Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

202 Champs Elysées de José Maria Eça de Queiroz

José Maria Eça de Queiroz
  Le Crime du Padre Amaro
  Alves & Cie
  Les Maia
  202 Champs Elysées

Né en 1845 est présenté comme le Flaubert portugais, Borges le tenait comme «l’un des plus grands écrivains de tous les temps» Adversaire du romantisme, il est l'initiateur du réalisme littéraire au Portugal.

Consul à Paris à partir de 1888 il y meurt en 1900.

Ses principaux romans:
"Le crime de Padre Amaro", "Les Maia", "La Tragédie de la rue des fleurs" et "202, Champs Elysées"

202 Champs Elysées - José Maria Eça de Queiroz

Retour à la terre
Note :

   Au Portugal, en voyage avec un de ses plus grands écrivains. Faites connaissance avec Jacinto, grand propriétaire terrien au Portugal, riche, oisif, il vit à Paris au 202 Champs Elysées "Sous l’or pesant des lambris, au creux des soieries à ramages" Il vit dans un palais extraordinaire, haut lieu de la technologie de l’époque car il croit que le bonheur "Se réalise par l’intermédiaire du développement illimité de la mécanique"
   Jacinto va retrouver son ami poète: Ze Fernandes. Celui-ci découvre un peu ébahi le palais et ses richesses. Une bibliothèque avec quelques trente mille volumes dont "Huit mètres d’économie politique". que personne bien sûr ne lit jamais. Des appareils de toutes sortes sensés faciliter la vie: un phonographe, le téléphone et même un théâtrophone!!
   Mais la technologie parfois fait défaut il suffit d’un ressort qui ne se comporte pas comme on l’attend! Et puis tout ça finit par lasser Jacinto "Planté comme un piquet, les mains au fond de ses poches en signe de défaite, et exprimant sur son visage, avec un bâillement mou et indécis, le triste embarras de vivre."
   Lassé de tout il va profiter d’un prétexte pour fuir la ville, obligé de se rendre sur ses terres au Portugal, voilà notre citadin transformé en campagnard
   Sauf que la propriété est dans un état lamentable et qu’il va devoir en rabattre beaucoup sur ses habitudes de luxe et de confort.
   Ce retour à la terre va le combler, les retrouvailles avec une vie rythmée par des travaux, les plaisirs simples de la campagne, la beauté de la nature, tout le comble. Pour la première fois il se sent utile, il ne s’ennuie plus.
   Fi des 30 000 volumes de sa bibliothèque parisienne, il revient à l’important, sur ses rayons désormais les livres essentiels: Plutarque, Homère, Epictète, Virgile, Cervantès... Fi aussi de la modernité à tous crins et vive la simplicité!
   Le héros est transformé et son ami Ze le découvre attaché à sa montagne "Jacinto avait enfoncé de solides racines, toutes d’amour, dans sa rude montagne (...) le transformant insensiblement en un Jacinto rural"
   Il a des projets pour sa propriété, il rêve potager, fromagerie, jardins, bonheur...
   
   Ma première lecture d'Eça de Queiroz remonte maintenant à pas mal d'années et j'avais envie de vous le faire découvrir un peu mieux. Après "Alves et Cie". Plongez dans l'univers de cet auteur qui aime la satire et par dessus tout la France.
   
   Eça de Queiroz hérita d’une propriété dans le Douro où il prit grand plaisir à vivre, sans doute servit-elle de modèle pour ce roman. Il fut l’un des premiers écrivains à faire une critique radicale du culte de la technologie et à s’inquiéter des risques encourus par la planète. Ce roman est une bonne façon de faire connaissance avec un auteur détenteur d’une verve satirique féroce mais qui dans ce roman nous berce des beautés de la nature et se fait le chantre du retour aux sources.
   
   C’est le grand romancier portugais du XXe siècle, Borges le tenait pour « l'un des plus grands écrivains de tous les temps ».
   Né à Póvoa de Varzim au Portugal en 1845, fils illégitime d’un magistrat. En 1861, il commence son Droit à l'université de Coimbra et en 1866, il s'installe à Lisbonne où il commence à se faire connaître par ses écrits dans la Gazette du Portugal.
   En 1885, il se rend en France où il rencontre Emile Zola. Après Cuba et l’Angleterre, il est nommé consul à Paris en 1888, il manifeste contre la condamnation de Dreyfus en 1889. Il meurt le 16 août 1900 à Neuilly. Eça de Queiros est enterré à Santa Cruz do Douro.

critique par Dominique




* * *