Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Ados: Une seconde chance de Patrick Cauvin

Patrick Cauvin
  Le silence de Clara
  C comme: Hors-jeu
  Haute-Pierre
  Belange
  Huit jours en été
  E=MC², mon amour
  Dictionnaire amoureux des héros
  Ados: Une seconde chance
  La nuit de Skyros

Patrick Cauvin, de son vrai nom Claude Klotz, est un écrivain français né le 6 octobre 1932 à Marseille et décédé le 13 août 2010.
Apprécié du grand public, il a publié une trentaine de romans, de 1970 à 2010.

Ados: Une seconde chance - Patrick Cauvin

Et moi je donnerai une seconde chance à l'auteur
Note :

   Présentation de l'éditeur
   
   "Jusqu'à présent, tout a roulé pour Zéphyrin. Le petit appartement à Montmartre avec sa mère, les copains, le lycée. Dans l'ensemble, la vie est belle et sans secousses. Jusqu'à ce que "Supertanker", la prof d'art, organise une visite au Louvre. Zéphyrin, que les primitifs italiens ne passionnent guère, quitte le groupe, entre au hasard dans une salle et, là, sa vie bascule. Est-il possible qu'un garçon né en 1995 tombe en un dixième de seconde raide amoureux d'une fille ayant vu le jour au début du XVIIe siècle et dont le portrait se trouve devant lui? Et surtout, qu'est-ce qui explique cette blessure soudaine, ce sang qui coule à son bras?
   Aidé par un flic perplexe et un vieux savant, va-t-il éclaircir le mystère de la seconde chance? Celle qui est donnée à ceux qui se sont manqués dans une première vie?"

   
   
   Commentaire
   

   Voici un livre qui avait au départ tout pour me plaire mais pour lequel j'ai cependant un avis mitigé. Une histoire avec un tableau, une histoire d'amour intemporelle, un roman jeunesse... normalement ça me plait. Sauf que bon, je suis restée un peu à côté en ce qui concerne ce roman.
   
   La narration est donc entreprise par Zéphyrin, ado passé maître dans l'art de la digression et qui se dit nul en français. C'est son journal que nous lirons et ma foi, à part une syntaxe très orale et un vocabulaire assez "ado", ma foi, il ne s'en sort pas si mal, pour un jeune "nul en français"! Cette voix m'a semblé parfois très crédible, d'autres fois par du tout... bref, ma perception de ce jeune a été assez inconstante au cours du roman.
   
   Notre Zéphyrin, lors d'une visite au Louvre, devient physiquement mal à l'aise devant un tableau et se met à saigner au bras. Désemparé par cette aventure, il tente de revoir le tableau, de savoir qui est cette jeune fille et de comprendre ce qui lui arrive. Il y avait selon moi une très bonne idée de départ dans ce roman, qui aurait mérité d'être davantage approfondie. On nous raconte la quête des adolescents pour comprendre, pour connaître ce qui se passe et ce qui s'est passé, mais j'ai trouvé que l'auteur laissait en fait très peu d'espace aux sentiments adolescents qui acceptent la situation ma foi assez facilement. Après tout, si je réalisais soudain que j'ai une âme sœur, connue dans une autre vie et qu'il y a un "unfinished business" entre nous, je risquerais d'être un peu plus paniquée que ça, un peu plus déboussolée. Comme tout est rapide et que la réponse est dévoilée assez vite, j'ai trouvé difficile de m'attacher aux personnages, autant ceux d'aujourd'hui que les amoureux d'autrefois, et de vibrer avec eux. Ce qui fait que je suis restée un peu extérieure.
   
   Toutefois, j'ai beaucoup aimé l'humour qui pointe parfois entre les mots de Zéphyrin, le ton un peu ironique sur ce qui l'entoure et sur les manies des adultes avec qui il vit. La palme va à la remarque sur la "critique d'art" du musée qui m'a littéralement fait éclater de rire. Le livre se lit tout seul, je ne me suis pas ennuyée, mais il m'a manqué un petit quelque chose, un peu de profondeur pour m'embarquer.
   Un auteur avec qui je retenterai peut-être l'expérience, si l'occasion se présente; on m'en a dit beaucoup de bien!
   
   
   À noter: en bonne vieille petite québécoise, je ne savais pas ce qu'était une "pelle". Après multiples utilisations dans le roman, je pense que j'ai deviné... mais il n'est jamais trop tard pour parfaire sa kulture, n'est-ce pas!!

critique par Karine




* * *