme que son épouse a quitté quand ses derniers dollars se sont envolés; un couple, la femme veut faire une tentative de chantage, l'homme non, mais les objets du délit leur sont volés, mais pas forcément les ennuis qui vont avec. J'ai beaucoup aimé l'écriture, mais je ne partage pas entièrement l'enthousiasme d'autres lecteurs. Certaines histoires me paraissent un peu alambiquées et pas très convaincantes, mais elles sont largement minoritaires.
   
    L'auteur parle souvent de cendres, celles des incendies ou celles après crémations, quelques-uns de ces passagers furtifs sont eux-mêmes complètement cramés. La drogue est omniprésente dans toutes ces histoires, il y a très longtemps c'était l'alcool, le monde évolue.
   Un recueil très noir, à lire un jour de grand soleil et de moral au beau fixe.
   
   Le titre d'une des nouvelles est : "Tout ce qui est beau est loin". Tout un programme.
   
   Extraits :
   
   - Quand la nuit tombera, il se pourrait que je sois riche, ou mort. Quelle sensation insaisissable. Je n'arrive pas à mettre le doigt dessus.
   
   - Le tram cliquette comme s'il était fait d'os.
   
   - Je me suis dit que c'était peut-être moi. C'est une tendance que j'ai.
   
   - Les substances chimiques commencèrent à déferler, à se mélanger, à se combiner et à jouer avec moi.
   
   - Cette désolation a la beauté d'un miroir brisé.
   
   - Ce genre de scène n'est pas censé vous mettre en colère, je sais.
   
   - Il n'y avait pas de meilleur gars quand il prenait ses médocs et évitait les alcools forts...
   
   - Mon ombre gît à coté de moi, tache falote et informe dans le caniveau.
   
   - Ce cher Neil pleure sur quatre morts dans l'Ohio** quand Scarlett Johasson apparaît d'un seul coup dans ma tête, toute nue.
   
   - Je l'ai initiée à Kerouac et Bukowski, les trucs dont j'étais revenu depuis longtemps, mais dont je savais qu'elle adorerait.
   
   - Nous sommes en plein cœur de l'automne. Les nuits sont froides et tout ce qui meurt est mort.
   
   - Peut-être aurait-on pu être amis, si nous n'avions pas été frères.
   
   - Comprenez-moi bien. À une époque, je m'en sortais plutôt bien avec les demoiselles.
   

   
   Titre original : Deads Boys (2007).
   
   * Paroles de "Out of the Week-End".
   ** Chanson parlant de la mort de quatre étudiants tués par la garde civile, le 4 mai 1970, pendant une manifestation contre la guerre du Vietnam.

critique par Eireann Yvon




* * *