Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Un mariage à Lyon de Stefan Zweig

Stefan Zweig
  Le joueur d'échecs
  Amok
  Wondrak
  Marie-Antoinette
  Vingt-quatre heures de la vie d'une femme
  Lettre d’une inconnue
  Le voyage dans le passé
  La Confusion des sentiments
  Brûlant secret
  Un soupçon légitime
  Conscience contre violence
  Le Monde d’hier
  Journaux
  Clarissa
  Un mariage à Lyon
  La peur
  Erasme
  Les très riches heures de l’humanité
  Destruction d'un cœur
  Nietzsche
  Le Chandelier enterré
  Balzac - Le roman de sa vie
  Romain Rolland / Stefan Zweig : Correspondance 1910-1919

Stefan Zweig est un écrivain, dramaturge, journaliste et biographe autrichien né en 1881 à Vienne en Autriche-Hongrie, il s'est suicidé avec son épouse en 1942, au Brésil.

Un mariage à Lyon - Stefan Zweig

Des destins broyés par l'Histoire
Note :

   Nous conter des destins brisés par l'Histoire, surpris par un rendez-vous avec la tragédie en des temps et lieux fort divers, tel est le commun dénominateur des sept nouvelles rassemblées ici. Si "Un mariage à Lyon" nous replonge dans la sanglante répression que menèrent dans la cité passée dans le camp des girondins Fouché et Collot d'Herbois, "Dans la neige" nous ramène vers l'Allemagne du XIVème siècle, en proie aux pogroms et à l'intolérance religieuse, et "La croix" vers l'Espagne des guerres napoléoniennes. Et plus près de nous, "Au bord du lac Léman" et "La contrainte" ravivent les souvenirs - que l'auteur avait pu détenir de première main – de la première guerre mondiale.
   
   Mais par-delà la diversité des lieux et des époques, sans doute Stefan Zweig aurait-il pu faire siens ces propos de Ferdinand, le protagoniste de "La contrainte": "Quelques mois auparavant, fuyant le siècle et les hommes, il avait quitté un pays en guerre pour venir en Suisse et il sentait son être froissé, raviné, labouré par l'horreur et l'épouvante s'aplanissait, se cicatrisait ici, que le paysage l'absorbait mollement et que la pureté des lignes et des couleurs appelait son art à s'exprimer. C'est pourquoi il avait toujours l'impression de devenir étranger et d'être rejeté à nouveau lorsque cette vision lui était assombrie, comme en cette heure matinale où le brouillard lui voilait tout. Une pitié infinie s'empara de lui, envers tout ceux qui étaient enfermés en bas dans les ténèbres, envers les hommes de sa terre natale qui s'étaient enfoncés eux aussi dans les lointains, une pitié infinie et un désir infini d'être solidaire avec eux et leur destin." (p. 111) Il n'est pas jusqu'à Madame de Prie, l'anti-héroïne au demeurant assez peu sympathique de l'"Histoire d'une déchéance", exilée dans ses terres par le jeune roi Louis XV après avoir gouverné la France par l'entremise de ses amants, le duc d'Orléans puis le duc de Bourbon, qui ne bénéficie en effet d'une forme de compréhension, et d'une compassion sans grande phrase, parfois distante mais en définitive toujours sincère.
   
   
   
   Liste des nouvelles proposées dans "Un mariage à Lyon":
   
   Histoire d'une déchéance
   Un mariage à Lyon
   Dans la neige
   La légende de la troisième colombe
   La croix
   Au bord du lac Léman
   La contrainte
   
   
   Extrait:
   
   "La gloire à laquelle elle aspirait, l'immortalité qu'elle voulait obtenir de force au prix de sa vie ne s'attachèrent pas à son nom: son sort fut enseveli sous la poussière et les gravats d'événements sans importance. Car l'histoire ne tolère aucun intrus, elle choisit elle-même ses héros et rejette sans pitié les êtres qu'elle n'a pas élus, si grande soit la peine qu'ils se sont donnée. Qui est tombé du char de la fortune ne peut plus jamais le rattraper. Et de la fin singulière de Mme de Prie, de sa véritable existence, de la mystification de sa mort, il n'est rien resté que quelques lignes sèches dans un quelconque livre de souvenirs qui ne permettent pas davantage de deviner l'agitation passionnée de sa destinée qu'une fleur séchée ne ressuscite le merveilleux parfum d'un printemps depuis longtemps évanoui." (p. 51)

critique par Fée Carabine




* * *