Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Tuer le père de Amélie Nothomb

Amélie Nothomb
  Les combustibles
  Cosmétique de l'ennemi
  Les Catilinaires
  Robert des noms propres
  Antechrista
  Stupeur et tremblements
  Journal d’Hirondelle
  Acide Sulfurique
  Mercure
  Le sabotage amoureux
  Métaphysique des tubes
  Ni d’Eve ni d’Adam
  Le fait du Prince
  Une forme de vie
  Tuer le père
  Hygiène de l'assassin
  Le mystère par excellence
  Barbe bleue
  Attentat
  La nostalgie heureuse
  Pétronille
  Le voyage d’hiver
  Biographie de la faim
  Le crime du comte Neville
  Frappe-toi le cœur

Amélie Nothomb est le nom de plume de Fabienne-Claire Nothomb, écrivaine belge francophone née en 1966 à Bruxelles. Fille d'ambassadeur, elle a passé son enfance en Asie et aux Etats Unis.
Auteur prolifique, elle a écrit de nombreux romans (traditionnellement un par an).

* Interview dans la rubrique "Rencontres"

Tuer le père - Amélie Nothomb

Le signal de la rentrée littéraire
Note :

   Rentrée littéraire 2011
   
   
   Ma rentrée littéraire commence une nouvelle fois avec Amélie Nothomb. C’est désormais un rituel que je ne veux pas manquer: le signal de la rentrée littéraire. Et puis au moins en le lisant dès sa sortie, je ne suis pas influencée par d’autres jugements ni même par le sujet de l’histoire puisqu’il n’y a pas de résumé en quatrième de couverture. 
   
   "Tuer le père" en 151 pages peut se lire sans précipitation en moins de deux heures, d’une traite et avec entrain. Aucun temps mort. Les pages se tournent toutes seules. Dès les premières lignes j’étais intéressée, prise dans les filets de cette sorcière d’Amélie dont la principale qualité est d’être une excellente conteuse qui ne m’a plus lâchée jusqu’à la fin de son histoire où tout s’est gâché, comme d’habitude, avec mon habituelle indignation: 
   "Quoi? C’est tout? C’est ainsi que ça finit? Il n’y a pas de suite? Mais c’est n’importe quoi! Elle nous laisse en plan une fois de plus! C’est pas juste! Elle a pas l’ droit… et ainsi de suite jusqu’à ce qu’enfin mon émotion s’apaise, celle de l’enfant qui réclame toujours plus à son parent lecteur du soir : et après, et après? Encore une! N’éteins pas!"
   
   N’éteins pas Amélie! Pourquoi ces fins toujours bâclées ou pour le moins décevantes? Ici, franchement, l’histoire méritait mieux que cette pirouette finale! Tout ça pour en arriver là? Bon, peut-être que ce dernier chapitre plaira aux autres lecteurs après tout!
   
   Je ne veux surtout pas trop dévoiler l’histoire, simplement évoquer les principaux ingrédients de cette année.
   
   Premier et dernier chapitre qui encadrent le récit central: le 6 octobre 2010 à la fête de «L’illégal» à Paris, des magiciens du monde entier sont venus fêter les dix ans du club. Amélie, la narratrice s’y trouve déguisée en Nothomb avec son grand chapeau. Elle remarque deux hommes, deux grands magiciens américains: le plus jeune, Joe Whip, qui gagne au poker admiré par la foule et l’autre, Norman Terence, le seul qui évite de le regarder.
   - Il y a un problème entre eux deux? demandai-je. 
   - C’est une longue histoire, commença quelqu’un. 

   
   C’est cette histoire qui est développée dans le roman et qui commence à Reno, Nevada, en 1994. 
     Abandonné par son père à sa naissance, Joe, à quatorze ans déjà bon magicien, abandonne à son tour sa mère qu’il méprise. De ses quinze à ses dix-huit ans il sera accueilli comme un fils par un autre magicien plus âgé, Norman qui deviendra son professeur. Christina, sa compagne, une des meilleures fire dancers qui jongle avec des torches enflammées, l’accueille aussi avec bienveillance. Ils forment alors une vraie famille. Les deux adultes veillent au mieux sur son éducation lui interdisant par exemple de goûter aux drogues qu’eux-mêmes s’autorisent de temps en temps.
   
   Un moment fort du roman a lieu le 28 août 1998, lors du Burning man, à Black Rock, dans le désert où se rassemble chaque année une foule énorme façon Woodstock. Joe a dix-huit ans, tout lui est désormais permis et il va en profiter. En dire plus serait spoiler.
   
   L’un est admirable d’honnêteté, genre mormon, l’autre n’est qu’un tricheur. Condamnés à rester ensemble, qui détruira l’autre? 
   
   De quoi s'agit-il au juste? Tuer le père ou tuer le fils? Quel est le plus têtu des deux? Le plus joueur? Le plus fou? 
   
   A l'année prochaine Amélie!

critique par Mango




* * *