Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Le Pays des petites pluies de Mary Austin

Mary Austin
  Le Pays des petites pluies

Le Pays des petites pluies - Mary Austin

Aux amateurs de nature, de désert et de poésie
Note :

   Un mot de l’auteur Mary Austin d’abord car son nom n’est pas connu en France, auteur prolixe, théâtre, nouvelles, c’est ce récit publié en 1903 qui l’a fait connaître et en a fait le chantre de la nature à l’égal de John Muir ou Thoreau, elle fut amie avec Willa Cather et Jack London.
   
   C’est le désert qui est ici au cœur du livre, Mary Austin aime le désert car dit-elle «Pour tout ce que le désert prend à l’homme il donne une contrepartie, des respirations profondes, un sommeil profond et la communion des étoiles. Il nous vient à l’esprit avec une force renouvelée, dans les silences de la nuit.»
   
   14 courts chapitres initialement écrits pour les journaux qui vont vous faire parcourir le désert des chercheurs d’or, celui où des fables nourrissent l’imaginaire, vous pourrez repérer les sentiers qui mènent aux sources, admirer "cinquante sept busards, un sur chacun des cinquante sept poteaux de clôture du ranch El Tejon, par un matin de septembre favorable au mirage"
   Vous enfoncer sur les terres des indiens shoshone "Le pays du mouflon, du wapiti et du loup."
   
   Tout est prétexte à émerveillement pour Mary Austin, tenez par exemple, le pré de son voisin, convoité, échangé, acheté, revendu, traversé d’un ruisseau, il finit un peu abandonné, la nature reprend ses droits "il est intéressant de voir cette reconquête d’un ancien territoire par les plantes sauvages que l’homme a bannies". Le pré change de couleur au gré des saisons "Depuis le cœur de l’été jusqu’aux gelées la note dominante du pré est l’or clair, tournant à la teinte rouille de la bigelovie sur le déclin, une succession de couleurs plus admirablement réglées qu’un changement de décor au théâtre".
   
   Canyons, sierras, mesa, sentiers sont son domaine mais les histoires des hommes aussi tels ses gardiens d’écluse en un pays où l’eau est un trésor. Attentive à la beauté, l'auteur observe et note avec précision en naturaliste passionnée. Ses récits dégagent une grande poésie, un certain lyrisme et un immense amour pour ce pays " de rivières perdues, où il n’y a pas grand-chose à aimer; et pourtant un pays vers lequel on ne peut que revenir une fois qu’on l’a jamais visité. "
   
   Ecoutez son appel: "Venez donc vous qui êtes obsédés par votre importance dans l’ordre des choses, et qui ne possédez rien qui n’ayez obtenu sans peiner, venez par les sombres vallées et les collines charnues, jusqu’au pays des jours paisibles, et faites vôtres la générosité, la simplicité et la sereine liberté."
   
   François Specq traducteur et préfacier dit du livre "magnifique célébration de la beauté sauvage", si vous aimez Edward Abbey ou John Muir, si Walden est un livre important pour vous, si vous avez aimé Elisée Reclus et son Histoire d’un ruisseau, alors "Le pays des petites pluies" ne vous décevra pas.

critique par Dominique




* * *