Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Aleph de Paulo Coelho

Paulo Coelho
  Le Zahir
  L'Alchimiste
  Le Démon et mademoiselle Prym
  Aleph

Aleph - Paulo Coelho

Où suis-je, où vais-je, dans quel état j' etc. ?
Note :

   Rentrée littéraire 2011
   
   
   Est-ce une autobiographie ou une aventure purement fictive? Imagination ou réalité? L’ambiguïté est savamment entretenue jusqu’à la fin.
   Cependant, le narrateur semble bien proche de l’écrivain lui-même.
   
   Le récit s’ouvre sur une injonction de J., le maître et le guide de l’auteur dans la Tradition spirituelle que ce dernier poursuit depuis des années mais qui le laisse à nouveau, à 56 ans, plein de doutes et de questionnements.
    Ils se retrouvent alors autour d’un chêne sacré, vieux de cinq cents ans, lieu habituel de leurs rituels. Leurs bras se rejoignent, entourant le tronc, mais après avoir prononcé une prière soufie, tous deux constatent que, cette fois-ci, c’est un échec: l’amertume et le désenchantement sont toujours là. Le Maître dit alors :
    "Tu n’es plus ici. Il est temps de partir pour revenir au présent"
   
   C’est alors que commence le véritable récit, celui du troisième chemin sacré que doit entreprendre le narrateur après les deux précédents, celui de Saint-Jacques-de-Compostelle en 1986 et celui de Rome en 1989.
   
   Cette fois, peu importe la destination géographique, ce sera un voyage plus intérieur et expérimental, vers l’Aleph, le point de rencontre entre l’espace et le temps.
   "Le diamètre de l’Aleph devait être de deux à trois centimètres, mais l’espace cosmique était là, sans diminution de volume. Chaque chose… équivalait à une infinité de choses, parce que je la voyais clairement, de tous les points de l’univers."
   Jorge Luis Borges : L’Aleph. (Phrase mise en exergue)

   
   Ce sera un voyage, qu'il entreprendra seul, d’un océan à l’autre, vers l’Asie, le Pacifique, en Transsibérien, à travers la Russie. Il laisse sa femme derrière lui, en toute confiance.
    Il abandonne tout pour aller au devant de ce point de l’espace qui doit le transporter dans le temps afin de revivre le moment le plus terrible de ses réincarnations et obtenir le pardon des personnes à qui il a fait tant de mal. Il découvre assez vite qu’il s’agit de l’Inquisition espagnole.
   
    Dans cette quête de son lointain passé, il est aidé par Hilal, une jeune femme exaltée, qui lui impose sa présence, persuadée qu’ils sont faits l’un pour l’autre et qu’elle peut lui être utile. Finira-t-il par accepter et rechercher leur rapprochement physique dans ce point aleph du train si mystérieux et son désir pour elle sera-t-il sans cesse interrompu par fidélité et loyauté envers le lien sacré du mariage?
   
   Un autre personnage l’aidera dans son aventure: Yao, son interprète.
   
   L’histoire se termine en fanfare par une audience officielle, à Moscou, entre Paulo Coelho et le président Vladimir Poutine en personne,le 1er juin 2006.
   Dernière phrase du livre:
   "Enfin,  je veux mettre en garde en ce qui concerne l’exercice de l’anneau de lumière. Comme je le mentionne plus haut, tout retour au passé sans un minimum de connaissance du procédé peut entraîner des conséquences dramatiques "
   
    C’est un livre que j’ai eu beaucoup de mal à terminer. Il m’a mise très mal à l’aise à plusieurs moments, en particulier pour tout ce qui concerne l’intrigue sentimentale. Elle est au cœur de l’histoire mais j’ai trouvé si antipathique cette jeune femme qui se jette sans pudeur au cou de l’auteur dès leur première rencontre, le poursuivant sans cesse de ses assiduités grossières et finissant par s’imposer à lui tout en l’isolant de ses compagnons de voyage que l’histoire en devenait glauque. Quant à l’aspect mystique de la recherche de l’Aleph… que dire, sinon que les phrases se déversent à la chaîne, ciselées et définitives comme des citations d’anthologie. J’en ai relevé plusieurs. Prises une à une, je les ai appréciées mais le livre lui-même m’a énormément déçue, c’est pourquoi j’ai tant tardé à rédiger cette notice. Je n’ai pas cru une seconde à cette histoire et n’en ai pas aimé les personnages tant ce récit m’a semblé artificiel et froid, plein de clichés et d’idées dans l’air du temps, alors qu’il se veut exactement le contraire.

critique par Mango




* * *