Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Surveille tes arrières! de Donald Westlake

Donald Westlake
  Au pire, qu'est-ce qu'on risque ?
  Adios Scheherazade
  Kahawa
  Moi, Mentir ?
  Mauvaises nouvelles
  Trop humains
  Un jumeau singulier
  Mort de trouille
  Le couperet
  Jimmy the Kid
  Pierre qui roule
  Aztèques dansants
  Surveille tes arrières!
  Mémoire morte
  Envoyez les couleurs

Ecrivain américain auteur d'une centaine d'ouvrages, policiers pour la plupart.
Il est né à New York en 1933 et est mort d'une crise cardiaque au Mexique le dernier jour de 2008.
Il a publié sous presque une vingtaine de pseudonymes, dont Richard Stark.

Surveille tes arrières! - Donald Westlake

Westlake d'outre-tombe
Note :

   Titre original : Watch Your Back, 2005
   
   
   C'est parti pour les inédits, en route pour le post-mortem. Westlake, disparu en décembre 2008, a laissé quelques titres non encore traduits en français, parmi lesquels trois aventures de Dortmunder, son cambrioleur désastreux et désopilant. Pour l'amateur, c'est du pain bénit, en tout cas pour ce titre qui rassemble toutes les qualités des épisodes précédents, humour, inventivité, rythme. Pour le nouveau venu qui découvrirait ce personnage, l'effet pourra être un peu différent. Les Dortmunder se sont remplis au fil du temps de scènes récurrentes, de personnages typiques, de thèmes communs que l'auteur ne prend plus vraiment la peine de situer précisément. L'effet peut apparaître légèrement déroutant pour le novice qui n'a pas toutes les clés d'entrée dans cet univers loufoque. Mieux vaut commencer par le commencement, "Pierre qui roule", qui doit être en Rivages Noir, avec menace d'addiction durable.
   
   
    Présentation de l'éditeur
   
   Preston Fareweather est un personnage odieux. Il a trouvé refuge au Club Med, sur une île des Caraïbes, afin d’échapper aux poursuites judiciaires engagées par ces cinq ex-épouses bien décidées à lui faire payer— dans tous les sens du terme — son comportement infâme. C’est dans ce décor paradisiaque où il s’ennuie à mourir, car il ne pense qu’à retrouver sa chère ville de New York, qu’il commet une énorme erreur : il sympathise avec un personnage aussi repoussant et horripilant que lui, un certain Arnie Albright, receleur de son état et… relation « professionnelle » de John Dortmunder.
   Arnie est parti dans les îles contraint et forcé par ses proches excédés, afin de subir une « cure » qui le métamorphosera. La cure a fonctionné au-delà des espérances; la preuve, Arnie propose à Dortmunder et à sa bande un coup en or : cambrioler l’appartement de Preston en l’absence de celui-ci. Il s’agit d’un duplex avec terrasse situé dans la Cinquième Avenue ; il est rempli d’œuvres d’art et insuffisamment protégé.
   Malheureusement, Dortmunder et ses amis sont détournés de cet objectif prometteur par un gros problème. Leur repaire, leur antre, l’endroit où ils se sont toujours réunis et où ils se réuniront toujours, le fameux O.J. Bar & Grill, est tombé entre les mains de la pègre, la vraie !
   Dès lors, voilà Dortmunder contraint de chasser deux lièvres, ou plutôt deux « faisans » à la fois. Le drame n’est pas loin.

critique par P.Didion




* * *