Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Ados: Belle de Robin McKinley

Robin McKinley
  Ados: Belle

Ados: Belle - Robin McKinley

Ados et plus si juvénilité
Note :

   Il était une fois un riche marchand qui élève seul ses trois filles, Grace, Hope et Honour. Les deux aînées sont aussi belles que bonnes mais la troisième, Honour, qui avait demandé il y a bien longtemps à être appelée Beauty, est le vilain petit canard de la famille: sa croissance s'est arrêtée beaucoup trop tôt et elle n'est pas jolie du tout. Elle a un goût très prononcé pour l'étude, les auteurs grecs et l'équitation. Cette famille vit très heureuse jusqu'au jour où le père est soudainement ruiné par le naufrage de ses navires. Ger, un jeune forgeron secrètement épris de Hope, qui travaille dans le chantier naval du père, leur propose alors de venir s'installer avec lui dans un village du Nord où il veut reprendre la forge. Mais leur maison est placée tout près d'une forêt enchantée dans laquelle il ne faut pas entrer sous peine de se voir conduit au château d'un monstre qui terrorise hommes et bêtes.
   
   Quand j'étais gamine, chers happy few (je vous parle du siècle dernier, là), un de mes romans préférés était "Casque de feu" (The hero and the crown, 1984), que j'ai lu des dizaines de fois et qui est certainement la cause de mon goût prononcé pour la fantasy (l'héroïne est une tueuse de dragons) (et il n'est plus édité depuis belle lurette, hélas, il faut le chasser d'occasion). Je n'avais pas eu l'idée de jeter un œil sur ce que Robin McKinley avait écrit d'autre jusqu'à récemment où j'ai découvert qu'hormis "Casque de feu" et, il y a quelques mois, ce "Belle", aucun de ses romans n'a bénéficié d'une traduction française. C'est vraiment dommage, tant sa prose élégante et son goût prononcé pour les contes de fées méritent qu'on s'y attarde.
   
   "Beauty" (disponible donc en français chez Mnémos sous le titre "Belle") est son premier roman (il date de 1978) et il s'agit comme tout le monde l'a compris d'une réécriture de "la Belle et la Bête". J'ai vraiment beaucoup aimé la façon dont McKinley se réapproprie le conte, y introduisant d'intéressantes modifications au niveau surtout de la caractérisation des personnages (les sœurs et le père prennent un relief qu'ils n'ont pas dans le conte). En plaçant son histoire dans un cadre plus réaliste que celui du conte (Beauty lit des auteurs classiques et Beast lui fait découvrir des auteurs qui n'existent pas encore, comme Browning ou Walter Scott) mais où la magie existe bel et bien, elle déplace avec talent cette histoire dans le cadre de la fantasy. La narration, assumée par Beauty, est empreinte d'une grâce mélancolique et quasi poétique qui m'a profondément séduite et qui fait de ce roman une grande réussite. Je m'en vais lire d'autres romans de Robin McKinley, en commençant peut-être par "Sunshine", que Neil Gaiman a adoré (je suis faible, je sais) (et en plus il y a des vampires et des loups-garous inside).
   
   (La couverture de la version française est d'une laideur invraisemblable!)

critique par Fashion Victim




* * *