Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Avant la Nuit de Pete Fromm

Pete Fromm
  Avant la Nuit
  Indian Creek, un hiver au cœur des Rocheuses
  Lucy in the Sky
  Le nom des étoiles

Pete Fromm est un écrivain américain né en 1958 dans le Wisconsin.

Avant la Nuit - Pete Fromm

Pêcheur d'eau douce amère
Note :

   Eh bien si l'on m'avait dit que je lirais un recueil de nouvelles sur la pêche, que j'apprendrais tout sur les diverses espèces de truites, sur les différents types d'appâts, que je passerais des après midi à pêcher sur un radeau ou dans le courant de la rivière, que je saurais placer délicatement l'hameçon à l'endroit choisi, au millimètre près, avec ma canne à lancer, j'aurais été bien étonnée. Et encore plus, que cela me plaise! Oui mais, dans un livre, tout est possible! C'est la cas avec "Avant la nuit" de Pete Fromm.
   
   Pourquoi cet intérêt? parce que les nouvelles de ce recueil parlent de pêche mais encore plus d'êtres humains que l'on devine avec leur personnalité, leurs attentes, leur fragilité, avec les drames qui interviennent dans leur vie mais aussi les rapports de confiance, la complicité que cet amour de la pêche mais aussi de la nature crée entre eux.
   
   Parmi mes préférés, "Père et fils", est la douloureuse histoire de ce père divorcé, séparé de son fils qui a dû suivre sa mère dans un autre état, et qui accomplit quelques milliers de kilomètres en voiture pour l'amener pêcher. On y lit une belle complicité entre le père et l'enfant mais aussi on devine en filigrane, une autre histoire, celle du père et de la mère, d'un amour qui n'a pas survécu, éteint par la vie quotidienne qui foule aux pieds les rêves, malmène le bonheur. Pourtant, par l'intermédiaire de ce fils qu'ils aiment tant, peut-être parviendront-ils à l'apaisement?..
   
   Ou encore "Avant la nuit", qui donne son titre au recueil, une partie de pêche entre Gordon et son beau-père, un récit tout en sous-entendu et silence. Peu à peu, cette journée au bord de l'eau, alors qu'il faut rentrer à la maison avant la nuit pour échapper aux dangers de la rivière, permet de cerner la personnalité de Gordon, de comprendre sa souffrance, lui qui, marqué par le divorce de ses parents, ne revient voir sa mère et son beau-père que de longues années après son départ. La nouvelle parle de la peur d'être père, de la difficulté de vivre, de la crainte de perdre ceux que l'on aime. Là aussi la rivière et les aventures vécues ensemble représentent une sorte de catharsis qui permet d'affronter la vie.
   
   Dans "Le cours normal des choses" pour la première fois depuis la mort de sa femme, un père ramène ses deux fils à la pêche. Une nouvelle terriblement poignante où chacun s'efforce de faire comme si tout était normal jusqu'au moment où le plus jeune des enfants, Corby, ne parvient plus à contrôler l'irruption du chagrin. Certains de ses récits sont moins tragiques, comme "Stone", ce garçon qui ne veut pas apprendre à pêcher mais qui est le roi du ricochet, une leçon de respect mutuel entre un père et son fils... Ou encore la nouvelle "Le gamin" quand deux vieux copains se retrouvent pour la pêche mais l'un a amené son gamin, prétexte à une prise de conscience pour l'autre des changements survenus...
   
   Mais tous campent des personnages pleins de vie, très forts, dont les sentiments sont analysés avec finesse et pour qui l'on sent la tendresse de l'auteur. Le thème père et fils est une constante avec ce que cela représente d'amour, de compréhension mais aussi de doute et de crainte. Le fil conducteur, la pêche, crée une unité dans ces courts récits avec l'image de l'eau, métaphore du temps qui s'écoule amenant d'inéluctables changements. Le respect des créatures vivantes, la beauté de la nature, des joies qu'elle procure, des rapports de confiance qu'elle établit entre les gens font de ce recueil une petite merveille.
   
   Un beau recueil plein de sensibilité et de nostalgie.
   ↓

critique par Claudialucia




* * *



Au fil de la vie… et de l’eau
Note :

   Recueil de 10 nouvelles que cet auteur né en 1958 dans le Wisconsin que je découvre à cette occasion. Il est devenu célèbre avec son roman "Indian Creek".
   
