Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Le Voisin de Tatiana De Rosnay

Tatiana De Rosnay
  Spirales
  La mémoire des murs
  Elle s’appelait Sarah
  Le cœur d'une autre
  Moka
  Le Voisin
  Boomerang
  Rose
  A l'encre russe
  Manderley for ever

* Interview dans la rubrique "Rencontres"

Le Voisin - Tatiana De Rosnay

Thriller soft
Note :

   Lorsqu'elle emménage avec toute sa famille dans un nouvel appartement, au quatrième étage d'un immeuble sympathique et apparemment tranquille, Colombe n'imaginait pas à quel point sa vie allait tourner au cauchemar. Mère de deux jumeaux de onze ans, mariée à un homme d'affaires souvent absent, elle travaille à mi-temps comme "nègre", occupation qui est loin de lui fournir un épanouissement digne de ce nom. Dès la première nuit, alors qu'elle est seule dans la chambre conjugale, un bruit étrange et indéfinissable la réveille à 3h15. Elle croit avoir rêvé, mais la nuit suivante, le phénomène se reproduit, et cette fois, elle est sûre que le bruit vient du dessus. Nuit après nuit, le manège se reproduit, de plus en plus insistant, toujours à la même heure, et la timide Colombe n'ose pas aller dire sa façon de penser à un voisin que tout l'immeuble lui décrit comme un homme adorable et bien sous tous rapports. A peine trouve-t-elle le courage de glisser un mot tapé à l'ordinateur dans sa boîte aux lettres. Mais le voisin ne s'arrête pas pour autant, et Colombe en vient à appréhender l'arrivée de la nuit. Elle en perd le sommeil, l'envie de travailler, le goût de s'occuper de sa famille... Quand son mari revient, étrangement, le voisin ne se manifeste pas, et Colombe commence à passer pour une fille un peu parano sur les bords. Pourtant, dès qu'elle se retrouve seule, le manège recommence ouvertement: le voisin s'amuse à lui adresser des messages cachés à travers les chansons des Stones (!), groupe que Colombe, bien évidemment, ne supporte pas. Peu à peu, la voilà qui s'isole, délaisse ses enfants, agresse sa sœur, cesse de travailler, complètement obnubilée par ses problèmes de voisinage, qui prennent des proportions considérables au fil des jours. Mais désormais, la fragile et timide Colombe a décidé de se venger, et elle se met précisément à rentrer dans le jeu du voisin, qui n'attendait que cela...
    
   
   Pour une fois qu'un roman - français, qui plus est - se montre inventif et original, ne manquons pas de le souligner. Tatiana de Rosnay a le mérite d'avoir transformé une situation banale en un roman haletant où le suspense monte progressivement. Car il faut le reconnaître, on a tous connu un voisin un peu envahissant, du genre à sortir la perceuse à tout bout de champ, à faire des vocalises dans sa salle de bains ou à écouter du heavy metal à fond tous les soirs. Mais celui-là, de voisin, est proprement diabolique, et diaboliquement intelligent, puisque mis à part Colombe, personne ne le pense capable du moindre mal. Même respectable et particulièrement sympathique au premier abord, je vous garantis que vous n'aimeriez pas l'avoir dans votre immeuble. Il y a bien sûr quelque chose d'un héritage hitchcockien là-dedans, et l'ombre de "Fenêtre sur cour" n'est jamais bien loin. Mais ici s'instaure un jeu pervers entre Colombe et son voisin, la jeune femme se transformant peu à peu en victime consentante de son bourreau, et lorsqu'elle cherche à entrer dans le rapport de force, les choses se corsent un peu plus encore.
   
   Le changement de rythme, assez lent au début, de plus en plus rapide vers la fin, est plutôt convaincant et efficace, et Tatiana de Rosnay distille le suspense avec une précision toute chirurgicale que n'aurait pas reniée une Mary Higgins Clark (du moins, à l'époque où elle écrivait encore elle-même ses livres). Quelques maladresses néanmoins (le coup des messages par Stones interposés, mouais, un peu facile, surtout quand on imagine la pauvre Colombe dans sa cuisine, à 3h du matin, un dictionnaire à la main, en train de traduire compulsivement les vociférations de Mick Jagger...), quelques longueurs par moments, quelques facilités dans le traitement des personnages secondaires ou des situations, mais l'ensemble tient debout, il faut bien le reconnaître.
   
