Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Le Mur, le Kabyle et le Marin de Antonin Varenne

Antonin Varenne
  Fakirs
  Le Mur, le Kabyle et le Marin
  Trois mille chevaux vapeur
  Équateur

Antonin Varenne est un écrivain français né en 1973.

Le Mur, le Kabyle et le Marin - Antonin Varenne

Deux voix
Note :

   En 2009, Georges Crozat est boxeur, et flic au bas de l’échelon. Pour se payer une prostituée suffisamment gentille, il accepte de tabasser des hommes pour le compte d’un Pakistanais. Ce dernier lui dit que ces messieurs ont pour maîtresse des femmes mariées et que les maris trompés sont les clients. Bientôt Georges se doute qu’autre chose est en jeu. Il préférerait ne pas savoir. Pourtant, l’Arabe Bendjema, sa ixième future victime, est trop âgé pour recevoir des coups sans danger. Georges accepte un entretien avec lui…
   
   En alternance, nous suivons Pascal Verini en 1957. Ce jeune ouvrier que son travail abrutissant fait souffrir, rêve d’évasion, de voyage, d’une vraie vie. Mais il y aura pire! Le service militaire l’envoie en Algérie, combattre le FLN. Avec deux autres appelés, ils tiennent bon contre toutes les menaces, refusent de torturer les prisonniers à la cave, mais sont témoins et complices forcés de toutes sortes d’exactions…
   
   Ces deux récits vont se rejoindre et Georges jouer un rôle qu’il n’aurait jamais imaginé…
   
   L’écriture est simple, précise, sans fioriture. Pas de longues phrases, l’adoption du présent pour toutes les situations. Un ton juste et toujours les mots adéquats. Les matches de boxe sont narrés dans un style coup de poing et bribes de monologues affolés qui conviennent à l’action.
   
   Un bon polar qui restitue bien la tragédie de la guerre d’Algérie et ses répercussions jusqu’à nos jours. Des personnages vrais et attachants.
    ↓

critique par Jehanne




* * *



Un pan d’Histoire dégueulasse
Note :

   De Varenne, j’ai lu Fakir qui ne m’avait pas emballé.
   
   Ici, je pourrai parler de la trame narrative qui semble du même tonneau. Deux histoires, qui vont s’entrecroiser, des personnages bien typés. Seulement voilà, ici c’est l’Histoire qui nous attrape.
   
   "2009 : flic le jour, boxeur la nuit, George Crozat, dit le Mur, sent sa carrière décliner et accepte de tabasser des inconnus pour le compte d’un mystérieux commanditaire.
   1957 : Pascal Verini, ouvrier de Nanterre, soldat en Algérie, refuse de pratiquer la torture. Rien ne semble devoir réunir ces deux hommes. Pourtant, leurs trajectoires vont se croiser et en être définitivement bouleversées. "
   

   D’un coté le monde de la boxe.Un monde que je ne connais que peu, mais dont nous sommes ici spectateurs de l’intérieur. Il y a une humanité dans le personnage de ce flic à la recherche de la victoire. Celui dont la vie au dehors est triste. Régie par des amours tarifées et peu de sentiments vrais mais quelques humains qui le sont plus que d’autres.
   
   De l’autre, c’est la guerre d’Algérie.Cette guerre, pardon, cette opération de maintien de l’ordre, dont nos père n’ont pas voulu nous parler, voire l’ont tue.Cette guerre dont on apprend aujourd’hui à quel point elle les a marqués dans leur vie, leur mémoire, leur chair pour certains.Cette guerre qui a sacrifié une génération.
   
   Pas de sentimentalisme, mais un talent qui exprime l’émotion, la douleur. J’ai un peu de mal à parler de cet ouvrage car comme beaucoup j’ai un père et un beau-père qui ont été enrôlés et n’en n’ont pas parlé.
   
   Merci pour cette belle écriture d’un pan d’Histoire dégueulasse.

critique par Le Mérydien




* * *