Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Les pis rennais de Pascal Dessaint

Pascal Dessaint
  De quoi tenir dix jours
  Les paupières de Lou
  Cruelles natures
  L'appel de l’huître
  Les derniers jours d'un homme
  Les pis rennais
  Les voies perdues
  Quelques pas de solitude
  Le chemin s’arrêtera là

Pascal Dessaint est un écrivain français né en 1964 à Dunkerque.

Les pis rennais - Pascal Dessaint

N°14 de la série
Note :

    "Les pis rennais" est donc le n° 14 de la série du Poulpe, dont on connait le principe: un auteur par n°, un héros récurrent: "Le Poulpe" alias Gérard Lecouvreur, des personnages quasi obligés, dont le restaurant "Le pied de porc à la Sainte Scholasse" tenu par Gérard et Maria où "Le Poulpe" prend connaissance du fait - divers dans le journal qui va lancer sa quête, Chéryl, coiffeuse et compagne du "Poulpe" …
   
   On le sait, un autre des postulats de base de la série Poulpe, c’est le clin d’œil dans le titre, le jeu de mots absurde … Soit donc les Pyrénées, un grand bol d’air pur pour Le Poulpe.
   
   Venu déprimé – Chéryl la bien aimée jouant les filles de l’air – prendre son café matinal au "Pied de porc à la Sainte Scholasse", le Poulpe déniche dans "Le Parisien" le petit entrefilet qui va déclencher … l’épisode. Jean-Baptiste Puchol est mort dans le Couserans (en Ariège) le crâne complètement écrasé … censément par … un ours! Le Poulpe, on le sait, et ce n’est pas la moindre de ses qualités, a "le pif" pour flairer les coups fourrés. Chéryl est partie, eh bien lui va aller voir ce qu’il se passe dans le Couserans.
   
   Sacrée galerie de personnages tous plus originaux les uns que les autres, certain(e)s carrément barges. Belle atmosphère pyrénéenne de fin fond de la montagne bien rendue. Pas de grandes surprises : coupable inattendu, redressage de torts, paiement sur la bête, happy end … Les cases étaient déjà prêtes, Pascal Dessaint les a honorablement remplies.
   Ah, et puis, au fait, Chéryl … Elle n’était pas partie!
   
   
   PS: Quelques renseignements sur Le Poulpe

critique par Tistou




* * *