Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Meurtres pour mémoire de Didier Daeninckx

Didier Daeninckx
  En marge
  Le der des ders
  La mort n'oublie personne
  Le Poulpe : Éthique en toc
  Le facteur fatal
  Play-back
  Dès 10 ans: Il faut désobéir : La France sous Vichy
  Dès 10 ans: Un violon dans la nuit
  Passages d'enfer
  La route du Rom
  Lumière noire
  Mort au premier tour
  Cannibale
  Camarades de classe
  Itinéraire d’un salaud ordinaire
  Métropolice
  Nazis dans le métro
  Missak
  Histoire et faux-semblants
  Meurtres pour mémoire
  Galadio
  D comme: Le der des ders
  Le dernier guérillero
  Rue des degrés
  Caché dans la Maison des Fous
  D comme: Octobre noir

Didier Daeninckx est né en 1949.
Avant d’être écrivain, il fut imprimeur, animateur, journaliste local..
Son premier livre fut «Meurtres pour mémoire», dans la Série Noire Gallimard en 1984.
Son œuvre de romans populaires ou policiers (Il a plusieurs fois participé aux aventures du Poulpe) s’accompagne d’une critique sociale, historique et politique. Elle a déjà été récompensée par plusieurs prix.

Meurtres pour mémoire - Didier Daeninckx

Quand l’Algérie flambait …
Note :

   Il y a la guerre en Algérie et il y aura des exactions en France. 1961, une manifestation de Français musulmans – on ne dit pas encore Algériens – à Paris pour protester contre le couvre-feu qui leur est imposé à eux, et eux seuls, va faire l’objet d’une répression féroce, il vaut mieux parler d’exactions. On ne parle pas encore du métro Charonne. Non, c’était quelques mois avant Charonne.
   
   Didier Daeninckx aurait cherché à écrire sur ces évènements auxquels des membres de sa famille proche auraient assisté et qui en seraient restés marqués. Il va donc écrire ce «Meurtres pour mémoire», et introduire des éléments de fiction dans cette manifestation: un jeune professeur d’histoire, Roger Thiraud, qui rentre chez lui, assiste effaré au massacre. Il y assiste un peu trop. On l’assassinera avec les autres. Vingt ans plus tard, son fils, Bernard, subit le même sort; il est assassiné, à Toulouse.
   
   Un inspecteur de police pas très conformiste, l’inspecteur Cadin, va se jeter sur l’os à ronger et, malgré les obstacles qu’on mettra en travers de sa route sera amené à passer du meurtre du fils, dans les années 80 , à celui du père, en 1961. Didier Daeninckx s’y prend très intelligemment en mêlant faits réels et fiction et en mélangeant également époque moderne et celle de l’après-guerre. C’est certainement un sujet qui lui tient à cœur (on a vu pourquoi) et il ne lâche pas le morceau. Une occasion rare pour nous autres Français de regarder en face des épisodes historiques qu’on a plutôt tendance à enterrer, comme un secret honteux.
   
   A noter un personnage trouble dans cette affaire; le Préfet Veillut, du genre haut fonctionnaire qui exécute les ordres sans états d’âme et qui exécute tout autant ceux qui sont en travers du chemin, et ce Préfet Veillut semble être le portrait – psychologique – craché d’un véritable Préfet de Police celui-là, qui sévit pendant l’Occupation allemande comme pendant les évènements d’Algérie; le Préfet Maurice Papon.
   
   Didier Daeninckx s’est toujours illustré dans le polar social ou politique. Cette fois-ci ne fait pas exception.

critique par Tistou




* * *