   Autre bémol, le dénouement, trop vite expédié, invraisemblable (mais d'où sortent donc ces flics?) et en un mot décevant. Cependant, Tatiana de Rosnay vient compenser cette impression négative, sur laquelle le lecteur pourrait rester, par un épilogue original et surprenant, à la morale pour le moins déstabilisante, mais plutôt cohérente avec le reste de l’œuvre. En somme, même si ce n'est pas un monument de la littérature, on passe tout de même un très bon moment, et je peux vous assurer qu'une fois ce livre terminé, vous ne verrez plus jamais vos voisins comme avant.
    ↓

critique par Elizabeth Bennet




* * *



Tension progressive
Note :

   Colombe est enchantée. Elle vient de dénicher l’appartement idéal, dans le quartier de Paris qui lui convient. Mieux, c’est le propriétaire qui a insisté pour le lui attribuer comme un passe-droit. Mais au fond, Colombe connaît déjà ses failles, qui agacent tellement sa sœur Claire.
   Colombe est trop docile. Elle déteste les conflits et préfère s’adapter à toutes les contraintes, s’imposer un statut de transparence totale plutôt que de monter au créneau pour valoriser ses compétences, à défaut de ses qualités. Alors elle accepte de travailler à mi-temps pour Régis, l’éditeur qui la cantonne dans le rôle du nègre, elle se plie aux absences prolongées de Stéphane, son mari qui ne la désire plus guère, elle assume seule l’éducation des jumeaux, le tout sous la critique acerbe de Claire, sa sœur promise à toutes les réussites.
   Pourtant, cet appartement merveilleux, c’est elle qui l’a obtenu et elle exulte quand elle y emménage sans tarder.
   Mais rien ne se passe comme prévu. Loin de montrer à son mari et à sa sœur qu’elle mérite enfin leur considération pour cet exploit, Colombe entre de plain-pied dans un véritable cauchemar… Qui la réveille inévitablement à 3 heures chaque nuit où Stéphane est en déplacement. Colombe succombe sous les attaques de Mick Jagger qui balance de lancinants décibels qu’elle est toujours seule à entendre.
   Elle en perd bien vite le sommeil, et son bel équilibre qui lui permettait de survoler les impondérables. Harassée, elle ne supporte plus les absences de Stéphane et sa manière désinvolte de résoudre les problèmes de voisinage.
   Quant à affronter elle-même directement le voisin du dessus, Colombe tergiverse et ne s’y résout qu’en dernier ressort, quand elle est obligée de se rendre à l’évidence de sa solitude face au problème.
   Il faudra bien qu’elle sorte de sa coquille pour tenter de retrouver sa paix… Mais en franchissant cette épreuve, Colombe se révèle à elle-même. Et quand une femme trop lisse commence à casser sa carapace trop lisse de femme bien-comme-il-faut-sous-tous-rapports, les voies qu’elle choisit alors peuvent surprendre son entourage… Et les lecteurs de ce roman.
   
   Le roman de Tatiana de Rosnay commence comme une gentille comédie de Chicklit et prend bien vite un tour de thriller. L’affaire devient piquante quand on découvre par sa dédicace que l’idée de l’intrigue est née de ses démêlés involontaires avec un voisin également insomniaque. Voilà pour l‘anecdote.
   
   C’est le premier livre de cette auteure que je découvre. Tatiana de Rosnay mène bien son récit, même si j’ai ressenti quelques longueurs dans la description des hésitations et des langueurs de Colombe. En revanche, la tension naît progressivement au sujet du mystère entourant ce voisin plus bruyant que visible. Et les retournements de situation nous prennent à bras le corps pour nous obliger à accompagner l’héroïne jusqu’au bout de ses nuits.

critique par Gouttesdo




* * *