Lecture / Ecriture
    Accueil     Lecture     Ecriture     Rencontres     Auteur du mois     Ce qu'ils en ont dit     Contacts    

Atteinte à la liberté - les dérives de l'obsession sécuritaire de Juli Zeh

Juli Zeh
  La fille sans qualités
  Corpus Delicti
  Dès 08 ans: Le pays des hommes
  Atteinte à la liberté - les dérives de l'obsession sécuritaire

Juli Zeh est une écrivaine allemande née en 1974.

Atteinte à la liberté - les dérives de l'obsession sécuritaire - Juli Zeh, Ilija Trojanow

Pile poil!
Note :

   Il y a parfois des ouvrages qui tombent au bon moment. C'est exactement le cas de celui-ci : je ne pensais pas trouver, dans cet essai consacré aux questions de sécurité et de liberté en Allemagne, les mots et les analyses qui correspondent parfaitement à ce que je ressens, sans parvenir à l'expliciter, sur ce sujet polémique.
   
   Egalement auteurs de fictions, Julia Zeh et Ilija Trojanow, en partant de la situation allemande, signent un ouvrage très lucide sur le renoncement de nos sociétés actuelles quant à la défense des libertés des individus. Et cela au nom d'une lutte contre le terrorisme dont on se demande quels sont les véritables objectifs. Car si toutes les mesures sécuritaires sont mises en œuvre pour prétendument lutter contre la menace terroriste, rien n'assure qu'elles aient déjà été efficaces. Pire encore, qu'elles auraient pu éviter les attentats du 11 septembre, de Londres ou de Madrid.
   
   Elles dénoncent également la logique à double sens qui fait que les défenseurs de celles-ci ont toujours raison : si un attentat a lieu, il faut de nouvelles lois plus dures ; si aucun attentat n'a lieu, c'est que les lois sont efficaces et qu'une nouvelle loi est donc justifiée. Sauf que les services secrets ne communiquent jamais sur les attentats déjoués, et qu'il est donc impossible de savoir si ce qui est proposé est justifié, donnant ainsi toujours raison aux plus sécuritaires.
   
   Mais plus que cette pression sécuritaire contre laquelle les citoyens sont impuissants (souvent car ils ne réalisent pas les risques encourus), c'est contre les responsables politiques, parlementaires, juristes,... qu'est destinée la charge. Les auteurs sont sidérés que des parlementaires puissent voter des lois qui sont ensuite censurées par le tribunal constitutionnel de Karlsruhe. Car les censures sont de plus en plus nombreuses, comme si le cadre constitutionnel ne fournissait plus aucune garantie pour défendre les citoyens. Ou comme si les parlementaires n'avaient plus conscience de leur rôle de représentation du peuple, et prêchant toujours contre les intérêts de ce dernier sur les questions de surveillance. Et ceci n'est pas spécifique à l'Allemagne, comme le montre la censure importante de la dernière loi sécuritaire proposée en France, la loi Loopsi. Heureusement que quelques personnes veillent au respect de ce qui fait le socle de notre organisation politique et sociale...
   
   Julia Zeh et Ilija Trojanow s'en prennent également à tous les universitaires, spécialistes du droit, qui défendent le droit à la torture dans des cas particuliers. Car dès qu'une exception est introduite dans la loi, il est difficile de savoir quelles sont les limites d'application de celle-ci. Et si on tolère la torture dans quelques cas, en particulier le terrorisme, comment pourra-t-on supporter que des présumés innocents soient soumis à la torture, sans garantie de la pratiquer sur un coupable.
   
   Nos responsables ont beau jeu d'utiliser le 11 septembre pour mettre en place caméras, système de suivi, intrusion dans les conversations électroniques et téléphoniques privées. Qui sont de moins en moins privées, comme si toute notre vie devait devenir publique et transparente. En m'épanchant sur ce blog, il est certain que je participe à cette entreprise de dévoilement d'une part privée, de mon propre gré. C'est pour cela qu'il faut veiller à qu'on dit, fait et écrit sur Internet, car tout est enregistré.
   
   Cet essai est vraiment une analyse très forte et juste de la politique sécuritaire et de surveillance actuelle, en Allemagne mais facilement transposable en France. Et qui j'espère permettra d'ouvrir les yeux sur la société que nous préparent les partisans de la surveillance à outrance.

critique par Yohan




* * *