Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Cantique de la racaille opus 2 de Vincent Ravalec

Vincent Ravalec
  Le Retour de l'auteur
  Cantique de la racaille opus 2
  Recel de bâtons

Cantique de la racaille opus 2 - Vincent Ravalec

Pour l'opus il était moins une!
Note :

   Alors, s'il y a un opus 2, c 'est qu'il existe un opus 1. Comme je ne suis pas toujours un garçon logique, j'ai débuté par le 2. Du coup, je suis assez refroidi à l'idée de me plonger dans le 1...
    
   Gaston, le héros des 2 opus, sort de prison après 16 ans. Il y a fait la rencontre d'Hepner, qui lui a appris une méthode de concentration, le H+, et présenté des personnes qui lui permettront de trouver de l'argent facilement à sa sortie de prison. Gaston devient donc paparazzi, prenant des clichés lors de fêtes parisiennes ou dans une orgie sur un yacht lors du festival de Cannes, puis est repéré par les services secrets. Ceux-ci le mettent à la poursuite de plusieurs cibles, avant de l'envoyer en Asie. Mais là, Gaston va découvrir la véritable raison de son embauche.
    
   Autant le dire de suite, ce roman ne m'a pas convaincu du tout. Le début est très bling-bling. On suit Gaston à sa sortie de prison, qui va d'un appartement laissé par Hepner à des fêtes où il doit prendre des vedettes en photo, le tout sur fond de cocaïne, d'argent facile, et de femmes fatales. La relation de Gaston aux femmes, qui ne sont pour lui que prétextes à des AS (actes sexuels) est d'ailleurs assez rétrograde. On est dans le monde de l'argent, du sexe facile. Le pire, c'est que c'est finalement la partie la plus intéressante du livre, car si elle n'est franchement intéressante, elle est la plus fluide en terme d'écriture.
    
   Car après, on part dans une histoire aussi rocambolesque qu'invraisemblable. Gaston devient agent secret et doit suivre à l'étranger des hommes qui menacent de remettre en cause la paix dans le monde. Sauf que c'est à Gaston qu'on veut apprendre quelque chose. On entre alors dans un monde où on navigue entre Chine, Tibet, Egypte, France et Belgique, avec une histoire d'amour improbable et un complot qui met en cause une société secrète digne de chez Dan Brown. Avec en prime un aspect mystico-esotérique qui permet à Ravalec d'écrire ce que bon lui semble sans aucun souci de cohérence. La fin est tellement ahurissante et inintéressante que les 50 dernières pages ont été tournées très, très vite.
    
   En plus, deux éléments m'ont assez énervé. Le premier est l'apparition, à la page 353 d'un flashcode, petit pictogramme à photographier qui permet d'avoir accès à un petit film sur Internet. La présence de ce gadget, qui implique pour le lecteur d'avoir 1 - un téléphone qui fasse des photos (ce qui n'est pas mon cas); 2 - du réseau internet, me fait penser que ce n'est pas par ce moyen que la littérature parviendra à continuer à marquer sa différence.
    
   La deuxième chose, et ce n'est plus tant de la faute de Ravalec que de son éditeur, Fayard pour ne pas le nommer, est qu'il y a un nombre incroyable d'erreurs dans le manuscrit: des mots qui se répètent, des verbes conjugués alors qu'ils devraient être à l'infinitif ou l'inverse, ... C'est se moquer du monde que de publier un livre aussi mal terminé à un prix aussi élevé (20,90 euros, tout de même). Heureusement que j'ai eu mon exemplaire gratuitement!

critique par Yohan




* * *