Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Nuage rouge de Christian Gailly

Christian Gailly
  Un soir au club
  Dernier amour
  Dring
  Les oubliés
  Nuage rouge

Christian Gailly est un écrivain français né en 1943 à Paris et décédé en 2013.

Nuage rouge - Christian Gailly

Rythmé comme un polar
Note :

   Un homme roule sur un chemin, tard en soirée. Tout à coup, il croise la voiture d’un de ses amis. Au volant, une femme, inconnue. Aucune trace de son ami, ni à l’avant, ni à l’arrière. Un détail choque: la femme qui conduit a l’air hagard et le visage plein de traces rouges.
   
   Son ami sera retrouvé par lui mais, pour cet ami, rien ne pourra plus jamais être comme avant. Il le charge alors de retrouver cette femme que, malgré les circonstances que vous découvrirez, il aime follement.
   
   A cette quête substitutive s’adjoindra bientôt un amour par transfert pour une femme mystérieuse et qui joue au chat et à la souris avec ces deux hommes, tout le monde dissimulant sur ce qu’il sait, croit savoir ou fait semblant de savoir.
   
   Avec une écriture très incisive, résolument moderne, insérée dans de courts chapitres qui donnent un rythme de polar mystique à ce roman assez novateur, Christian Gailly nous interpelle sur la fidélité en amitié et en amour. Jusqu’où accepter d’aller par souci de l’autre et a-t-on le droit de sacrifier une relation à une autre, par lassitude, dévotion ou par souci du bien-être d’un tiers ?
   
   Dans cette quête assez alambiquée de l’autre se joue une petite poésie faite de répétitions volontaires et qui rendent le temps qui s’écoule plus dense, plus structuré. Il s’en dégage aussi un humour un peu décalant et qui prête à sourire.
   
   De nombreuses surprises nous attendent au détour des chapitres tenant le lecteur en haleine jusqu’au bout.
   
   Une assez belle réussite sans toutefois en faire un texte fondateur. Il y a de la marge…
   
   
   Prix France Culture 2000

critique par Cetalir




* * *