Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Un heureux événement de Eliette Abécassis

Eliette Abécassis
  Un heureux événement
  Clandestin
  La répudiée
  Le corset invisible
  Une affaire conjugale
  Soirée sushi
  Et te voici permise à tout homme
  Un secret du docteur Freud

Éliette Abécassis est une écrivaine française, née en 1969 à Strasbourg.

Un heureux événement - Eliette Abécassis

Un cataclysme, parfois !
Note :

   Un récit fort courageux qui ose aborder certaines réalités de la maternité et les traumatismes possibles occasionnés par l'arrivée d'un enfant dans une vie, dans des vies.
   Malgré la multitude d'ouvrages spécialisés qui affluent et informent les futurs parents tant au niveau matériel que psychologique, l'auteur révèle le chamboulement profond que peut provoquer ce passage à la condition de parents. Le premier enfant provoque quelquefois des cataclysmes difficilement prévisibles et qui s'avèrent quasi insurmontables au moment où ils se vivent.
   Ce livre peut certainement permettre de déculpabiliser plus d'une mère qui souffre ou a souffert bien souvent de solitude dans cette lutte contre la tyrannie du quotidien.
   Il n'a pas du tout la prétention de fournir des recettes, il n'en fournit d'ailleurs aucune, mais simplement il met au grand jour un constat difficilement avouable par bon nombre de jeunes mamans qui se sentent si démunies et accablées par cette fatigue obsédante et incontournable. Pour une mère allaitante, cette fatigue n'a en plus pas de remède et ne peut être enrayée.
   
   C'est un livre coup-de-poing osant affronter le sacro-saint mythe du bonheur de la maternité qui nie le cataclysme vécu quelquefois jusqu'à briser des vies. Cette fatigue chronique aux multiples tentacules est encore un immense tabou alors qu'elle peut provoquer de tels ravages.
   
   Peut-être n'est-il pas conseillé que des jeunes mamans lisent ce livre trop tôt. Alors que pour moi la maternité est à présent un souvenir de bien des années déjà, certains ressentis rejoignent quelques moments qui me restent en mémoire. Néanmoins, je peux percevoir aisément ce sentiment d'accablement qui peut frapper certaines nouvelles mères. C'est le poids de ce quotidien matériel et social qui quelquefois finit par devenir harcelant et insurmontable. Les médias abordent difficilement d'ailleurs le cas de ces jeunes mères excédées qui, vraiment à bout, vont jusqu'à commettre l'irréparable alors qu'elles sont enlisées dans une dépression postnatale inavouable.
   Pourtant, dans ce livre, au-delà de ce tumulte qui paraît infranchissable, que d'amour de cette jeune maman pour sa petite, toute petite fille ! Trop fusionnel, sans doute.
   
   L'auteure, comme à l'accoutumée, a écrit un livre sur la complexité des relations entre les individus dans ce style direct et laconique qui lui appartient. Ici, elle pénètre l'intérieur d'un couple qu'un “heureux événement” fait péricliter. Mais aussi, elle porte une juste analyse sur cette société emplie de conventions qui peuvent devenir insurmontables en cas de détresse.
   Toutefois, cet ouvrage me laisse un peu sur ma faim, avec un certain sentiment d'inachevé…
    ↓

critique par Véro




* * *



Attention danger!
Note :

   Avant il y avait les moments de bonheur, à deux, en amoureux, à Venise, à Chicago ou encore à Hô Chi Minh, des balades dans Paris, des folles nuits sans fin dans les boîtes de nuit… les bains à deux, les petits déjeuners du dimanche matin, les ballades sportives, les amis…
   Puis il y a eu Léa…
   
   Après…le vide conjugal s’installe. Lui, changera de travail pour assumer le loyer du nouvel appartement dans lequel ils ont du emménager suite à la naissance. Rentrant tard, fatigué, le dialogue n’est plus. Les longues nuits d’amour éreintantes disparaissent peu à peu pour laisser la place au vide. Les critiques fusent quant à la manière de faire ceci ou cela concernant l’enfant. La belle-mère s’en mêle et forcément supporte son fils…
   
   Elle, ne supporte plus grand-chose par la fatigue qui s’accumule, l’allaitement la vide de toutes ses énergies et forcément le physique décline. Le vide laissé par son ami se remplit de son côté par la colère, la frustration de lui avoir cédé quant à cet enfant qu’elle ne désirait pas vraiment… elle a acceptée par amour, lors d’une nuit à Cuba, une nuit d’amour dans un hôtel… elle se sent flouée, trompée, abandonnée…
   
   Pourtant, elle aime Léa, et la déteste à la fois… devenant son esclave, elle voit peu à peu l’emprise qu’a sa fille à son encontre…elle se sent devenir prisonnière de cette enfant qui hurle quand elle a besoin d’elle et l’ignore dès que rassasiée…
   Les sentiments à la fois violents et aimants s’entrechoquent, la poussant au bord d’un précipice…un pied déjà dans le vide…
   
   Voici un livre qui met un bon coup de pied à tout les sempiternels ‘agaga bouzou bouzou areu areu’ ou des ‘qu’il est mignon le p’tit chéri’…dans le style direct et franc, violent parfois, Eliette Abécassis brise certains tabous quant à la grossesse, l’accouchement, et les sentiments que certaines femmes ont au plus profond d’elles-mêmes sans pour autant en parler de peur que…

critique par Patch




* * *