Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Un cœur de pierre de Renate Dorrestein

Renate Dorrestein
  Un cœur de pierre
  Sans merci
  Tant qu'il y a de la vie
  Vices cachés

Un cœur de pierre - Renate Dorrestein

Sombre, très sombre.
Note :

   Ellen, le narrateur de cette intrigue, est le troisième enfant d’une famille d’archivistes hollandais. Une famille où règnent harmonie, tendresse et joie de vivre, jusqu'à la naissance d’une autre petite sœur, Ida, qui fait basculer « diaboliquement » la sérénité familiale.
   « Ida sera toute sa vie la proie sans défense des esprits maléfiques que j’ai invoqués bien avant sa naissance. Et sans relâche, de nouveaux esprits tourmenteurs sauront où la trouver. »
   Ce n’est que 25 ans plus tard, qu’Ellen va tenter de comprendre le drame survenu au sein du foyer des Van Bemmel dont elle garde des stigmates bien ambigus.
   
   Des personnages écorchés, torturés par un passé mystérieux et de toute évidence tragique. Le suspense se construit au moyen de retours sur des événements passés qui déboucheront sur l’horreur d’un drame dont les cicatrices morales lancinantes sont à jamais persistantes.
   
   D’une intensité qui chamboule, l’intrigue, magistralement orchestrée, crée sans cesse un effet d’attente. Le lecteur est amené à supputer l’horreur d’un drame dans cette famille par ces réguliers flashs qui parsèment le texte. Les clés de l’histoire sont ainsi distillées subtilement pour enrichir le suspense.
   
   Un livre bouleversant, macabre et terrible à la fois. Les explications saisissantes de l’horreur sont déconcertantes et il est bien difficile de rester indemne. Une folie qui ne vient pas du tout de là où on pouvait s’attendre.
   L’auteur explore minutieusement l’âme humaine et les liens qui unissent une famille toute entière entraînée dans une tragédie terrifiante.
   
   Un livre sombre, douloureux et tellement fort.
   ↓

critique par Véro




* * *



Coup de froid!
Note :

   J'ai, il y a quelques années, éprouvé des difficultés avec cet auteur néerlandaise. "Vices cachés" qui était présenté comme un chef d'oeuvre m'avait laissé froid. Essayons une fois encore (sur les conseils d'une amie qui ne veut plus que je dise son pseudo!).
   
   Ellen se souvient de sa famille, vingt cinq ans auparavant. Elle avait douze ans, le bonheur semblait complet avec ses frères et soeurs. L'arrivée de la petite dernière Ida, Ellen, confusément, l'appréhendait. Aujourd'hui, elle pense à son frère Carlo gravement brûlé qu'elle n'a plus vu depuis qu'il avait cinq ans. Elle a racheté la maison familiale qui avait été vendue vu les circonstances. Elle vient de divorcer de son mari après treize ans de vie commune, car dit-elle "Je suis accro aux aventures amoureuses". Enceinte d'un enfant de père inconnu, et ayant pris une année sabbatique, elle est clouée au lit. Elle feuillette un album de photos. Passant sans arrêt du passé au présent, elle se remémore la vie, la naissance d'Ida, le soudain mysticisme de sa mère, baptisant elle même le bébé, et plusieurs fois. Le couple fait chambre à part, la mère devient de plus en plus autoritaire, le père de plus en plus absent. Chaque photo nous fait petit à petit pénétrer au coeur du problème.
   Qui pouvait prévoir le drame qui allait frapper la famille Van Bemmel, Margje et Frits se sont mariés par amour, ils ont cinq enfants: la narratrice Ellen, l'aînée est Billie (Sybilline) et les deux garçons Kester et Carlos. Puis la toute dernière Ida, celle-ci est une enfant difficile, pleurant jour et nuit. Victime d'une malformation, elle doit être opérée d'urgence, la santé de sa mère se détériore et sa raison vacille.
   
   La lecture n'est pas des plus aisées, avec des retours en arrière nombreux et pas toujours évidents à saisir. En plus les enfants sont parfois appelés par leurs prénoms Sybilline ou par le diminutif familial "Billie", ce qui crée une certaine confusion. Un livre bien plus intéressant que "Vices cachés", mais pas très facile à lire. Décidément j'ai quelques problèmes avec la littérature de cette dame, car j'ai dû m'accrocher pour finir ce livre.
   
   
   Extraits :
   
   - Mais il avait beau se laver chaque jour les aisselles et le visage, il puait toujours autant et il ressemblait à un vieux journal mille fois lu.
   
   - Dans la Grèce antique, les familles avaient le droit de déposer au dépotoir public leur progéniture non souhaitée.
   
   - Il était encore suffisamment jeune pour commencer une nouvelle vie. Moi, j'avais quatorze ans, âge où plus personne ne veut vous adopter.
   
   - L'aimée que j'ai choisi de ne plus être.
   
   - "Qu'est-ce que tu veux prouver Ellen?. Qu'il vaut mieux pour un enfant avoir le moins de parents possible?"
   
   - Soudain, le doute n'existe plus, plus la moindre hésitation, c'est une décision: ne plus jamais faire l'amour? Pour le bien d'Ida.
   
   - Je connaissais à présent le vrai nom du mystère qui avait détruit notre famille. La psychose de l'accouchée.
   

   Titre original: Een Hart Van Steen.

critique par Eireann Yvon




* * *