Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Les taupes de Félix Bruzzone

Félix Bruzzone
  Les taupes

Les taupes - Félix Bruzzone

Errances argentines
Note :

   Jeune auteur argentin, il est né en 1976, ses parents font partie des nombreux disparus de la dictature argentine. Ce livre qui mêle road-movie et quête du Graal est pour moi une expérience, car ma connaissance de la littérature d'Argentine est proche du zéro.
   
   La grand-mère du narrateur est persuadée que sa fille a eu un second fils durant sa captivité dans les geôles d'Argentine. Le narrateur entend des bribes de conversation à ce sujet, conversations qui s'arrêtent quand ses grands-parents l'aperçoivent!
   Plus tard dans un pays en reconstruction politique et en quête de vérité, il cherche lui aussi sa propre identité. Romina est enceinte de lui, mais il refuse cet enfant et ils se séparent, puis il fait la connaissance de Maïra, travesti dont le comportement l'intrigue! Est-il un agent secret? Un assassin? Un mouchard? Son demi-frère? Une parole de Maïra le hante :
   « Va t-en ou je te tue toi aussi ».

   
   Maïra disparaît, l'errance du narrateur prend un tour dramatique, il perd sa grand-mère, son logis. Commence alors une grande errance l'amenant petit à petit à la clochardisation... Alors il rencontre Marino qui l’héberge et lui redonne un semblant de vie proche de la normalité, ils construisent ensemble une maisonnette, puis décident de partir s'établir à Bariloche... Une nouvelle vie commence pour eux, ils travaillent dans le bâtiment, mais les évènements et les nouvelles rencontres vont de nouveau précipiter le chaos...
   
   Le narrateur, figure centrale de ce livre, semble ballotté par les événements et sombre peu à peu. Sa quête familiale, la recherche de ses parents, père, mère et frère, si ce dernier est réel, sera chaotique, mais l’amènera à rencontrer des activistes politiques et des marginaux de toutes sortes. Sa sexualité sera aussi pour lui une source de questions et de mode de vie.
   
   Beaucoup de personnages dans ce récit, Romina, le première amour, Maïra, travesti personnage très ambigu dont il s'éprend aussi. Mariano, élève architecte, pense que pour bien faire ce travail, il faut commencer par le bas, monter des murs, manier la truelle, etc. Il apparaît comme un personnage sympathique, au début... Mica, un autre travesti paraguayen, va aussi prendre sa part du voyage initiatique du narrateur. El Alemàn, lui par contre, est le personnage ignoble de l'histoire, machiste, homophobe et vantard, bref le pourri de service. Une plongée assez hallucinante dans la mouvance des travestis en Argentine, dont certains travaillent dans le bâtiment!
   
   Un monde étrange et souterrain à la lisière de la normalité dans un pays marqué par une histoire très récente. Un pays qui se remet de la douleur des tragiques évènements qui se sont déroulés sous la dictature, avec par exemple les manifestations des HIJOS (organisation d'enfants des disparus).
   Une partie de cette histoire se passe à Bariloche au pied de la cordillère des Andes, ville en pleine expansion (au moment de l'écriture de ce livre du moins), ce qui explique la présence d'un quartier paraguayen, mais aussi coréen! Et cette ville était aussi un lieu de refuge pour certains allemands qui avaient fui l'Europe à la fin de la guerre.
   
   J'ai eu beaucoup de mal à entrer dans ce récit, pourtant le style de l'histoire semblait me convenir.
   Pas le bon livre au bon moment, dommage!
   
   
   Extraits :
   
   - À côté de la maison de Moreno, l'appartement n'était qu'une miette de pain, moins qu'un noyau.
   
   - Elle n'avait aucun disparu parmi les membres de sa famille, d'ailleurs chez elle personne ne savait très bien ce que c'était, cette histoire de disparus.
   
   - … on a fumé et on a continué à se disputer comme des ados, sauf que ce n'était plus des trucs d'ados.
   
   - Mais ça, c'était au début.
   
   - Peut-être qu'il essayait de mettre de l'ordre dans sa vie, et la mienne, alors que moi je cherchais juste à me flageller.
   
   - De fait, l'amour n'a pas tardé à arriver.
   
   - Qu'est-ce qui était le plus important, sauver l'amour ou le passé? L'amour était le futur. Le présent et le futur. Et le passé?
   
   - Mais avant, il s'est passé autre chose.
   
   - Avec Romina, ça avait été un amour de jeunesse, avec Maïra un amour désespéré, et là, avec Mariano, c'était un amour fraternel.
   
   - D'ailleurs, Rubén semblait adepte de cette espèce de panthéisme pour lequel Dieu était un jour moi et, le lendemain, le premier innocent venu.
   
   - Francisca, les yeux révulsés, parlait d'une voix grave qui neutralisait tout l'érotisme de son magnifique corps nu.
   

   
   Titre original : Los Topos (2008)

critique par Eireann Yvon




* * *