   Titres des nouvelles :
   - Père et fils. Épuisette. Avant la nuit. Indigènes, wagons et déménagements. Le cours normal des choses. Stone. Ambre. La petite frappe. Pour le gamin et Super Souris et le fromage bleu de la Lune.
   
   Dans "Père et fils", après le divorce de ses parents et le départ de sa mère au loin qui l’emmène avec lui, ce père n’a pas les moyens financiers de toujours faire plaisir à son fils. Il reste la pêche…
   
   "Avant la nuit" qui donne son titre à ce recueil raconte une partie de pêche entre un homme et le fils de son épouse. Il ne se sont pas vu depuis quelques années. La réflexion très souvent entendue leur revient : "Il faut rentrer avant la nuit".
   
   "Indigènes, wagons et déménagements". L’histoire un peu loufoque d’un jeune homme qui voyage avec "Le Wagon Flottant". Imaginez un canot pneumatique trouvé et bricolé par deux amis. L’un a quitté la région et l’autre veut le rejoindre pour pouvoir reprendre leurs parties de pêche ! Mais rien n’est gagné pour ce pauvre garçon ! Quel automobiliste acceptera de prendre en stop ce monstre des rivières !
   
   "Pour le gamin" est à mon avis le meilleur texte de ce recueil. Deux amis qui pêchent ensemble depuis très longtemps sont pour la première fois trois ! En effet l’un deux a amené son gamin. Les débuts de la cohabitation sont tendus, surtout que le lieu de pêche n’est pas des plus accessibles !
   
   "Super Souris et le fromage bleu de la Lune". Un couple part pour une randonnée en canot. Au programme, balade fluviale et pêche. Mais les choses ne se passent pas aussi bien qu’espéré. Mary, l’épouse, se montre lunatique et avoue avoir quelque chose à avouer à son époux.
   
   Les personnages de ces textes sont des américains de tous âges et plutôt de la classe moyenne.
   
   Les participants à un mariage résolument original, au petit matin. Parfois ce sont des hommes divorcés, cherchant à renouer avec leur fils ou beau-fils souvent au bord de l’eau. Le calme de la pêche faisant parfois des miracles, mais ce n’est pas toujours le cas. Des jeunes gens vont à la pêche, ils parlent des filles. Allen, le chauffeur, n’aime pas car la jeune fille en question est Alice, pour laquelle il a des sentiments. Surtout que le jeune frère d’Alice est parmi les passagers.
   
   Deux hommes et un gamin, un couple sur un bateau, sont des personnages rencontrés au fil des rivières américaines.
   
   La pêche sert de prétexte à beaucoup de ces nouvelles. Mais ce recueil nous prouve que la vie des pêcheurs, même à la ligne n’est pas un long fleuve tranquille.
   
   Quelques belles descriptions malheureusement noyées à mon goût dans des détails techniques auxquels je n’ai pas compris grand-chose.
   
   Un avis très mitigé malgré des belles descriptions. Je suis resté sur les berges, regardant l’eau couler, la pêche en eau douce n’est pas ma tasse de thé.
   
   
   Extraits :
   
   - Parce que, bien sûr, la première chose que tient à faire Carly c'est de rentrer chez elle, en Georgie. Comme si c'était un endroit où l'on pouvait élever autre chose que des cacahuètes.
   
   - Nous nous sommes mariés à l'aube, à l'heure qui convient plutôt aux exécutions.
   
   - L’eau rencontre le feu dans un sifflement, de larges nuages de vapeur s'élevèrent, se mêlant au ciel couleur de plomb.
   
   - Je me préparais déjà à essuyer les tout premiers refus, le premier d'une longue série infinie et désespérante de fins de non-recevoir.
   
   - Le crépuscule était tout proche, la brume les avait trempés tous les deux et le feu de camp n'était plus qu'un faible rougeoiement.
   
   - "Mais tu l'as quand même ferré, alors la..."–, tout ça n'était que pour marquer des points avec ma sœur, rien de plus.
   
   - Je suis un inconnu, après tout, un vieux copain de son père qui jure comme un charretier. On ne peut pas savoir si je vais tout comprendre.
   
   - Elle s'est agrippée un long moment à sa tasse, le regard perdu dans l'aube qui se reflétait sur la montagne de Square Butte. La rivière n'était qu'un long ruban de brume au fond de la vallée.
   

   Titre original : Blood Knot (1998)

critique par Eireann Yvon




* * *