Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Dumas et les Mousquetaires de Simone Bertière

Simone Bertière
  Marie-Antoinette, L'insoumise
  Dumas et les Mousquetaires
  Le procès de Fouquet

Simone Bertière est un maître de conférences en littérature et écrivain français née en 1926 à Lyon.

Dumas et les Mousquetaires - Simone Bertière

D'Artagnan peut encore séduire
Note :

   Un enfant de dix ans, une vieille dame de 83 ans, touchés par "les Trois Mousquetaires" plus de 150 ans après leur parution, voilà qui a suffi à me de convaincre de découvrir le pourquoi et le comment de ce succès prodigieux, j’ai décidé de partir à la rencontre de d’Artagnan, de Dumas et du roman.
   
   Avant de nous introduire dans les secrets de la création des Mousquetaires, l’auteur nous trace à grands traits la vie de Dumas, c’est rondement mené, sans aucun superflu, juste ce qu’il faut pour prendre la mesure du personnage. Le journalisme, les débuts puis les succès au théâtre où il dame le pion au grand Victor Hugo et comme le succès ne nourrit pas son homme, Dumas va se tourner vers le genre qui a valu la gloire à Eugène Sue: le roman feuilleton.
   C’est la naissance de "l’attelage Dumas-Maquet" l’écrivain et son nègre rapproché par un même goût pour l’histoire.
   Et il va écrire, écrire pour manger, écrire pour s’amuser, écrire pour payer ses dettes, écrire ...écrire ...écrire
   Elle a choisi son camp Simone Bertière, celui de Dumas contre Maquet, non qu’elle ne reconnaisse pas le travail du "nègre" mais pour elle c’est Dumas qui tient les commandes, qui décide, qui tranche, les scénarios sont de lui, le créateur et l’exécutant.
   
   Et c’est l’état de grâce: entre mars 1844 et juin 45 c’est le triomphe des "Trois Mousquetaires", de "Monte Cristo", "la Reine Margot" et "Vingt ans après". Excusez du peu!
    
   Les Trois Mousquetaires, coup d’essai, coup de maître. Dumas a tiré son inspiration de faits réels on le sait mais il ne s’embarrasse pas trop de vérité historique, d’un très mince épisode il tire tout son roman. Tout de suite on sait qui sont les héros, Buckingham et Anne d’Autriche ne sont somme toute que des faire valoir "Entre les aventures des Mousquetaires et celles des princes, Dumas a clairement choisi: il nous raconte l’histoire de d’Artagnan et de ses amis."
   
   Son coup de génie c’est ce quatuor avec une belle distribution, Porthos est un personnage de comédie, Aramis traine un parfum de complot et Athos son noir destin. L’action lancée, les valets se joignent à la fête, Constance Bonacieux va ajouter la touche romantique et bien sûr la touche sulfureuse est donnée par Milady.
   
   C’est intelligent, le tempo est vif, sans temps mort, les aventures se succèdent, on voit s’affermir les caractères "Courage, sang-froid, lucidité" l’amour et la politique s’entremêler. "ils se battent. Et ils gagnent."
   
   Il y a des anomalies? des inexactitudes historiques? oui c’est vrai le récit "va son grand chemin, à franc étrier, à bride abattue, il nous entraine dans un tourbillon d’aventures échevelées, rebondissantes, où nous oscillons entre la surprise et l’attente comblée."
   
   Je vous confirme que ça marche encore aujourd’hui à l’heure de "Harry Potter" et "Avatar", il y a encore une place pour d’Artagnan. Proposé en lecture audio à un petit garçon de 10 ans, les Mousquetaires ont fait un tabac.
   
   Pour terminer je vous laisse avec Dominique Fernandez un fan d’Alexandre depuis toujours.
     « L'heure de la réhabilitation n'est-elle pas venue pour Dumas également? Quand je demande à mes amis : "Avez-vous lu le Vicomte de Bragelonne, la Comtesse de Charny, le Comte de Monte-Cristo? ils me répondent: “Autrefois, à quatorze, quinze ans" Ou bien ils n'osent plus lire Dumas, ou bien ils n'osent pas avouer qu'ils continuent à le lire. Dans les deux cas, ils relèguent Dumas dans un casier inférieur de leur conscience. Dumas n'étant pas un auteur qu'on peut révérer, ils se sentent vaguement coupables de l'aimer, ou de l'avoir aimé »

critique par Dominique




* * *