Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Le chanteur de Cathi Unsworth

Cathi Unsworth
  Le chanteur

Le chanteur - Cathi Unsworth

Le crépuscule des punks
Note :

   Histoire sur deux niveaux et deux époques, 1977 et à partir du mois de novembre 2001.
   
   La première période est celle de la rencontre de différents musiciens en pleine vogue punk. Dans la seconde, nous suivons un écrivain qui cherche à comprendre ce qui s'est passé et pourquoi le chanteur Vincent Smith a disparu. "Cherchez la femme" lui semble un peu simpliste comme argument.
   
   Nous sommes à Hull, charmant port de pêche de la mer du Nord en 1977. Stevie Mullin est un garçon solitaire, membre d'une famille irlandaise un peu hors normes; il est fou des "Sex Pistols". Il vient en aide à Lyton Powell un métis en situation difficile, lui évitant un tabassage en règle. Puis il convainc Kevin Holmes, malgré sa peur, de rejoindre ce groupe de musique. En effet il est batteur dans l’orchestre du lycée; mais très timoré, il est le souffre douleur idéal. Il rencontre Vincent Smith, la tête en sang à un concert, il sera le chanteur.
   Roule Blood Truth...
   Les succès se suivent, mais bien vite l'ambiance est tendue, la drogue fait son apparition, puis Vincent tombe amoureux fou de Sylvana, chanteuse des Mood Violet. Dès lors la chute est prévisible, elle s'accélère à la mort par overdose de cette dernière et la soudaine et mystérieuse disparition de Vincent le jour de l'an 1981 à Paris où il vivait et s'était marié avec Sylvana... Mais que s'est-il réellement passé au sein de ce groupe où les personnalités des divers membres n'étaient pas toujours au diapason? Est-il nécessaire de remuer ce qui pourrait être des choses pas très claires?
   Mais Eddie Bracknell a besoin de redorer son propre blason pour reconquérir son amie; ce qu'il pense n'être qu'une simple biographie va devenir tout à fait autre chose au fil des discussions avec les ex-membres du groupe et des personnes gravitant autour. Les femmes en particulier dont le rôle est sûrement primordial. Et là elles sont trois, Sylvana, Donna et Helene... Plus dans l'ombre Rachel...
   Car son initiative n'est pas forcément bien vue en particulier par l'ex-boyfriend (en anglais dans le texte) de Sylvana qui le menace ouvertement. Les anciens membres du groupe parlent, il rencontre aussi les musiciens des Mood Violet, la fin des punks semblait inéluctable. Car au fil de son enquête, petit à petit la légende devient cauchemar! Est-ce bien raisonnable de déterrer le passé, et si oui le prix à payer n'est-il pas trop élevé?
   
   Eddie Bracknell, le journaliste, est dans une situation tendue, il passe pour sa petite amie pour un dilettante. On peut la comprendre, il découche souvent et cela n'arrange pas son image! Il s'accroche sur ce texte, pour lui prouver qu'il peut être un écrivain à succès ! En sera-t-il récompensé?
   
   Gavin Granger, le photographe témoin des années d’excès, est un interlocuteur privilégié, c'est sûr mais est-il partial? Car les souvenirs de chacun sont très dirigés et souvent contradictoires suivant que ce soit un homme ou une femme qui parle. Qui était réellement Sylvana?
   
   Le groupe, quatre personnalités très différentes représentant les couches sociales les moins favorisées, bandes de mômes se retrouvant dans le monde adulte et subissant toutes les tentations possibles et succombant à beaucoup.
   
   Il se confirme encore une fois dans ce roman que la musique n’adoucit pas toujours les mœurs. Je ne suis pas un fan du mouvement "Punk", je suis trop vieux ou trop classique musicalement! Les coulisses du monde musical avec tous ses excès, sexes, drogues, alcools, overdose et problèmes d'égos, managers, directeurs musicaux, producteurs, bref tout un tas de requins prêts à plumer les jeunes artistes trop contents de signer leur premier contrat.
   
   Une réflexion douce-amère sur le temps qui passe et sur les rebelles devenus comme beaucoup des hommes rangés et plutôt nantis dans ce roman. Le déclin de l'Angleterre industrielle surtout le Nord après le passage de Margaret Thatcher. Pour moi des souvenirs du vieux Londres, celui des pubs irlandais et des pintes de Guinness, de la musique le dimanche matin, l’accueil chaleureux (nous n'étions pas anglais!) bref quand j'étais jeune, enfin plus que maintenant.
   
   Les chapitres ont tous un nom qui correspond à une chanson de l'époque ce qui fait que ce livre a une bande originale! Original, non!.
   
   Un excellent livre, décidément certains auteurs (Jake Arnott et Cathi Unsworth) me réconcilient ces derniers temps avec le roman noir anglais.
   
   
   Extraits:
   
   - Qu'est-ce que tu voulais qu'il lui arrive? Une gonzesse mon pote, toujours la même histoire...
   
   - Il parle de l'IRA, de la reine, des cités, ce genre de truc. En fait, il ne parle même pas, il crie...
   
   - Autrefois, le soleil brillait tout l'été, les pubs étaient tenus par des Irlandais et il y avait des quarante cinq tours de rock'n'roll dans les juke-boxes; autrefois, c'était des musiciens qui traînaient à tous les coins de rue, pas des dealers.
   
   - Le traditionnel coup de téléphone maternel du dimanche soir, qui ressemblait comme d'habitude à une harangue guerrière de Margaret Thatcher. Je n'avais pas le courage de le rappeler.
   
   - Une autre nuit sur un autre canapé, à rêver d'un musicien disparu, à imaginer qu'il pouvait me sauver.
   
   - Vincent Smith était une véritable âme perdue, un décadent pur et dur, une légende rock. Tu le sais mieux que personne.
   
   - D'ici là, je suppose qu'il n'y a qu'une seule question à se poser: souhaitons-nous réellement réveiller les morts?
   
   - ... même s'ils suivaient des voies musicales différentes: c'étaient des Celtes robustes et bienveillants, les grands frères de leurs groupes respectifs.
   
   - ... dans le pub d'en face, le Dublin Castle, où nous étions mêlés aux vieux Irlandais assis près d'un long comptoir en cuivre, les fantômes du Camden d'autrefois. Littéralement, ou presque.
   
   - Ah fit-il tristement. Le placard s'est ouvert et tous les squelettes se sont cassés la gueule, ce soir-là, hein?
   
   - Je ne pouvais pas rester indéfiniment dans mon mausolée suffocant, avec pour seule compagnie des chanteurs morts et des martyrs du rock qui avaient perdu la boule.
   

   
   Titre original : The Singer (2007)

critique par Eireann Yvon




* * *