Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Un crime de Georges Bernanos

Georges Bernanos
  Un crime

Un crime - Georges Bernanos

Bernanos écrivain de polar! Non! ? Si ...
Note :

   Il y a quelques mois j’ai lu un roman de Georges Bernanos, je dois avouer que c’était le premier, je n’avais rien lu de cet auteur même au moment de la sortie du film et de la polémique autour du "Soleil de Satan" de  Maurice Pialat.
   
   Je n’ai pas encore fait mon billet car si j’ai aimé et admiré l’écriture, le livre est très difficile à résumer. Quand je suis tombée sur celui là, surprise! Bernanos écrivant un polar! Georges Bernanos a des projets d’écriture plus importants mais il faut bien vivre et du coup il écrit ce récit qui est considéré dans son œuvre comme un roman mineur.
   
   Mazette beaucoup d’auteurs devraient être heureux de publier des romans alimentaires de cette qualité! Direction la montagne dans les environs de Grenoble, un village perdu, un presbytère....
   
   Le village de Mégère attend son nouveau curé, il n’était pas au rendez vous de la patache qui montait de la vallée, le maire et ses adjoints l’ont attendu pour rien, et le voilà qui débarque au petit matin, c’est Mademoiselle Céleste qui est étonnée, mais tout de suite elle sait qu’elle va être heureuse de le servir celui-là, elle ne se fait pas de souci à le voir «si gracieux, si doux, si honnête» tout le village va lui faire bon accueil.
   
   Quand dans la nuit le curé est réveillé par des cris, des coups de feu, des appels, Céleste est tout d’abord sceptique, un mauvais rêve peut-être, bien vite le maire, le garde-champêtre sont alertés, et il faut se rendre à l’évidence il y a eu crime, un homme gît dans un fossé près du château et Mme Beauchamp la châtelaine est retrouvée morte dans sa chambre, sa gouvernante une ancienne religieuse n’est pas d’un grand secours pour raconter les évènements.
   
   Une enquête longue et difficile commence. Le juge d’instruction et son greffier, le procureur, la gouvernante, Céleste, tout le monde est stupéfait quand le curé de Mégère laisse entendre qu’il est détenteur d’un secret ce que confirme son visage "au masque tragique, au regard pénétrant, au sourire funèbre." et ce secret est la clé du mystère.
   
   Vous avez compris, j’ai aimé ce roman d’un auteur qui d’un bout à l’autre nous manipule nous fait prendre des chemins sans issue, nous trompe, nous perd dans un récit d’une construction extrêmement habile toute en ambiguïté et d’une intelligence que je qualifierai de diabolique (pardonnez-moi Mr Bernanos).
   
   Dans la postface Michel Bernier explique le peu de succès du roman, jugé comme appartenant à un genre mineur dans l’œuvre de Bernanos, alors que le récit contient tous les thèmes chers à l’écrivain  «Si l’on admet que l’art du roman policier est pour une part un art du leurre, Bernanos a réussi dans "Un crime" un coup de maître.»
   
   Régalez-vous de ce crime c'est tout le mal que je vous souhaite.

critique par Dominique




* * *