Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Le clan des Otori (T1): Le silence du rossignol de Lian Hearn

Lian Hearn
  Le clan des Otori (T1): Le silence du rossignol
  Le Clan des Otori (T.4) : Le vol du Héron
  Le Clan des Otori (T.5) : Le fil du destin

Le clan des Otori (T1): Le silence du rossignol - Lian Hearn

L’excellence du récit initiatique au pays du Soleil Levant
Note :

   Par delà les continents, laissons-nous bercer par le chant d’un Japon médiéval entre Histoire et conte de fée… Lian Hearn signe avec la trilogie du CLAN DES OTORI son premier roman. Auteur de littérature pour enfants, elle voue également une passion sans borne au Japon, son histoire et sa civilisation, qui la mènera à y séjourner tantôt comme simple touriste, tantôt comme titulaire d’une bourse d’étude dédiée. C’est cet amour d’une terre inconnue, enchanteresse, qu’elle nous transmet à travers une épopée d’une inénarrable qualité.
   Le jeune Takeo voit sa vie basculer lors de la destruction de son village par un clan ennemi. Seul rescapé, il sera recueilli par un voyageur humaniste, philosophe, maître d’armes et chef du clan des Otori. Leurs pérégrinations s’enchaînent, croisant le chemin de maîtres et d’ennemis, de la belle Kaede aussi.
   Lian Hearn aborde cette œuvre unique, haletante, émouvante sous la plume du récit initiatique, une épopée philosophique, la quête d’une vie qui répond plus à son destin qu’à ses aspirations. Takeo et Kaede, entre guerres des clans et pouvoirs étranges, entre voyages et méditation, entre amour et haine nous conduisent à travers l’esprit même d’un Orient qui a tant à nous apprendre. Cela faisait décidément trop longtemps, des vies peut-être, que je n’avais eu entre les mains un roman de cette qualité, sans disparité sur ses trois tomes, et avec cette caractéristique rarissime : vous ne pourrez le refermer avant que vos yeux ne vous trahissent et plongent seuls dans les bras de Morphée. Son écriture fluide, délicate, presque évidente et pourtant sans concessions donne au lecteur cette sensation unique de sentir le souffle de l’auteur vous contant son histoire au creux de l’oreille.

critique par Kassineo




* * *



Japon, thé et guerriers
Note :

   Parmi les livres offerts par Pauline au moment du SWAP se trouvait Le Clan des Otoris, Le Silence du Rossignol de Lian Hearn. Première découverte du SWAP et, autant le dire tout de suite, un gros coup de cœur !
   
   L’histoire : suite au massacre de sa famille, le jeune Takeo est recueilli par Shigeru, un seigneur Otori récemment frappé par la mort de son frère au cours d’une bataille. Au fil des mois, Takeo s’endurcit, reçoit l’enseignement des seigneurs et se forme au combat, développant à l’aide de son maître Kenji des dons frôlant le fantastique. Le tout dans un esprit de vengeance, Shigeru et Takeo comptant bien débarrasser les trois pays d’Iida, l’auteur du massacre du village de Takeo et le responsable de la mort du frère de Shigeru.
   C’est alors qu’Iida orchestre le mariage de Shigeru avec une jeune fille retenue en otage chez l’un de ses alliés afin de sceller l’alliance entre leurs deux clans. Annonce de paix ? Piège ? Seule la lecture vous le dira !
   
   
   Verdict : un sans faute pour Lian Hearn ! L’histoire est passionnante, bien menée, sans temps morts. L’écriture est très agréable, les descriptions agrémentent le texte en plantant un décor envoûtant, fait de brumes, de montagnes escarpées, de peintures ancestrales et de rumeurs et murmures incessants. Deux amours viennent ponctuer le récit et donner un visage plus humain aux guerriers, parfois durs et étonnamment endurants. Beaucoup de personnages intéressants, pas de héros manichéen… bref, un excellent conte qui plaira à ceux qui sont attirés par le Japon médiéval mais aussi à ceux qui comme moi sont peu familiers avec ce type de récit.
   
   En passant, «Le Clan des Otoris» est aussi vendu en roman jeunesse mais ne vous attendez pas à retrouver un Harry Potter japonais. Le style tout en finesse aussi bien que le déroulement de l’histoire sont plus complexes. Et là où l’aventure bat son plein chez Harry, la narration est plus posée, les portraits plus détaillés, le tout pour un rendu très différent, particulièrement poétique. Ce qui n’empêchera pas les amis de Harry Potter comme moi de plonger tête baissée dans cette incroyable épopée.

critique par Lou




* * *