Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Bavure dans le béton de Charles Madezo

Charles Madezo
  Bavure dans le béton

Bavure dans le béton - Charles Madezo

Quand le bâtiment va...
Note :

   Première incursion dans le roman policier de cet auteur natif de Douarnenez que je croise parfois à la médiathèque de Lorient.
   Un homme écoute sa propre confession faite à son avocat suite à la mort de Diane Perle:
   Voici, maître, l'enchaînement des faits .

   Il avait été contacté par cette femme suite au décès de son fils dont le cadavre avait été retrouvé en mer trois semaines après sa disparition. A l'époque la thèse de l'accident avait été retenue par les policiers et l'état du corps n'avait pas permis de découvrir quoique ce soit qui justifie une enquête plus approfondie.
   Patrice connaissait bien Henri ; ils avaient fait une partie de leur carrière professionnelle ensemble dans différents groupes de travaux publics. Diane Perle est convaincue que la mort de son fils cache autre chose qu'un banal accident de voile. Pour cela elle est prête à payer Patrice au prix fort pour qu'il enquête d'une manière discrète auprès de ses ex-collègues de travail ou associés. Ce qu'il va découvrir est encore pire que ce qu'il pensait, lui qui avait quitté le groupe que Perle avait créé avec Loisel et Gabelin, entreprise au démarrage foudroyant, maniant la corruption et le chantage. La légalité il faut toujours la frôler, mais lorsqu'on la dépasse le faire de manière discrète. Les cadeaux d’anniversaire aux épouses, les enveloppes aux hommes politiques sont monnaie courante. 
   Diane est persuadée que son fils a été assassiné par ses associés, car les malversations ne manquent pas et donc les motifs non plus... En sous main la société finance un club très privé et très prisé de certains clients pour qui une nuit entre les bras d'une très belle femme peut aider à l'obtention d'un marché. La construction d'un hôtel en Corée du Nord, style marché de dupes, un chantier à New-York ou l'architecte qui a conçu le projet est proprement éjecté…Mais le dilemme de Patrice est le suivant, vis à vis de Diane sa cliente; que veut-elle entendre: la vérité ou sa vérité? Patrice est l’enquêteur involontaire, il connaissait Henri mais pourquoi l'avoir choisi lui?
   
   La famille Perle, Diane la mère, Henri le fils décédé. Une mère pour le moins envahissante, un fils anglican strict qui découvre le côté obscur et peu honnête de sa société et de ses plus proches collaborateurs! Parmi ceux-ci, Loisel est le salaud de service profitant de son statut d’associé qui a toujours raison, pour régner sur l'entreprise.
   
   Un personnage hors-normes pour qui j'ai beaucoup de sympathie Gilles Dallon, homme politiquement incorrect, style anarchiste, peu respectueux des règlements, mais expert dans son domaine. Sophie, gloire et décadence au sein d'une entreprise suivant que vous couchiez ou non... Agnès, elle couche, mais c'est son boulot et cela n'empêche pas une certaine méfiance... Un marin un peu trop riche, un architecte évincé, un directeur financier spécialiste du camouflage en tout genre, une amie d'enfance amoureuse déçue, une galerie de personnages pas toujours très recommandables.
   De l'univers des boîtes de nuit parisiennes où en fond musical l'auteur pense reconnaître du Henry Purcell... de l'île de Batz au VIIIe arrondissement de Paris.
   Un roman sur un sujet que l'auteur connaît très bien, du fait de sa profession d'ingénieur des Travaux Publics.
   Une enquête qui paraît somme toute classique dans un monde où règne la loi de la jungle (urbaine bien entendue). Une découverte, car la collusion entre le monde du bâtiment et celui de la politique est clairement énoncée ici. Entre petits cadeaux et arrangements avec les règles normalement en vigueur, il semble que corruption et prostitution soient les deux mamelles de la construction! Une lecture très agréable, mais un constat assez terrifiant:
   Payez, nous bâtirons notre fortune!
   
   
   Extraits :
   
   - Car pour moi un doute subsistait. Je connaissais trop les magouilles, les conflits d'intérêts qui en découlent et les tensions qu'elles tissent dans le monde du BTP.
   
   - Le terme de conduite forcée peut aussi s'interpréter sur le plan psychologique. Mise en pression du moral. De la morale.
   
   - Du beau monde, issu de la banque et de l'équipement. Aussi quelques élus, députés ou maires de grandes villes.
   
   - Les hommes sont des marionnettes. On les manipule facilement au moyen de deux ou trois ficelles. À savoir les femmes, l'argent et la vanité.
   
   - Une erreur que de recourir aux analyses trop subtiles. Le fric et le sexe. Rien d'autre.
   
   - Dallond était laid, d'une laideur incontestable. Il en souffrait. Un tel lot est souvent pour un homme le ressort d'étranges comportements.
   
   - Dans ce monde, la vérité n'est pas souvent dans les attendus des tribunaux.
   
   - La reconnaissance est, chacun saurait illustrer pour son compte cette triste sentence, un sentiment dont le bienfaiteur n'est jamais assuré.
   
   - La beauté des femmes est une maladie dont les hommes mettent du temps à guérir, sans parler des innombrables rechutes.
   
   - Sans doute la raison, pensais-je ingénument, pour laquelle les pizzas prennent l'avantage sur les crêpes dans l'alimentation des Bretons.
   
   - Prenez garde, vous êtes un naïf parmi des truands.

critique par Eireann Yvon




* * *