Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Le Message de Andrée Chedid

Andrée Chedid
  Les quatre morts de Jean de Dieu
  Le sommeil délivré
  Le Message
  Lucy, La femme verticale

Le Message - Andrée Chedid

Naïvetés
Note :

   J’ai toujours eu beaucoup d’intérêt et d’estime pour l’œuvre d’Andrée Chédid : j’avais déjà lu d’elle un recueil de nouvelles et un certain nombre de poèmes et j’avais chaque fois apprécié.
   Mais je n’ai pas tellement aimé "Le Message", qui m’a semblé démonstratif et laborieux.
   Ce récit cherche à nous démontrer l’horreur de la guerre – pour ma part j’en étais déjà convaincue et pendant ma lecture j’ai parfois eu l’impression que l’auteur enfonçait des portes ouvertes.
   Les premières pages de ce roman donnent pourtant très envie de s’y intéresser :
   Dans la rue déserte d’une ville en guerre, une jeune femme, Marie, est touchée par la balle d’un sniper alors qu’elle s’apprête à rejoindre le lieu de rendez-vous donné par son amant, Steph, pour sceller leur réconciliation. Elle comprend très vite que cette blessure va lui être fatale et veut à tout prix transmettre à Steph un message où elle écrit “Je venais. Je t’aime”
   Le sujet du roman est de savoir si ce message va parvenir à Steph avant la mort de Marie, pour qu’il la rejoigne à temps.
   J’ai aimé cette situation de départ, je la trouve poignante et sûrement très réaliste.
   
   Le problème c’est que je n’ai pas cru à la suite.
   Je n’ai pas cru à ce couple de vieillards qui passe justement par là dans ce quartier vidé de ses habitants.
   Je n’ai pas cru à l’altruisme de ce couple qui, dès qu’il voit Marie à terre, oublie son objectif premier (fuir la ville), épouse entièrement la cause de la jeune femme alors qu’il ne la connait pas, et reste pendant plus d’une heure à s’occuper d’elle au milieu de cette rue cernée par les snipers.
   Je n’ai pas cru à la longue course de cette octogénaire au milieu des ruines.
   Et j’ai encore moins cru à ce personnage de franc-tireur qui, en apercevant Marie, est saisi d’un tel remord qu’il court à travers toute la ville pour chercher une ambulance!
   
   J’ai passé une partie du livre à me dire : ” Andrée Chédid sait ce que c’est que la guerre, moi je ne le sais pas, donc elle a sûrement raison.”
   Mais non, ça n’a pas marché!
   
   Partant de là, ce livre m’a semblé long, naïf, et je suis restée assez extérieure au propos, sauf au moment du dénouement.

critique par Etcetera




* * *