Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Orgies funéraires de Michael Avallone

Michael Avallone
  Orgies funéraires

Orgies funéraires - Michael Avallone

A tombeaux ouverts!
Note :

   Ce livre glauque pour ne pas dire morbide (le titre est en soi assez explicite) a bizarrement, surtout pour un format de poche et un roman policier, échappé à tous les tris successifs de ma bibliothèque. Je pense que j'ai gardé ce livre car il parle, dans la série des acteurs américains un peu enveloppés, de Jackie Gleason. Il jouait le rôle de "Minnesota Flats" dans "Les Arnaqueurs " et était un des clients d'un bottier parisien pour qui j'ai travaillé de nombreuses années. À signaler que cet auteur a beaucoup écrit pour la télévision en particulier pour la série "Mannix ".
   
   Quand Deckinger accepte un travail à Roseland, il ne se doute pas de ce qui l'attend! Car cette charmante bourgade est une sorte d'oasis pour milliardaire un peu âgé soit, de là à se voir proposer de l'argent pour ouvrir des sépultures, il y a une marge. Et c'est pourtant la tâche qui lui est demandée! Car on meurt beaucoup en ce moment dans ce paradis sur terre; le seul qui voit cela d'un bon œil, c'est Garland l'embaumeur, un artiste dans son genre. D'accord cela lui donne l’occasion d'exercer son art, mais ces décès semblent tous très naturels, quoique fréquents! Le Camp du Repos de Roseland Valley, magnifique endroit ombragé, est très couru en ce moment, les cérémonies mortuaires se succèdent! Pour certains, l'âge semble être une raison, pour d'autres par contre, c'est loin d'être le cas. Alors la police se pose certaines questions! Et pour un des habitants du lieu, il vaut peut-être mieux prévenir que guérir, avant de faire partie de cet inventaire macabre.
   
   Car pour l’assassin la liste n'en est qu'à ses débuts:
   Sylvester Anthony Markam /Crise cardiaque.
   Georgia Ruth Pelham /Somnifère.
   Cassandre Reynolds/Poignardée.
   Amelia Hawkes
   B. Richard Martinius
   A.P.Palmer Cole
   John Willis
   Lee Van Karp
   
   On meurt par où on a pêché, mais après dans l'au delà? Car les pêcheurs sont nombreux dans cette liste. Hommes d'affaires sans scrupules, libertine sans limite, mégères notoires et acariâtres, débauché consommateur de filles de petite vertu, goinfre vorace, consommateur, lui, de tout ce qui se mange sans goût ni retenue. Bref une brochette de personnages riches et prodigieusement antipathiques ayant un point commun, elles ou ils sont responsables d'une série d’évènements qui ont brisé la vie de la famille Garland.
   
   Alors la vengeance sera post-mortem et l'imagination de son auteur sans limite.
   
   Steward Turner Garland, l'embaumeur, est un amoureux des fleurs; son épouse se nomme Orchid, sa fille Violet et il vit à Roseland, mais son existence n'est pas un jardin fleuri. Ses futurs clients le méprisent, sa famille est ignorée et calomniée, la rumeur publique décrit son épouse comme une alcoolique, alors elle le deviendra. Puis sa fille aura une aventure avec une lesbienne notoire avant de multiplier les liaisons pour le moins dangereusement. Ses motifs de vengeances sont nombreux car sa vie est devenue un enfer!
   
   Deckinger le détective, pense avoir tout vu dans sa carrière, mais là, il découvre l'horreur et ne sera pas loin d'y laisser la vie! L'adjoint du shérif a des doutes devant cette soudaine épidémie de morts dans un si joli cadre et dans une population de gens si "comme il faut ". Le cimetière est magnifique, mais enfin personne n'est pressé d'y résider et pourtant.
   
   Un récit pas très linéaire avec de nombreux retours en arrière qui nous permettent de remonter le fil du récit et de découvrir les secrets de cette charmante et dernière étape de la vie de quelques personnages fortunés, mais non exempts de vices cachés.
   
   Un roman très noir, limite gore, sorte d'ancêtre du film "Seven ", à réserver à un public averti, certaines scènes étant pour le moins dérangeantes!
   
   
   Extraits :
   
   - La société des Embaumeurs américains considère ce type comme un génie. Ils le tiennent pour le Michel-Ange de la profession.
   
   - Pour mille dollars, répliqua sèchement Deckinger, je forcerai le tombeau du général Grant en plein jour!
   
   - Une beauté d'une perversion achevée. Le visage d'une libertine passionnée.
   
   - Un joli cadavre, c'est vrai. Riche, aussi. Mais un cadavre tout de même.
   
   - Nous sommes enfermés ici comme dans une prison. Personne ne vient nous voir. Quand les gens nous croisent dans la rue, ils ne nous adressent même pas la parole. Ils nous évitent!
   
   - Roseland: terminus pour millionnaires.
   
   - Il a tous les richards pour clients, mais ils le traitent comme s'il avait la peste. Je me demande pourquoi il s'obstine à rester ici pour supporter tout ça?
   
   - Aucun caveau n'avait jamais abrité cercueil plus somptueux.
   
   - Miss Amelia constituait un vivant exemple du bien-fondé de la diabolique maxime:"l'oisiveté est mère de tous les vices. "
   
   - Leur dernier coup avait été le plus magistral: faire en sorte qu'Orchid Garland devienne une pocharde et Violette Garland une débauchée. Quel délice quand ce fut enfin devenu la réalité!
   
   - Il n'avait aucun palais. Uniquement de l'appétit!
   
   - A croire qu'un vent mauvais commençait vraiment à souffler sur la petite ville si paisible de Roseland!
   

   
   Titre original : The Coffin Things (1968)

critique par Eireann Yvon




* * *